Pluie et inondation en outre-mer

Comprendre les bons réflexes

1|4

Je prépare à l'avance mon kit d'urgence.

Coupures d’électricité, de gaz et d’eau courante, routes impraticables : lorsqu’une catastrophe majeure survient, les premières 72 heures sont souvent les plus éprouvantes.

 

Préparer un kit d'urgence 72h en amont permet alors, si nécessaire, de rester chez soi en sécurité dans l’attente des secours. Il peut également être utile en cas de départ précipité. Ce kit d'urgence 72h doit être placé dans un endroit facile d’accès pour être récupéré le plus rapidement possible, tout en étant hors de portée de l’eau. Il ne faut par exemple pas le stocker dans une cave ou en sous-sol.

 

2|4

Je reste informé et j'écoute les consignes des autorités.

Météo-France  informe via la vigilance météo, les citoyens et les pouvoirs public de phénomènes météorologiques dangereux pour le jour courant et le lendemain. Cette information de vigilance complète les prévisions météorologiques.

En cas de pluies intenses ou d'inondation, il est primordial de rester informé et à l’écoute des consignes de sécurité données par la mairie et par la préfecture, via leurs canaux de communication (site, réseaux sociaux), et via Outre-mer La 1ère.

 

Les pompiers ne doivent être appelés qu’en cas d’urgence.

 

Consultez les vigilances météorologiques : GuadeloupeMartiniqueSaint-Martin et Saint-Barthélemy, La Réunion

Visitez les sites des préfectures : GuadeloupeMartiniqueSaint-Barthélemy et Saint-Martin, La Réunion 

3|4

Je ne prends pas ma voiture

Reportez l’ensemble de vos déplacements à pied ou en voiture. Moins de 30 cm d'eau suffisent pour emporter une voitureLes gués et les raviers peuvent être particulièrement dangereux.

 

Avant de commencer une activité d’extérieur (baignade, pique-nique, randonnée, canyoning), renseignez-vous sur la météo et, en cas de prévision de fortes pluies, reportez l’activité.

4|4

Je ne vais pas chercher mes enfants à l'école, ils y sont en sécurité.

Vos enfants sont en sécurité à l’école, attendez la consigne des autorités avant d’aller les chercher : l’école est un lieu sûr en cas d'inondation.

 

Évitez de prendre des risques inutiles en allant les chercher vous-mêmes.

 

Les directeurs d'école, les chefs d'établissements et les équipes pédagogiques sont préparés et formés, par le ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche, pour la prise en charge des élèves en cas d'accident majeur. Un plan de mise en sûreté des élèves a été prévu dans les écoles et les établissements. Les familles doivent respecter les bons réflexes en cas d'accident majeur de ne pas aller pas chercher leur enfant pour ne pas l'exposer, ni s’exposer elles-mêmes à toutes sortes de risques. 
 

Les spécificités du risque inondation dans les territoires

Les inondations peuvent avoir des origines diverses.

 

Le débordement de cours d’eau 

 

Après des pluies intenses dans le bassin versant, l’eau sort de son lit et submerge les zones en aval et le long du cours d’eau. Ces crues provoquent des inondations « éclair », c’est-à-dire que le temps de crue et de décrue dure quelques heures seulement.

 

Le ruissellement 

 

Lors de pluies intenses l’eau qui ne peut pas être absorbée par les sols ruisselle. Ce phénomène s’observe notamment dans les villes qui possèdent souvent des sols imperméabilisés qui ne permettent pas l’infiltration de l’eau dans la terre. 

 

La submersion marine 

 

Ce type d’inondation touche le littoral. La submersion marine désigne une inondation temporaire de la zone côtière par la mer due à des conditions météo-océaniques particulières (haute mer par fort coefficient de marée, pression atmosphérique basse, vent fort, houle forte). 
 

Les pluies et les inondations en Guyane

 

En Guyane les inondations surviennent principalement durant la saison des pluies, de janvier à juin avec une courte accalmie en mars.

La Guyane est soumise à la saison des pluies mais sous deux formes différentes :

 

  • Dans les villes et les communes du littoral, les pluies intenses combinées aux marées, réduisent les écoulements. Ce phénomène peut entrainer des inondations rapides mais de courte durée (2 à 3 jours en moyenne).

 

  • À l'intérieur des terres et le long des fleuves (Maroni/Oyapock), les pluies continues sur les bassins versants provoquent des crues des cours d'eau. Le phénomène est plus lent mais la situation met plus de temps à revenir à la normale (de quelques jours à plusieurs semaines). 
     
DGTM

Les pluies et les inondations aux Antilles

 

En Guadeloupe, en Martinique à Saint-Martin et Saint-Barthélemy, les inondations peuvent survenir toute l’année.

Dans les îles antillaises, le phénomène de pluie est généralement très localisé et donc difficile à anticiper. 

 

En Guadeloupe, les phénomènes d’ondes tropicales peuvent se manifester de mai à novembre. Ils peuvent donner des quantités très importantes de pluies. Des précipitations de 250 mm en un jour se produisent en moyenne au moins une fois tous les deux à dix ans aux Antilles, et au moins une fois tous les un à deux ans sur le relief de Basse-Terre.

 

En 2022, quatre évènements significatifs ont eu lieu aux mois de février, avril, août et septembre.  Deux d’entre eux, exceptionnels par la forte concentration de précipitations sur de très courtes périodes qui les ont caractérisés, ont eu de lourdes conséquences humaines.

 

Les pluies et les inondations à La Réunion

 

À La Réunion, les inondations surviennent principalement à la saison des pluies entre décembre et avril. En lien avec l’influence du relief, ce sont les zones littorales de l’île où les pluies non liées à un cyclone ou à une tempête tropicale sont les plus importantes (plus de 50%).

 

Outre les impacts économiques et humains, les pluies hors cycloniques à La Réunion peuvent avoir des conséquences sur la potabilité de l'eau du robinet. Les inondations entraînent la contamination des sources d'eau potable, mettant ainsi en danger la santé des populations. La qualité de l'eau peut être compromise en raison de la présence de bactéries, de produits chimiques et d'autres contaminants véhiculés par les inondations.

 

 

Route inondée
DEAL 974

Une campagne de prévention

 

 

Pour cette raison, le ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, en lien avec le ministère de l'Intérieur et des Outre-mer, lance une campagne de prévention des inondations dans les territoires les plus exposés. En effet, les risques liés aux pluies intenses sont encore mal connus, sous-estimés et les bons réflexes encore trop peu adoptés.

La campagne, qui sera déployée en Martinique du 20 octobre au 20 novembre 2023, en Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélemy du 3 décembre 2023 au 3 janvier 2024, et à la Réunion du 8 janvier 2024 au 8 février 2024.

 

Un kit de communication est mis à disposition de tous, pour partager l'information et faire de chaque citoyen un acteur de sa propre sécurité.

 

Revenir en haut de la page