Publié le 07 décembre 2022

Mis à jour le 08 décembre 2022

Ouverture de la COP15 Biodiversité à Montréal pour l'adoption d'un cadre stratégique mondial 2020-2030

  • Communiqué de presse

La 15e conférence des Parties (COP15) à la Convention sur la diversité biologique, présidée par la Chine, s’ouvre aujourd’hui à Montréal, et durera jusqu’au 19 décembre 2022. Son objectif est d'adopter à l'unanimité un cadre stratégique mondial pour la biodiversité sur la période 2020-2030. Cet accord est fondamental alors que le rythme de perte de biodiversité au niveau mondial s'accélère. Les positions défendues par la France et les Etats membres de l'Union européenne seront coordonnées par la Commission et la présidence tchèque du Conseil de l'Union européenne.

La COP15 biodiversité est structurante car elle doit permettre l’adoption d’un nouveau cadre stratégique mondial pour la biodiversité d’ici 2030. Ce cadre mondial a vocation à succéder aux objectifs d’Aichi de la COP10 de 2010, dont les objectifs n’ont été que partiellement atteints. Ce cadre devra comprendre des objectifs quantifiés et mesurables ainsi qu’un mécanisme de suivi et d’évaluation de la mise en œuvre.

Les négociations de la COP15 biodiversité porteront notamment sur un ensemble de 23 cibles réparties autour de 4 piliers :

1.    La réduction des menaces à la biodiversité ;

2.    La conservation et l'utilisation durable des ressources ;

3.    L’accès et partage des avantages issus des ressources génétiques ;

4.    Les moyens de mise en œuvre du cadre mondial.

La France et l'Union européenne défendront une quinzaine d'objectifs principaux permettant d'arrêter et d'inverser le déclin de la biodiversité, dont :

  • La protection de 30 % des terres et de 30 % des mers à l'échelle mondiale d'ici 2030 - « 30x30 » ;
  • Le lancement, avec le Costa-Rica et le Royaume-Uni, une plateforme de soutien à la mise en œuvre de l’objectif du « 30x30 » en transformant la Coalition de la Haute ambition pour la Nature et les Peuples (HAC) en « HAC 2.0 », dotée d’un secrétariat ; et qui permettra d’apporter une réponse concrète aux pays en développement qui souhaitent être accompagnés pour mettre en place des aires protégées ;
  • L’alignement des flux financiers privés et publics sur les objectifs du cadre et l'intégration de ces objectifs par tous les secteurs ;
  • L’élimination de manière progressive des subventions néfastes pour la biodiversité ;
  • La mobilisation de l’ensemble des sources de financement pour la biodiversité ;
  • La prévision d’un mécanisme de mise en œuvre robuste avec des indicateurs communs, permettant de faire des points réguliers sur l'atteinte des cibles et objectifs et d'éventuellement rectifier la trajectoire.

La COP15 biodiversité sera également l’occasion de porter les initiatives annoncées par le président de la République lors de la COP27, concernant notamment les partenariats de conservation positive pour les pays hébergeant des réserves vitales de carbone et de biodiversité, le lancement du groupe de travail international sur les crédits biodiversité, ainsi que l’interdiction d’exploitation des grands fonds marins.

Le succès de la COP15 sera jugé à l'aune de l'atteinte des trois objectifs suivants :

1.    L'ambition du cadre : l'adoption d'objectifs et cibles clairs autant que possible quantifiés pour la conservation, la réduction du taux d'extinction des espèces menacées dès 2030, la réduction des pollutions et la restauration de milieux terrestres et marins.

2.    Les moyens de mise en œuvre du cadre : la mobilisation de contributions financières de toutes sources et l'intégration transversale de la biodiversité dans toutes les politiques et tous les secteurs.

3.    La redevabilité : l’adoption d'un mécanisme de mise en œuvre robuste et inclusif garantira la responsabilité des Parties.



Seront présents à Montréal pour la COP15 : le ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, Christophe Béchu, du 14 au 20 décembre, la secrétaire d'Etat chargée de l'Ecologie, Bérangère Couillard, du 14 au 17 décembre, le secrétaire d'État auprès de la Première ministre chargé de la Mer, Hervé Berville, du 15 au 17 décembre et Chrysoula Zacharopoulou, secrétaire d’État auprès de la ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, chargée du Développement, de la Francophonie et des Partenariats internationaux les 14 et 15 décembre 2022.

« La lutte contre le réchauffement climatique est indissociable de la protection de la nature pour maintenir les conditions de vie sur notre planète.  Notre pays est à la pointe de l’action internationale pour trouver un accord mondial pour la biodiversité. Nous l’avons démontré en se positionnant contre toute exploitation des grands fonds marins, aux écosystèmes si uniques et fragiles. Notre ambition est claire. Nous devons sortir de cette COP15 avec un cadre mondial concret, au service de la protection, du partage et de la diversification de notre biodiversité planétaire. Nous y arriverons. »

Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires et Bérangère Couillard, secrétaire d'Etat chargée de l'Ecologie