Indice des prix du transport aérien de passagers

Le Mercredi 17 août 2022

La construction de l’indice des prix du transport aérien de passagers (IPTAP) répond à la nécessité de suivre l’évolution des prix au même titre que l’évolution du trafic aérien, afin d’observer le marché dans sa globalité.

L’indice du mois - Juillet 2022

En juillet 2022, la hausse des prix des billets d’avion au départ de France se poursuit à un rythme soutenu de 43,5 % toutes destinations confondues (19,3 % au cumul depuis le début de l’année). Comme en mai et en juillet, cette augmentation est observée sur tous les faisceaux, certains étant toutefois plus affectés que d’autres. Par rapport à juillet 2019 (dernière année pour laquelle le transport aérien n’a pas été affecté par la covid-19) l’augmentation des prix est légèrement moins forte (37,7 %).

Evolution m-12

  • Au départ de métropole, les prix augmentent de 37,5 % sur le réseau intérieur et de 47,1 % sur le réseau international par rapport à juillet 2021.

    Sur le réseau intérieur, les prix sont en augmentation de 42,3 % (11,4 % au cumul) sur les liaisons intra-métropolitaines, et de 20,7 % (15,9 % au cumul) sur le faisceau Métropole-Outre-mer.

    La hausse sur le réseau international est de 47,1 % entre juillet 2021 et juillet 2022 (+19,7 % au cumul). L’augmentation est fortement tirée par le réseau international moyen-courrier, pour lequel la hausse enregistrée est de 54,5 % (+21,0 % au cumul). Le retour du trafic loisir soutenu par les transporteurs à bas-coûts alimente notamment cette évolution. Le réseau international long-courrier affiche quant à lui une hausse moins prononcée, de 28,8 % (+13,3 % au cumul). De fortes disparités apparaissent entre les faisceaux. En effet, les hausses sont de faible amplitude à destination de l’Afrique subsaharienne, au contraire de celles observées pour les vols vers l’Asie/ Pacifique (dont certaines destinations sont toujours impactées par la guerre avec des temps de vols plus longs) ou l’Amérique latine.
     

  • Au départ de l’ensemble des départements d’outre-mer, l’augmentation des prix des billets d’avion se tasse légèrement et redescend à 21,1 % (+15,1 % au cumul) au mois de juillet. Cette tendance touche les quatre départements de manière différenciée, la Guyane affichant, ce mois-ci, la plus forte hausse, à 40,0 %.

Evolution m-36

Par rapport à juillet 2019, les prix de billets d’avion au départ de France, toutes destinations confondues, sont en augmentation de 37,7 %

  • Au départ de métropole les prix augmentent de 41,4 % sur le réseau intérieur et de 38,5 % sur le réseau international.

    Sur le réseau intérieur, les prix de juillet 2022 augmentent de 47,4 % pour les liaisons intra-métropolitaines, notamment porté par la dynamique de certaines liaisons transversales. L’augmentation est de 14,4 %, pour les vols de Métropole vers l’Outre-mer.

    Sur le réseau international, les hausses sont respectivement de 46,2 % et de 21,2 % sur le moyen-courrier et sur le long courrier. Dans le détail, les disparités sont fortes. Les plus fortes hausses sont enregistrées pour les vols à destination de l’Afrique du Nord / Levant (60,2%) et de l’Asie / Pacifique (45,4%), faisceaux pour lesquels certaines destinations sont encore soumises à des restrictions de déplacement en juillet 2022. Les hausses sont moins fortes pour les faisceaux où les vols ont repris normalement comme pour les faisceaux Amérique du Nord (24,7%), ou Amérique Latine (18,8%) et surtout l’Afrique subsaharienne (7,7%)
     

  • Au départ des départements d’outre-mer, l’augmentation des prix des billets d’avion est de 16,2 %. Néanmoins, des comportements différenciés sont constatés. La Guadeloupe et la Martinique subissent respectivement des hausses de 25,5 et 27,3 %, tandis que les vols au départ de la Réunion ne voient leurs tarifs augmenter que de 5,4 %.

Méthodologie de l’indice des prix du transport aérien de passagers

Les indices de prix du transport aérien de passagers (IPTAP) présentés dans cette publication sont calculés selon une méthodologie proche de celle utilisée pour la construction de l’indice des prix à la consommation (IPC) de l’INSEE. Le périmètre de l’IPTAP DGAC diffère toutefois de celui de l’IPC relatif aux transports aériens de voyageurs publié par l’INSEE.
L’IPTAP DGAC est construit sur une base de tarifs aériens relevés pour plus de 400 lignes aériennes (origine, destination, transporteur) directes et indirectes, assurées par plus de  soixante transporteurs. Tous les prix collectés concernent des voyages aller-retour au départ de France (métropole ou DOM) et incluent toutes les taxes, redevances et surcharges applicables.
Plus de 250 000 tarifs aériens sont relevés chaque mois auprès du système de réservation Travelport et des sites Internet des transporteurs  ; ils correspondent à des tarifs disponibles à la vente au moment de la réservation et selon une segmentation portant sur la date et la durée de voyage, la classe de transport, le type de billet choisi… Leur pondération est réalisée sur une base annuelle fixe, construite à partir de données de trafic et d’enquêtes réalisées auprès des passagers.
Les indices présentés illustrent une évolution des prix à structure de consommation constante et n’ont pas pour vocation à retracer une évolution de recette moyenne du secteur.

IPTAP : changement méthodologique en 2018

Dans le cadre de l’amélioration constante de la qualité des données, la DGAC a changé de fournisseur de statistiques de véritables origines/destinations des passagers aériens fin 2016. Ce changement de source de données utilisées pour les pondérations des produits de l’échantillon IPTAP (cf. questions n°5 et n°8 de la FAQ sur la méthodologie IPTAP) occasionne par conséquent des modifications de valeurs des indices des prix comme des évolutions m-1 et m-12. Les indices publiés à compter de janvier 2018 sont calculés avec cette nouvelle pondération, les séries passées ayant également été révisées.

Ce changement de source des pondérations « produits » des IPTAP s’accompagne également d’une modification des faisceaux géographiques et de corrections de tarifs collectés qui influencent la valeur des indices des prix.

En 2018, l’IPTAP change d’année de référence et passe en base 100 pour l’année 2017. Les valeurs des indices chaînés 2012 et chaînés 2017 sont différentes mais les évolutions m-1 et m-12 restent identiques.

Le tableau Excel mis en ligne sur Internet présente des séries d’IPTAP homogènes depuis 2012 (i.e. avec la nouvelle méthode 2018) qui sont donc différentes des chiffres publiés dans les notes mensuelles de 2012 à 2017.

Foire aux questions sur la méthodologie IPTAP

Ces contenus peuvent aussi vous intéresser

Revenir en haut de la page