Devenir inspectrice ou inspecteur des installations classées en passant les concours de la fonction publique

Vous pouvez devenir inspectrice ou inspecteur des installations classées en passant un concours, grâce auquel vous deviendrez fonctionnaire d’Etat :

Mais vous pouvez aussi postuler directement sur un poste et, dans ce cas, vous ferez le même travail en CDD, comme agent contractuel.

Retrouvez ici plus d’informations pour comprendre comment décider entre ces deux options !

Des concours simples : « BAC+5, CV, lettre de motivation et entretien »

Pas d’épreuve écrite, les deux concours sont ce qu’on appelle des « concours sur titre ».

Vous devez avoir un diplôme de niveau BAC+5, dans un domaine scientifique pertinent pour l’inspection des installations classées. Même si on parle de « concours ingénieur », un candidat disposant d’une formation universitaire (type MASTER) peut présenter sa candidature.

Ensuite, dans les délais indiqués plus bas pour chaque concours, vous devez déposer un dossier « CV + lettre de motivation ». Si vous avez déjà des expériences professionnelles, il est possible d’ajouter une note décrivant les emplois occupés et les missions exercées.

Après une première sélection, les candidats retenus passent un entretien et les résultats sont publiés à la fin des semaines consacrées à ces entretiens.

Des postes proposés dans toute la France

Une liste de postes est proposée aux lauréats des concours. Les services RH échangent avec les lauréats, pour prendre en compte leurs préférences géographiques autant que possible.

Après le premier poste, qui dure généralement de l’ordre de 3 ans, vous pouvez postuler sur tous les postes ouverts, au ministère ou ailleurs dans la fonction publique. Vous pourrez rester sur un autre poste d’inspecteur ICPE, prendre des responsabilités managériales, ou explorer d’autres thématiques. A vous de jouer !

Pas d’engagement de durée : vous restez libre

Une fois fonctionnaire, vous restez à tout moment libre de démissionner de la fonction publique. Vous n’avez rien à rembourser. Vous pouvez aussi renoncer au bénéfice du concours, sans préavis si les postes proposés ne vous conviennent pas (c’est rare mais cela arrive…). Si vous êtes en poste (possiblement dans le secteur privé), vous avez généralement un préavis de 3 mois avant de rejoindre votre nouveau poste à l’issue de votre affectation.

Alors quel concours choisir ?

  • Le calendrier

La première différence entre les deux concours est le calendrier : les inscriptions pour le concours ITPE et le concours IAE sont du 11 décembre 2023 au 12 janvier 2024, pour une prise de poste si possible avant l’été (résultats publiés le 9 avril 2024 à l’issue des entretiens), alors que celles pour le concours IIM sont prévues du 27 février au 28 mars 2024, pour une prise de poste au seconde semestre 2024.

 

  • Le nombre de lauréats

Le nombre de places est plus restreint pour le concours ITPE (de l’ordre de la dizaine) et sera beaucoup plus important pour le concours IIM, dans le cadre d’une opération exceptionnelle de recrutement.

 

  • Les domaines d’activité

Les ingénieurs des travaux publics de l’Etat (ITPE) sont présents dans tous les domaines d’activité des ministères chargés de la transition écologique : environnement, biodiversité, transports, mobilités, énergie, climat, risques, aménagement, logement, urbanisme, mer, numérique, fonctions support, etc.

Ce sont les ingénieurs les plus nombreux dans ces ministères. Ils sont aussi présents dans d’autres ministères où leurs compétences techniques et scientifiques et leur rigueur sont très appréciées. Leurs parcours croisent souvent plusieurs thématiques, plusieurs employeurs.

Au sein de ces mêmes ministères chargés de transition écologique, les ingénieurs de l’industrie et des mines (IIM) sont plus concentrés sur les domaines de la prévention des risques anthropiques et du déploiement des énergies renouvelables, des contrôles de véhicule, même s’ils peuvent travailler dans d’autres secteurs.

Les IIM peuvent occuper des fonctions au sein du ministère de l’économie, des finances et de la souveraineté industrielle et numérique en lien avec de nombreuses thématiques : le développement économique, la réindustrialisation, la transition numérique, la métrologie, etc. Ils exercent également de nombreuses missions au sein de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) avec une activité de contrôle au sein des installations nucléaires de base (INB) ou des installations nucléaires de proximité (radioprotection). Ce sont les ingénieurs les plus nombreux sur les missions d’inspection ICPE (plus de 400), même si les effectifs des ITPE augmentent régulièrement (plus de 100).

Les ingénieurs de l’agriculture et de l’environnement (IAE) sont présents à la fois dans les directions régionales de l'environnement, de l'aménagement et du logement (DREAL) et dans les directions départementales en charge de la protection des populations. Dans les DREAL, des lauréats du concours pourraient être affectés sur des thématiques liées à la consommation et aux rejets aqueux (comme référent régional sur la thématique "eau"). Dans les services départementaux, les IAE sont présents notamment sur les missions de suivi des établissements agricoles (par exemple des élevages, des méthaniseurs à la ferme, des industries agro-alimentaires, des installations viticoles ou même des zoos). Ces agents travaillent dans les DDPP (directions départementales de la protection des populations) ou DDETSPP (directions départementales de l'emploi, du travail, des solidarités et de la protection des populations) ou en outre-mer dans les DAAF (directions de l'alimentation de l'agriculture et des forêts). Ces agents sont employés par le ministère chargé de l’agriculture. Il n’est pas possible à ce stade d’indiquer si des postes seront proposés au concours dans des DDPP, DDETSPP ou DAAF.

 

  • Une rémunération attractive

Chaque corps dispose d’une grille de rémunération (traitement et primes) basée sur des échelons, que l’on gravit au fur et à mesure de son avancement. Chaque échelon comprend une période donnée incompressible ; à l’issue de celle-ci l’agent évolue, avec une rémunération réévaluée.
 

Revenir en haut de la page