Publié le 18 octobre 2022

Mis à jour le 15 décembre 2023

Repenser la périphérie commerciale

  • Territoires

L’appel à projets « Repenser la périphérie commerciale » a été lancé en novembre 2017 par le ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, dans le cadre du réseau Commerce, ville & territoire. Il vise à accompagner 6 collectivités territoriales dans la mutation de périphéries commerciales en perte d’attractivité et ainsi faire émerger des « opérations-pilotes », supports d’une nouvelle urbanité, d’une mixité fonctionnelle et d’une offre de logement complémentaire au centre-ville.

Appel à projets Repenser la périphérie commerciale

24 candidatures reçues, provenant de 12 régions différentes, tant métropolitaines que d’Outre-Mer. 6 lauréats ont été sélectionnés par un jury composé de personnalités qualifiées de la ville et du commerce, d’association d’élus, de représentants du ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales et de co-pilotes du réseau Commerce, ville & territoire.

Le jury final a sélectionné le 23 mai 2018 les 6 projets suivants :

  • la restructuration de l’entrée de la ville basse de Thiers est portée par la Communauté de communes de Thiers Dore et Montagne, qui a pour ambition de transformer ce secteur commercial en morceau de ville en tenant compte des équilibres commerciaux environnants et en le reliant à la ville haute de Thiers, cœur historique de l’agglomération ;
  • le projet de réaménagement de la zone Pariwest est porté par la Communauté d’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines, qui souhaite anticiper le déclin de cette zone commerciale majeure en renforçant son urbanité par le développement d’une mixité programmatique ;
  • le projet sur le site de la RD 14, porté par la Ville de Montigny-lès-Cormeilles, entend réaménager et requalifier un tronçon de ce barreau commercial, afin de diversifier et transformer ce secteur en morceau de ville animé ;
  • le réaménagement de l’entrée sud de Limoges, porté par Limoges Métropole, vise à relier ce secteur au cœur de ville métropolitain, notamment en cherchant à intégrer davantage de mixité fonctionnelle et en développant la mobilité au cœur d’un secteur à dominante commerciale en forte perte d’attractivité ;
  • le projet sur le site de la RD 113, porté conjointement par les communes de Rognac et Vitrolles et la Métropole Aix-Marseille Provence, vise à restructurer cette zone à composante commerciale en perte d’attractivité, en lien avec les centres-villes voisins du site et en s’attachant à valoriser la proximité de l’Etang de Berre ;
  • sur la périphérie commerciale Grande Large, au sud-ouest de la Ville de Saint-Pierre, la collectivité souhaite intégrer une mixité de fonctions et valoriser le potentiel environnemental et paysager du site, situé sur le littoral.

Les lauréats bénéficient d’une aide financière de la part de l’État, pour permettre le recrutement d’une assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO) et préciser leur projet de mutation de périphérie commerciale, ainsi que d’un soutien technique, tant sur le plan national que local, afin d’accompagner les collectivités dans les différentes étapes de leur projet. Cet appel à projets a aussi vocation à faciliter les échanges de solutions et diffuser les enseignements tirés de l’accompagnement des lauréats en matière de restructuration de périphérie commerciale à l’échelle nationale.

Les lauréats de l'appel à projets

Vidéo - Repenser la périphérie commerciale : Limoges Métropole

Contexte, enjeux, chiffres clefs

La zone d’étude est très marquée par ses fonctions commerciale et industrielle. L’habitat y est absent ; l’urbanité du quartier est faible. Du fait d’un environnement concurrentiel important sur le plan commercial et de la nécessité d’anticiper les impacts d’un projet routier de contournement sur le tissu en activité, le secteur de l’entrée de ville Sud de Limoges a été identifié comme un secteur à fort potentiel sur le plan urbain (localisation, accès, desserte, niveau d’équipements, proximité de la zone d’emplois, présence d’un Pôle santé d’envergure), avec une volonté de diversification des fonctions et de restructuration de l’aménagement.

  • La zone d’étude : 78,5 hectares dont près de 20 ha de friches économiques dont la majorité est bâtie.
  • Limoges Métropole - 20 communes.
  • Un secteur de projet concernant plus de 200 000 habitants à l’échelle de la métropole.
  • 1 des 8 pôles commerciaux majeurs identifiés dans le SCoT.

Le pilotage, les partenaires

Le projet est piloté par Limoges Métropole, en association avec les deux communes concernées par le périmètre d’aménagement, Feytiat et Limoges, ainsi que l’établissement public foncier (EPF) de Nouvelle-Aquitaine et l’Etat.

Synthèse

Le projet a pour ambition la diversification fonctionnelle d’un secteur à dominante commerciale en forte perte d’attractivité en périphérie de Limoges. Il s’inscrit à ce titre dans la stratégie territoriale de la collectivité qui souhaite, en articulation avec la ville-centre, limiter le développement anarchique de ses zones d’entrées de ville et réduire leur déficit d’image.

Repenser la périphérie commerciale

Le projet s’appuie sur un dialogue public - privé associant la CCI, l’APALS (association des entreprises du parc d’activités sud), les propriétaires fonciers, les grands employeurs du secteur (entreprise Legrand notamment) ainsi que le conseil de développement avec le collège des entreprises et la Clinique Chénieux, située à proximité immédiate du site de projet.

Stratégie de territoire : équilibre global du projet 

Le site du projet est localisé dans un des espaces métropolitains dont la requalification s’inscrit en complémentarité avec la redynamisation du centre-ville. Cet objectif est intégré aux dispositions réglementaires des SCOT et des deux PLU, en cours de révision et bientôt arrêtés.

La collectivité élabore un Schéma directeur d’aménagement commercial, afin de définir une vision politique partagée. Elle ne dispose pas de document d'aménagement artisanal et commercial (DAAC) ni de schéma directeur d'urbanisme commercial (SDUC).

Programme mixte adapté aux besoins des habitants et des usagers

Le projet vise à développer une mixité fonctionnelle sur le secteur. Le potentiel résidentiel du site est notamment à étudier en lien avec le marché local et le programme local de l'habitat (PLH). L’harmonisation et l’affinement de l’offre commerciale en sont également des objectifs clefs.

Faisabilité du projet

La maîtrise foncière du site, morcelé, constitue un enjeu fort pour la réalisation du projet. Une convention-cadre a été signée avec l’EPF. La collectivité a mis en place un périmètre d’attente pour un projet d’aménagement global (PAPAG), permettant de bloquer les mutations foncières sur le site de projet. Elle est toutefois confrontée à la pression des opérateurs.

Insertion du projet

Le périmètre de projet dispose d’un vocabulaire très autoroutier, marqué par une surreprésentation de la voiture. L’ambition du projet est de profiter des réflexions autour du plan de déplacement urbain (PDU) de Limoges pour réintégrer le périmètre aux systèmes de transport urbains. Le projet vise également à mieux intégrer la rivière de la Valoine dans le projet, notamment en la rendant visible, et de jouer avec la topographie des coteaux environnants pour disposer de points de vue sur les alentours. L’objectif est également de rénover et d’harmoniser le bâti, afin de donner davantage d’uniformité à ce secteur.

Vidéo - Repenser la périphérie commerciale : Jean-Noel Carpentier, maire de Montigny-lés Corneilles

Contexte, enjeux, chiffres clefs

Le projet concerne un linéaire commercial de 1,5 km le long de la RD14, axe routier majeur aujourd’hui déqualifié. Il s’inscrit dans un barreau commercial plus large de 250 000m² de surface de vente très peu mis en valeur du point de vue urbain et paysager. C’est une zone monofonctionnelle dédiée aux commerces et à l’activité, avec un enchaînement de bâtiments commerciaux sans lien entre eux, ni valeur identitaire. Le projet de transformation de la zone commerciale de la RD14 en centre-ville mixte est une opportunité pour permettre la réintégration des commerces aux espaces urbains et gommer la fracture urbaine que constitue cet axe tout en apaisant les circulations.

  • Un site de projet de 13 hectares, un linéaire commercial de 1,5 km de long le long de la RD14. 
  • Ville de Montigny-lès-Cormeilles (Val d’Oise) : 21 400 habitants, commune de grande couronne parisienne.
  • Communauté d’agglomération Val Parisis : 270 000 habitants.

Le pilotage, les partenaires

La Ville de Montigny-lès-Cormeilles pilote le projet, en lien avec les partenaires concernés par la RD14 : la Communauté d’agglomération Val Parisis, le Conseil Départemental du Val d’Oise, la Région Île-de-France et l’Etat.

Synthèse

Le projet de Montigny-lès-Cormeilles a pour objectif de créer un centre-ville par la requalification des abords de la RD 14. Très avancé en matière de programme et de modalités opérationnelles, le projet pourrait avoir un effet déterminant pour amorcer la transformation de cet axe commercial majeur de la métropole, qui relie Cergy-Pontoise à Paris.

Repenser la périphérie commerciale

Gouvernance : acteurs mobilisés

La gouvernance est marquée par un dialogue public-privé, qui se traduit notamment par la tenue de l’Atelier « Territoires économiques » à l’échelle de l’axe de la RD14, des échanges techniques avec l’équipe de maîtrise d’œuvre et par des échanges bilatéraux avec les grandes enseignes du territoire (Carrefour, Leroy Merlin, Boulanger…).

Stratégie de territoire : équilibre global du projet

Le projet répond aux enjeux posés à un niveau intercommunal, par les collectivités concernées par la RD14, signataires d’une charte d’aménagement des abords de la RD14 à destination des PLU et futurs aménagements. La Ville a ainsi traduit l’ensemble des orientations de projet dans son PLU en créant spécifiquement une OAP sur le secteur, mais aucun SCoT n’est en vigueur sur le secteur.

Programme mixte adapté aux besoins des habitants et des usagers

Le projet vise une réelle diversification de fonctions et la création d’un centre-ville animé et reconnecté au territoire. La programmation permettra également de revaloriser la zone commerciale en renforçant sa cohérence. Le projet ambitionne une plus grande mixité : 2000 logements avec des pieds d’immeubles actifs (commerces, services, activités), équipements (école, collège, salle de spectacle) et espaces verts et espaces publics.

Faisabilité du projet

L’EPFIF participe au projet, à hauteur de 15 millions d’euros, tout comme la communauté d’agglomération du Val Parisis. Le droit de préemption urbain est partiellement délégué à l'EPFIF.  Le secteur de projet n'est pas couvert par une ZAC est s'apparente à une « opérations-tiroirs ». Le PLU est en cours de révision pour renforcer la mixité sur le linéaire (OAP sectorielle).

Insertion du projet

En matière d’insertion, le projet vise à :

  • Remplacer le tissu commercial disparate et sans qualité architecturale : le projet est en cours de formalisation sur le plan architectural, paysager et urbain (intégration de lignes forces dégagées, espaces verts, espaces publics, etc).
  • Réduire la césure urbaine entre le coteau urbain historique et la plaine urbanisée plus récemment.
  • Privilégier la mixité entre le développement de l’activité économique et de l’habitat mixte.
  • Répondre aux problématiques de circulation sur la RD14 par l’aménagement d'une nouvelle bretelle d'autoroute permettant le report de la circulation de transit, de site propre (TCSP), de places aux intersections, de larges trottoirs, de pistes cyclables et de nouveaux stationnements.

Vidéo : Repenser la périphérie commerciale : Gregory Garestier Saint-Quentin-en-Yvelines

Contexte, enjeux, chiffres clefs

Le projet s’inscrit au sein d’un secteur en pleine mutation, localisé de manière stratégique en entrée de ville et constituant un pôle d’emploi majeur. Le secteur de Pariwest - Forum Gibet - Portes de Chevreuse est le second pôle commercial de l’agglomération et présente de nombreux dysfonctionnements. La communauté d'agglomération a la volonté d’engager une mutation urbaine sur cette zone, pour « faire ville » grâce à la création de logements, à l'amélioration de l'accessibilité et des mobilités, au renforcement de l'attractivité de cette polarité commerciale et à la diversification des usages et fonctions.  

  • Site de projet de 16 ha.
  • Communauté d’agglomération Saint-Quentin-en Yvelines : 228 000 habitants dont 19 000 à Maurepas et 4 350 à Coignières.
  • 2 zones commerciales : Pariwest et le Forum du Gibet.

Le pilotage, les partenaires

Le portage politique du projet est assuré par la Communauté d'agglomération de Saint-Quentin en Yvelines, en lien avec les communes de Maurepas et Coignières où se situe le secteur de projet. Les acteurs locaux privés (commerçants, propriétaires) et l’Etat sont associés à la gouvernance du projet.

Synthèse

Le projet se donne pour ambition d’anticiper le déclin d’une zone confrontée à des dysfonctionnements urbains et commerciaux majeurs. Il s'appuie sur un périmètre d'études et sur un périmètre opérationnel, permettant à la collectivité de ne pas se concentrer uniquement sur la zone commerciale en question et d’étudier les autres polarités territoriales. Le projet donne une place importante à la concertation, tant citoyenne qu’avec les acteurs privés du territoire.

Repenser la périphérie commerciale

Gouvernance : acteurs mobilisés

Le projet repose sur une gouvernance solide s’appuyant sur le pilotage de la Communauté d’agglomération. Les parties prenantes sont mobilisées via des ateliers d’acteurs du projet de territoire (entreprises, associations, commerçants, jeunes, écoles) dans une logique d’échange multipartite et de concertation.

Stratégie de territoire : équilibre global du projet

Les porteurs de projet souhaitent veiller à l'équilibre entre les commerces de centre-ville et la périphérie, et veillent à la complémentarité avec Action Cœur de Ville, plan dont bénéficie Trappes, commune voisine. Le projet s’inscrit à ce titre dans le prolongement des orientations des PLU des communes concernées, Coignières et Maurepas (OAP sur la zone d’activités Pariwest).

Programme mixte adapté aux besoins des habitants et des usagers

Le projet vise à redonner une urbanité au secteur de projet en y développant notamment une mixité programmatique. L’offre commerciale sera réorganisée pour permettre une montée en gamme. De nouveaux logements, services et lieux multifonctionnels sont envisagés.

Faisabilité du projet

Le projet urbain, en phase amont, n’est pas encore formalisé mais des études pré-opérationnelles ont été menées.

Insertion du projet

En matière d’insertion, le projet vise à :

  • Assurer une requalification urbaine à l'échelle du périmètre opérationnel et une valorisation paysagère des franges et des lisières de la zone.
  • Conférer d'avantage d'urbanité par la requalification des espaces publics et par une programmation mixte.
  • Améliorer l'accessibilité et la lisibilité de la zone.

Contexte, enjeux, chiffres clefs

L’urbanisation du site de projet s’est faite de manière anarchique, selon une logique de flux entraînant une coupure physique et paysagère entre la ville et l‘étang de Berre et avec elle une forte consommation foncière. Les commerces le long de la RD 113 profitent des flux de transit, de façon opportuniste et sans cohérence de l'offre commerciale. 

Le site est aujourd’hui peu qualitatif : le bâti est vieillissant, la signalétique protéiforme et envahissante au point que l’étang de Berre n’est que très peu visible depuis le linéaire commercial. Le foncier est morcelé et présente une forte dureté, rendant complexe tout projet de mutation.

  • Un site de projet de 90 hectares.
  • Un linéaire commercial de 4 km de long, étendu entre Rognac et Vitrolles.
  • 15 000 véhicules passent chaque jour par la RD 113.
  • Un secteur de projet concernant près de 2 millions d’habitants à l’échelle de la Métropole Aix Marseille Provence.

Le pilotage, les partenaires

Le projet bénéficie d’un portage politique conjoint d’Aix Marseille Provence Métropole et des Villes de Rognac et Vitrolles. 

Synthèse

Au nord de l’Etang de Berre, la RD 113 est le support peu qualitatif de commerces et activités en perte d'attractivité. Le projet, porté conjointement par la Métropole Aix Marseille Provence, les villes de Vitrolles et Rognac, vise à faire de ce secteur une zone mixte de loisirs et de vie. Attentif à l’équilibre commercial avec les autres polarités, l’objectif est de permettre une reconnexion aux centres-villes de Vitrolles et Rognac, tout en atténuant la rupture imposée par la RD 113. La restructuration de ce secteur pourrait initier la transformation plus générale de l’étang de Berre, permettant de passer d’une « zone commerciale en déliquescence à la mise en valeur d’un paysage unique. »

Repenser la périphérie commerciale

Gouvernance : acteurs mobilisés

Le dialogue public-privé reste à définir et à engager.

Stratégie de territoire : équilibre global du projet

Dans son futur SCoT, la métropole veut renforcer sa stratégie de maîtrise de l'urbanisme commercial, par un schéma directeur d'urbanisme commercial (SDUC) puis un document d'aménagement artisanal et commercial (DAAC).

Programme mixte adapté aux besoins des habitants et des usagers

Les commerces, aujourd’hui diffus, seront rassemblés dans des « petites centralités mixtes », complémentaires des centres-villes de Rognac et Vitrolles. Des activités touristiques, en lien avec le littoral de l’étang de Berre, et des logements, seront développés pour donner une nouvelle attractivité aux deux communes.

Afin de traiter ces problématiques, il est prévu de s’appuyer sur 3 groupes thématiques (RD 113, littoral, programmation commerciale).

Faisabilité du projet

Le projet est conditionné par la capacité à réorganiser spatialement une partie des activités existantes au sein de la zone et à en déplacer d'autres dans différentes zones. La maîtrise foncière constitue donc un défi majeur; qui reste à ce jour le principal enjeu pour l’avancée du projet.

Insertion du projet

En matière d’insertion, le projet vise à :

  • Requalifier en boulevard urbain le linéaire de la RD 113 entre Rognac et Vitrolles.
  • Valoriser la qualité paysagère naturelle du site, et notamment les rives de l’étang de Berre, très peu visible depuis le site de projet.
  • Mailler le site pour reconnecter les villes de Rognac et Vitrolles aux rives de l'étang, par des accès et des percées visuelles. Les coupures d'urbanisation existantes seront préservées et leur transformation en espaces verts de qualité sera favorisée.
  • La préservation et la restauration de la qualité écologique des rives de l'étang constituent un objectif fort du projet et du SCoT métropolitain en cours d'élaboration.

Vidéo - Repenser la périphérie commerciale : Yassine Mangrolia, de la ville de Saint-Pierre

Contexte, enjeux, chiffres clefs

Le site du projet est un ancien bidonville, transformé en zone industrielle dans les années 1970, qui a muté ensuite en zone commerciale depuis 1990. Aujourd’hui vieillissante, la zone présente une faible densité de bâti et des conflits d’usage de circulation et stationnement. La particularité de cette zone est d’être bordée à la fois par la mer, une 4 voies et un EcoQuartier. Le site du projet est desservi par une ligne de TCSP reliée à l’aéroport, ce qui lui confère une position stratégique.

Un des enjeux forts du projet est de parvenir à lier et articuler les différents dispositifs concernés par le secteur de projet « Repenser la périphérie commerciale » : EcoQuartiers, ANRU, Action Cœur de Ville, site « Réinventons nos cœurs de ville ».

  • Un site de projet de 30 hectares.
  • Un secteur de projet concernant près de 90 000 habitants au niveau de la commune, près de 180 000 habitants à l’échelle de la Communauté intercommunale des villes solidaires.

Le pilotage, les partenaires

Le projet est porté par la Ville de Saint-Pierre en lien avec ses partenaires dont la CIVIS (Communauté intercommunale des villes solidaires), la SPLA Grand Sud, l’AGORAH (agence d’urbanisme de la Réunion), l’EPF de la Réunion, le SMEP Grand Sud (Syndicat Mixte d’étude et de programmation), la Caisse des Dépôts.

Synthèse

Le projet ambitionne de requalifier une zone commerciale située sur le littoral, pour en faire un espace attractif et convivial. Une attention particulière est portée au lien avec le centre-ville, en complémentarité avec les activités commerciales qui y sont déjà présentes. Le projet intègre de nombreux paramètres environnementaux dans sa programmation : aménagement et mise en valeur du littoral, préservation de la biodiversité.

Gouvernance : acteurs mobilisés

La Ville de Saint-Pierre assure le pilotage stratégique du projet. Des contacts ont déjà été établis avec des investisseurs privés et des partenaires publics.

Stratégie de territoire : équilibre global du projet

Le projet répond aux orientations tirées des documents de planification (schéma d'aménagement régional, EcoPLU, SCoT Grand Sud, préconisations du document d'aménagement artisanal et commercial et plan de prévention des risques naturels) et de programmation ainsi que d’outils opérationnels (projet de rénovation urbaine).

Programme mixte adapté aux besoins des habitants et des usagers

Le projet n’est pas encore défini, la programmation pas encore stabilisée. L’objectif général du projet est de développer des usages mixtes, notamment des logements, des activités de loisirs et de tourisme et des espaces de mobilité.

Faisabilité du projet

Une analyse de la mutabilité du foncier a été réalisée. La maitrise foncière des parcelles privées reste à mettre en œuvre. Le montage opérationnel du projet n’est pas encore formalisé.

Insertion du projet

Le secteur de projet est à proximité immédiate du littoral. La Ville souhaite donc valoriser cette situation :

  • En mettant en valeur le paysage et le littoral par l’aménagement de sentiers piétons, de panorama et de la réorganisation du stationnement.
  • En réaménageant les espaces publics pour en faire des lieux de vie conviviaux et ludiques.
  • En reconstituant des façades urbaines et mettre en place des murs végétalisés.
  • En réorganisant les espaces de circulation et de stationnement et créer de nouvelles voies pour désengorger la zone.

Vidéo - Repenser la périphérie commerciale : Abdel Meftah "repenser le site de la ville basse de Thiers"

Contexte, enjeux, chiffres clefs

Le secteur de projet se situe dans la partie basse de la Ville de Thiers, à l’entrée, dans la continuité de la ville haute historique. Il s’étend sur 3km d’Ouest en Est et se caractérise par un tissu urbain mixte, dont une offre commerciale éparpillée, peu lisible et peu qualitative. L’articulation avec le plan Action Cœur de Ville est un enjeu fort : les deux démarches portent sur des périmètres a priori distincts (ville haute ; ville basse) mais une attention particulière doit être portée à leur bonne articulation, afin de créer des complémentarités, la ville haute faisant l’objet d’importantes opérations de renouvellement urbain et de revitalisation.

  • 12 000 personnes environ vivent à Thiers,
  • près de 40 000 vivent dans la communauté de communes Thiers Dore et Montagne.

Le pilotage, les partenaires

Le projet est piloté par la communauté de communes Thiers Dore et Montagne, en lien avec la Ville de Thiers et de nombreux partenaires : le SCoT Livradois-Forez, le PNR Livradois Forez, l’EPF Auvergne, la CCI et la CMA, le Département et la Région, l’Etat, ainsi que les acteurs privés du site.

Synthèse

Le projet se donne pour ambition de transformer l’entrée de ville à composante commerciale de Thiers en un véritable quartier de ville, tout en tenant compte des équilibres commerciaux environnants. Le projet présente une maturité avancée pour lancer la phase pré-opérationnelle (programmation).

Gouvernance : acteurs mobilisés

Un plan de référence formalise les échanges entre les propriétaires fonciers et immobiliers, les enseignes et les exploitants.

Stratégie de territoire : équilibre global du projet

La création de nouveaux pôles commerciaux a été stoppée et la revitalisation des commerces de proximité s'inscrit dans une logique d’articulation entre la ville basse et la ville haute, bénéficiant d’Action Cœur de ville. Le projet s’appuie sur le plan Guide de Thiers. Il alimente une OAP en préparation dans le cadre de la modification annoncée du PLU.

Programme mixte adapté aux besoins des habitants et des usagers

Le projet renforce la complémentarité de l’activité commerciale ville haute / ville basse et prévoit le développement des transports. Les fonctions urbaines doivent être diversifiées : nouvelles formes d’habitat, équipements publics, activités économiques complémentaires (services, artisanat).

Faisabilité du projet

Une convention a été signée avec l'EPF Auvergne.

Insertion du projet

En matière d’insertion, le projet vise à :

  • Séquencer le boulevard urbain Général de Gaulle/ Léo Lagrange (RD 2089) pour pacifier les circulations et offrir un nouveau paysage d’entrée de ville (« fil rouge »).
  • Améliorer le maillage du secteur par la création de « voies des villages » et « voies de la ville basse ».
  • Améliorer la trame verte et bleue (« fil vert ») en développant les continuités piétonnes et cyclables et en créant de micro-coulées vertes.

Les enseignements de Repenser la périphérie commerciale

L’appel à projets Repenser la périphérie commerciale a constitué l’action phare du réseau Commerce, ville & territoire pour les années 2018 et 2019.

Cette démarche novatrice s’est appuyée sur la conviction profonde que la mutation des périphéries commerciales n’était pas un sujet doctrinaire : les problématiques plurielles qu’elle soulève amènent des réponses nécessairement combinatoires qui doivent être étudiées à la lumière d’expériences locales. De plus, le vœu des pilotes du réseau Commerce, ville & territoire était d’engager des solutions concrètes et de soutenir l’expérimentation de nouvelles techniques et approches, pour engager la transformation des périphéries commerciales dans toute leur diversité.

Les enseignements de Repenser la Périphérie Commerciale, téléchargeables ci-dessus, restituent la progression des projets des six lauréats et les enseignements acquis au terme d’un an d’accompagnement. Cet ouvrage rassemble le travail de toute une communauté d’acteurs, associant élus et techniciens de collectivités, experts de tous horizons ; et constitue une ressource mobilisable pour tous les professionnels publics comme privés impliqués dans l’aménagement et l’urbanisme commercial.

Annexes disponible très prochainement : méthodologie détaillée de l'appel à projets, fiches thématiques, présentation détaillée des porteurs et projets lauréats, travaux du MS AMUR).

Ressources thématiques