Recherche

Stop-pub

Le Mardi 3 mai 2022

Nos boîtes aux lettres se trouvent souvent remplies par des prospectus, publicités ou journaux gratuits qui y sont déposés sans être spécifiquement ou nommément adressés à leurs destinataires. Moins de prospectus dans votre boîte aux lettres, c’est possible ! Pour ceux qui ne lisent pas les imprimés non sollicités ou préfèrent trouver ces informations sur Internet et qui désirent ne plus recevoir d’imprimés papier dans leur boîte aux lettres, il est possible d’apposer sur celle-ci un autocollant ou une étiquette « Stop Pub », mentionnant le refus de recevoir ce type d’imprimés.

La lutte contre les imprimés non sollicités

Si les quantités de ces imprimés non sollicités ont tendance à baisser depuis 2010, elles continuent néanmoins d’être élevées : près de 800 000 tonnes en France en 2015, ce qui correspond à une moyenne de 12 kg par habitant sur une année ou à 30 kg par foyer. Les imprimés publicitaires représentent 89% de ces quantités, les catalogues commerciaux, 5%, la presse des collectivités, 4%, et les journaux gratuits d’annonces, 2%.

En 2004, dans le cadre du premier Plan national de prévention des déchets, le ministère de l’Environnement a créé un dispositif de prévention relatif à la distribution de ces imprimés publicitaires en boîtes aux lettres, le « Stop Pub ». L’action s’est matérialisée par la création d’un autocollant mis gratuitement à disposition des particuliers qui souhaitent manifester leur refus de recevoir les publicités non adressées. En apposant cet autocollant sur leur boîte aux lettres, les citoyens peuvent ainsi limiter la production de déchets issus de ces imprimés. Ces autocollants mentionnent en général le souhait de continuer à recevoir l’information des collectivités territoriales.

Entre 2004 et 2008, près de 9 millions d’autocollants ont été émis par le ministère de l’Environnement. Cette dynamique nationale a été à l’origine d’une mobilisation au niveau local des collectivités qui ont pu diffuser cet autocollant sur leur territoire. Depuis, cette action a continué à se développer, des collectivités ayant édité leur propre autocollant et l’ADEME ayant mis à leur disposition, depuis 2011, une boîte à outils « Stop Pub » pour déployer ce dispositif sur leur territoire.


Crédits : Dicom

L'expérimentation du oui-pub

En 2019, plus de 894 000 tonnes d’imprimés publicitaires non sollicités étaient distribués, dont une part significative était jetée sans avoir été lue.

Pour lutter contre ce gaspillage, la loi climat et résilience prévoit l’expérimentation du oui-pub : seuls les foyers ayant affiché cette étiquette sur leur boîte aux lettres recevront des imprimés.

15 collectivités volontaires ont été retenues, couvrant 2,5 millions d’habitants. 

Liste des 15 candidatures retenues :

  • SMICTOM (Syndicat Mixte Intercommunal de la Collecte et du Traitement des Ordures Ménagères) du Pays de Fougères
  • Ville de Bordeaux
  • SMICVAL (Syndicat Mixte Intercommunal de Collecte et de Valorisation) Libournais Haute Gironde
  • Agglomération d’Agen
  • Communauté de communes Leff Armor
  • Communauté urbaine de Dunkerque Grand Littoral
  • Ville de Sartrouville
  • Troyes Champagne Métropole
  • Métropole du Grand Nancy
  • Grenoble Alpes Métropole
  • SYTRAD (Syndicat de traitement des déchets Ardèche Drôme)
  • SICTOBA (Syndicat intercommunal de collecte et traitement des ordures ménagères de la Basse Ardèche)
  • Communauté de communes Vallée de l’Ubaye Serre-Ponçon
  • UNIVALOM (Syndicat Mixte de traitement et de valorisation des déchets)
  • SYVADEC (Syndicat de Valorisation des Déchets de la Corse)

Ces contenus peuvent aussi vous intéresser

Revenir en haut de la page