Publié le 28 février 2023

Mis à jour le 30 mars 2023

One Forest Summit

  • Mieux préserver notre planète

MB Films/One Forest Summit

C’est à Libreville, au Gabon, que se tient le premier One Forest Summit, les 1er et 2 mars 2023. Au lendemain de l’accord international sur la biodiversité, conclu à la COP15 biodiversité de Montréal, ce sommet est un moment clé pour mettre en œuvre la préservation de la forêt tropicale.

« Sous l’impulsion du président de la République, ce premier One Forest Summit continuera le chemin tracé par la France depuis plusieurs années en faveur d’une protection mondiale de la biodiversité. Les ambitions que nous portons à l’échelle nationale, comme le Plan Un milliard d’arbres ou la stratégie nationale pour les aires protégées, doivent trouver résonance à l’échelle internationale dans la poursuite de l’accord historique de la COP15 de décembre dernier. »

Christophe Béchu

Préserver la forêt tropicale

La préservation des trois grands bassins forestiers tropicaux, que sont la forêt amazonienne, le bassin du Congo et les forêts tropicales d’Asie du Sud-Est, est un enjeu planétaire. Réserves irremplaçables de carbone et de biodiversité, ces espaces jouent un rôle critique dans la régulation du climat et abritent une faune et une flore exceptionnelles.

Dans la continuité de l’accord obtenu à la COP15 biodiversité à Montréal, le 19 décembre 2022, le One Forest Summit va aborder les enjeux liés à la préservation des trois grands bassins forestiers mondiaux. La déforestation importée sera au cœur des débats.

Les forêts primaires, mangroves et tourbières représentent :

  • 15 % de la surface du globe ;
  • 75 % du carbone irrécupérable piégé ;
  • les écosystèmes de plus de 90 % des espèces vertébrées.

Une pluralité d’acteurs

Le One Forest Summit est organisé par la France et le Gabon, co-facilitateurs du Partenariat pour les forêts du bassin du Congo (PFBC). Ce temps fort, programmé sur deux jours, doit rassembler une douzaine de chefs d’État et de Gouvernement et une quinzaine de ministres de tous les continents. Il réunira également des organisations internationales, des entreprises et investisseurs, des associations, des scientifiques et experts, des collectivités locales. Cette diversité d’intervenants permet de mobiliser les ressources du secteur privé et de faire évoluer les pratiques à tous les niveaux.

Ce que prévoit le Cadre mondial pour la biodiversité (CMB) d’ici 2030 :

  • mise sous protection de 30 % des terres ;
  • mise sous protection de 30 % des mers ;
  • mobilisation de 30 milliards de dollars de la part des pays développés et de tous les contributeurs publics ou privés.

Concilier protection de la forêt et développement économique

Concrètement, le One Forest Summit est un sommet de mise en œuvre des grandes ambitions de la COP15 biodiversité. Il entend proposer aux pays forestiers des solutions scientifiques et économiques pour les aider à concilier protection exigeante de la forêt et intérêt économique direct. La dynamique repose sur trois piliers :

  • la progression des connaissances et la promotion de la coopération scientifique ;
  • la promotion de chaînes de valeur durables dans le secteur forestier ;
  • le développement de sources de financement innovantes, comme une rémunération pour les services écosystémiques profitant directement aux populations.