Indice des prix du transport aérien de passagers

Le Mardi 15 juin 2021

La construction de l’indice des prix du transport aérien de passagers (IPTAP) répond à la nécessité de suivre l’évolution des prix au même titre que l’évolution du trafic aérien, afin d’observer le marché dans sa globalité.

L’indice du mois - Mai 2021

En mai 2021, les prix des billets d’avion au départ de France s’apprécient à la hausse avec une progression de 1,3 % par rapport à mai 2019 mais perdure à la baisse au cumul depuis le début de l’année avec -1,8 %. Les tarifs ont particulièrement grimpé sur les liaisons intra-métropolitaines, probablement en raison des premières mesures de déconfinement, avec la levée progressive des restrictions liées aux voyages. Mais cette progression est à mettre en perspective d’un mois de mai 2019 particulièrement bas sur ce faisceau.

  • Au départ de métropole, les prix se renchérissent à la fois sur le réseau intérieur avec une hausse sensible de 6,3 % par rapport à mai 2019 (+0,3 % au cumul depuis le début de l’année) mais également sur le réseau international où les tarifs progressent de 1,1 % (-1,9 % au cumul).

    Sur le réseau intérieur, pour le quatrième mois consécutif, les prix évoluent dans des directions opposées et l’amplitude tarifaire est forte. La tendance est notablement haussière sur les liaisons intra-métropolitaines où les billets d’avion augmentent de 13,9 % par rapport à mai 2019 (+6 % au cumul). La hausse est générale et se retrouve à la fois sur les liaisons radiales et transversales. A l’opposé, les prix pour voyager vers l’outre-mer sont toujours orientés à la baisse mais celle-ci semble cependant marquer le pas avec un recul de 4,8 % (-10,7 % au cumul), la plus faible baisse enregistrée depuis le début de l’année. Dans le détail, les baisses tarifaires les plus conséquentes se relèvent sur les voyages vers les territoires de l’Océan indien et vers la Polynésie Française.

    A l’international, entre mai 2019 et mai 2021, les évolutions de prix opposées sont bien moins contrastées avec des tarifs qui se renchérissent de 2,3 % sur les liaisons long-courriers (-2,9 % au cumul) tandis que ceux pratiqués sur le réseau moyen-courrier diminuent de 0,7 % (-1,6 % au cumul). Le léger repli global des prix des billets des vols moyen-courriers masque les différences profondes d’évolution des tarifs entre transporteurs : les transporteurs à bas-coûts poursuivent leur guerre commerciale avec des prix des billets d’avions qui fléchissent fortement alors que ceux des transporteurs traditionnels affichent une progression conséquente entre mai 2019/2021.
     

  • Au global, au départ des départements d’outre-mer, la tendance reste résolument orientée à la baisse avec des prix qui chutent de 12,4 % entre mai 2019 et mai 2021 (-9,7 % au cumul), excepté au départ de la Guyane Française où s’affichent des tarifs en hausse.

 

Méthodologie : en mai, l’indice des prix est construit à partir d’un socle de liaisons considérées comme solides représentant 94,2 % de l’échantillon 2021.

Méthodologie de l’indice des prix du transport aérien de passagers

Les indices de prix du transport aérien de passagers (IPTAP) présentés dans cette publication sont calculés selon une méthodologie proche de celle utilisée pour la construction de l’indice des prix à la consommation (IPC) de l’INSEE. Le périmètre de l’IPTAP DGAC diffère toutefois de celui de l’IPC relatif aux transports aériens de voyageurs publié par l’INSEE.
L’IPTAP DGAC est construit sur une base de tarifs aériens relevés pour plus de 400 lignes aériennes (origine, destination, transporteur) directes et indirectes, assurées par plus de  soixante transporteurs. Tous les prix collectés concernent des voyages aller-retour au départ de France (métropole ou DOM) et incluent toutes les taxes, redevances et surcharges applicables.
Plus de 250 000 tarifs aériens sont relevés chaque mois auprès du système de réservation Travelport et des sites Internet des transporteurs  ; ils correspondent à des tarifs disponibles à la vente au moment de la réservation et selon une segmentation portant sur la date et la durée de voyage, la classe de transport, le type de billet choisi… Leur pondération est réalisée sur une base annuelle fixe, construite à partir de données de trafic et d’enquêtes réalisées auprès des passagers.
Les indices présentés illustrent une évolution des prix à structure de consommation constante et n’ont pas pour vocation à retracer une évolution de recette moyenne du secteur.

IPTAP : changement méthodologique en 2018

Dans le cadre de l’amélioration constante de la qualité des données, la DGAC a changé de fournisseur de statistiques de véritables origines/destinations des passagers aériens fin 2016. Ce changement de source de données utilisées pour les pondérations des produits de l’échantillon IPTAP (cf. questions n°5 et n°8 de la FAQ sur la méthodologie IPTAP) occasionne par conséquent des modifications de valeurs des indices des prix comme des évolutions m-1 et m-12. Les indices publiés à compter de janvier 2018 sont calculés avec cette nouvelle pondération, les séries passées ayant également été révisées.

Ce changement de source des pondérations « produits » des IPTAP s’accompagne également d’une modification des faisceaux géographiques et de corrections de tarifs collectés qui influencent la valeur des indices des prix.

En 2018, l’IPTAP change d’année de référence et passe en base 100 pour l’année 2017. Les valeurs des indices chaînés 2012 et chaînés 2017 sont différentes mais les évolutions m-1 et m-12 restent identiques.

Le tableau Excel mis en ligne sur Internet présente des séries d’IPTAP homogènes depuis 2012 (i.e. avec la nouvelle méthode 2018) qui sont donc différentes des chiffres publiés dans les notes mensuelles de 2012 à 2017.

Foire aux questions sur la méthodologie IPTAP

Ces contenus peuvent aussi vous intéresser