Publié le 28 juillet 2023

Christophe Béchu demande aux Préfets de travailler avec les élus pour adapter les règles locales d'urbanisme aux dernières connaissances, étendues à la France entière, sur la sensibilité des territoires aux feux de forêt et de végétation

  • Communiqué de presse

Les feux qui ont frappé le territoire national au cours de l’été 2022 ont été d'une ampleur exceptionnelle en comparaison avec les années précédentes, avec de nombreux feux simultanés et 72 000 hectares brûlés, dont 10 000 hectares de végétation.

Les feux qui ont frappé le territoire national au cours de l’été 2022 ont été d'une ampleur exceptionnelle en comparaison avec les années précédentes, avec de nombreux feux simultanés et 72 000 hectares brûlés, dont 10 000 hectares de végétation.

Ces feux sont amplifiés par le réchauffement climatique, mais ils restent pour l’essentiel (9 feux sur 10) d’origine humaine. Et ils naissent dans 80% des cas à l’interface entre la ville et la nature, là où se déroulent les activités humaines.

Les feux menacent aussi directement les biens et les habitations, singulièrement lorsque ceux-ci sont situés à proximité d’une forêt ou d’un espace sensible à l’incendie.

C’est pourquoi, à la suite de ces incendies, le Président de la République a annoncé, le 28 octobre 2022, que l’État établirait une carte nationale à une maille fine pour recenser les zones particulièrement soumises à un risque d’incendie de forêt ; porterait à la connaissance des élus des territoires les extraits de cette carte, accompagnés de recommandations pour la prise en compte de cette connaissance dans leurs choix d’aménagement et d’urbanisme.

C’est dans ce cadre que le ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires a réalisé une carte nationale de sensibilité aux feux de forêt et de végétation. Établie à partir d’une méthode mathématique et probabiliste et d’outils d’intelligence artificielle, la carte intègre les informations d’images satellitaires décrivant la végétation (type et état de la végétation), l’occupation des sols par des équipements susceptibles d’être à l’origine d’un feu par une probabilité plus forte (infrastructures de transport, lignes électriques aériennes, bâti) ainsi que de données décrivant le climat et le relief. Elle reflète la probabilité que le territoire soit touché par un feu de forêt ou de végétation de plus de 20 hectares.

Christophe Béchu a demandé aux préfets, par une circulaire signée le 26 juillet 2023, de mettre ces éléments cartographiques à la disposition des élus compétents en matière d’urbanisme, afin qu’ils adaptent leurs décisions d’urbanisme pour intégrer au mieux le risque d’incendie de végétation et de forêts. Il leur a également transmis des dispositions types à insérer dans les règlements d’urbanisme pour les aider et les accompagner dans ce travail.

Cette action s’ajoute aux différentes actions annoncées par Christophe Béchu en préparation de l’été 2023 :

  • Campagne d’information sur les obligations légales de débroussaillement auprès de 2,3 millions de riverains d’espaces forestiers, en mars dernier ;
  • Lancement d’une météo des forêts, depuis le 1er juin dernier ;
  • Campagne de sensibilisation sur les bons réflexes à adopter pour éviter un feu de forêt (pour mémoire, 9 feux sur 10 sont d’origine humaine) ou pour y faire face.

« Comme l’avait annoncé le Président de la République, cette carte nationale de sensibilité aux feux apporte une connaissance nouvelle et nuancée de l’exposition du territoire hexagonal et de la Corse aux feux de forêt. Elle tient également compte des feux de végétation, dont l’été 2022 a montré qu’ils peuvent être à l’origine de risques. Cette connaissance nouvelle sera utile au développement de la culture du risque et à la bonne information de nos concitoyens, utile pour les maires, qui pourront ainsi adapter leur politique d’urbanisme, utile aussi pour les services de lutte, dont je salue l’engagement. Elle s’inscrit en cohérence avec les travaux du Parlement, dont la proposition de loi visant à renforcer la prévention et la lutte contre l'intensification et l'extension du risque incendie a été publiée le 11 juillet dernier. Elle complète l’ensemble des outils existants, en particulier les plans de prévention des risques naturels prévisibles d’incendies de forêts qu’élaborent les préfets. J’ai souhaité que dans les prochaines semaines les préfets puissent proposer un temps d’échange aux maires sur l’usage qui peut être fait de la carte en fonction de l’exposition, des enjeux et des spécificités de chaque territoire.  »

Christophe Béchu

Pour en savoir plus :

Pour le territoire hexagonal et la Corse, la carte de sensibilité aux feux reflète la propension du territoire à être touché par des feux de plus 20 hectares, selon un maillage régulier comportant plus de 221 millions de mailles de 50 mètres de côté.

La carte est représentative d’une saison de feux en situation actuelle et de court terme et peut être lue et utilisée jusqu’à l’échelle des mailles de 50 mètres.

Le dossier de presse comporte une présentation non technique de la carte.