Recherche

Les impacts du changement climatique devraient être plus graves qu’attendus pour un même niveau de réchauffement, selon le dernier rapport du GIEC

Le Lundi 28 février 2022


Crédits : Laurent Mignaux / Terra

Le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC) publie, ce lundi 28 février 2022, le deuxième volume de son 6e rapport d’évaluation (AR6). Ce nouveau rapport dresse la synthèse des connaissances scientifiques mondiales sur le changement climatique en termes d’impacts, de risques, d’adaptation et de vulnérabilité.

Des risques plus importants

Le deuxième volume du 6e rapport d’évaluation du GIEC atteste d’une augmentation des risques (vagues de chaleur, précipitations extrêmes, sécheresses, fonte de la cryosphère, changement du comportement de nombreuses espèces…) pour un même niveau de réchauffement par rapport au 5e rapport d’évaluation de 2014.

Le changement climatique impacte de plus en plus les écosystèmes, la sécurité de l’accès à l’eau et à l’alimentation, les infrastructures, la santé et le bien-être, ainsi que l’économie et la culture.

Avec l’augmentation du réchauffement, les risques vont s’aggraver dans toutes les régions du monde, en particulier dans les plus vulnérables.

 

AR6

Le 6e rapport d’évaluation (AR6, Assessment Report) est divisé en 3 volumes :

  • volume 1, éléments scientifiques (août 2021) ;
  • volume 2, impacts, adaptation et vulnérabilité (février 2022) ;
  • volume 3, atténuation (avril 2022).

Il comprendra également un rapport de synthèse et servira de base scientifique pour le premier bilan mondial de l’Accord de Paris en 2023.

L’indispensable adaptation

Le nouveau rapport du GIEC fait également le point sur les politiques d’adaptation déjà engagées et identifie celles qui doivent être mises en œuvre pour faire face à l’augmentation des risques.

Le nombre de mesures d’adaptation a ainsi considérablement augmenté depuis le 5e rapport, mais la plupart se focalisent sur les ressources en eau (cette insécurité concerne la moitié de la population mondiale) et leurs effets sont encore mal évalués.

Plus inquiétant, le GIEC identifie des seuils de réchauffement provoquant des impacts irréversibles sur la perte de la biodiversité et pointe le fait que certaines limites d’adaptation ont déjà été atteintes.

De manière générale, les experts soulignent que le fait de retarder les politiques d’adaptation compromet leur efficacité et en augmente le coût.

Adaptation ?

Démarche d’ajustement au climat actuel et futur, ainsi qu’à ses conséquences. Dans les systèmes humains, il s’agit d’atténuer ou d’éviter les effets préjudiciables et d’exploiter les quelques effets bénéfiques.

La France s’adapte déjà

Le rapport du GIEC conforte la France dans sa détermination à agir pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre, notamment à travers la loi climat et résilience, mais aussi pour s’adapter et se préparer aux impacts devenus inéluctables du changement climatique.

La France est l’un des pays les plus avancés en matière de planification de l’adaptation au changement climatique. Dès 2006, elle s’est dotée d’une Stratégie nationale d’adaptation au changement climatique puis, cinq ans plus tard, d’un premier Plan national d’adaptation au changement climatique (PNACC) avec des mesures concrètes et opérationnelles.

À travers le PNACC-2 (2018-2022), le Gouvernement prévoit les actions nécessaires pour protéger les citoyens et adapter tous les secteurs de l’économie aux futures conditions climatiques, tout en améliorant leur résilience. Ce plan, piloté par le ministère de la Transition écologique, est mis en œuvre par 12 ministères. Parmi les actions concrètes : l’intégration de critères de confort d’été dans la réglementation sur les bâtiments neufs ; l’élargissement de la campagne annuelle de prévention des feux de forêts à tous les départements métropolitains ; le déploiement de radars pour renforcer la vigilance météo en outre-mer ; l’intégration de la thématique du changement climatique et de l’adaptation dans les cursus scolaires…

La France a également ouvert une plateforme en ligne entièrement dédiée à la question : le centre de ressources pour l’adaptation au changement climatique.

Comprendre l’adaptation au changement climatique

Afficher la version texte de la vidéo

Hausse des températures, vagues de chaleur, précipitations et sécheresses extrêmes… Face aux impacts du changement climatique, l’adaptation est une nécessité pour protéger les personnes, les biens et les activités économiques, mais c’est aussi une opportunité.

Revenir en haut de la page