Publié le 08 octobre 2019

Mis à jour le 09 novembre 2023

L’évaluation française des écosystèmes et des services écosystémiques

  • Evaluation économique par secteur

Destinée à mieux connaître et faire connaître l’état de la biodiversité et ses multiples valeurs, l’évaluation française des écosystèmes et des services écosystémiques, dite Efese, est une plateforme entre science, décision et société. Son objectif est d'en renforcer la prise en compte dans les politiques publiques et les décisions privées en France.

Qu'est-ce que l'Efese ?

Initiée en 2012 par le ministère, l’évaluation française des écosystèmes et des services écosystémiques, dite Efese, est une plateforme entre science, décision et société, qui décline à l’échelle nationale des objectifs analogues à ceux de l’IPBES (la plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques en anglais : Intergovernmental Science-Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services). L’Efese regroupe de ce fait un ensemble de travaux d’évaluation qui portent sur les écosystèmes et leurs services à différentes échelles. Ainsi, l’Efese vise à mieux connaître et faire connaître l’état de la biodiversité et ses multiples valeurs, afin d'en renforcer la prise en compte dans les politiques publiques et les décisions privées en France.

    L’évaluation française des écosystèmes et des services écosystémiques

    Une réponse à des objectifs stratégiques au niveau national et international

    Au niveau national, l’Efese fournit un appui à la stratégie nationale pour la biodiversité. Elle constitue une réponse aux engagements internationaux de la France dans le cadre de la convention pour la diversité biologique et des objectifs de développement durable. Elle s’articule avec un ensemble d’évaluations menées aux échelles européenne et internationale. L’Efese fournit également un appui à la stratégie nationale pour les aires protégées et au plan national milieux humides.

      La gouvernance de l’Efese, destinée à garantir la pertinence, la crédibilité et la légitimité des résultats

      Afin de garantir la pertinence pour la décision, la crédibilité scientifique et la légitimité des évaluations aux yeux des acteurs, l’Efese dispose par ailleurs d’un cadre de gouvernance national permettant d’articuler les contributions des différents acteurs (experts, usagers, porteurs de politiques publiques).

      Ce cadre de gouvernance est basé sur trois piliers au niveau national : une équipe projet, un conseil scientifique et technique (CST), et un comité national des parties prenantes (CNPP).

      • L’équipe-projet Efese assure la coordination du programme à travers une équipe du ministère qui mobilise le Commissariat général au développement durable et la Direction de l’eau et de la biodiversité. L'équipe-projet Efese participe par ailleurs au comité français de l'IPBES et prend part aux réunions plénières de l’IPBES.
      • Le CST est un organe d’expertise pluridisciplinaire animé par la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB). Il est saisi pour formuler des avis et conseils sur les évaluations en cours et pour conseiller l’équipe projets dans le pilotage du programme.
      • Le CNPP mobilise les parties prenantes à l’échelle nationale. Il discute et approuve les messages clés issus des évaluations. Il est aussi consulté sur les orientations du programme.

      L'évaluation des connaissances

      L’Efese réalise des évaluations nationales, régionales et thématiques des connaissances sur les écosystèmes et leurs services. Ces évaluations visent à renforcer notre capacité à prendre en compte les services écosystémiques, et poursuivent trois objectifs :

      • Faire le point sur les enjeux associés à la prise en compte d’un service au niveau national ou territorial.
      • Proposer des valeurs de référence pour faciliter sa prise en compte par l’ensemble des acteurs.
      • Identifier les principaux besoins de connaissances, de données et d’études.

      À ce jour, six évaluations nationales et sept évaluations thématiques ont été réalisées.

      Les évaluations menées dans le cadre de l’Efese reposent sur un cadre conceptuel unifié, qui consiste en une définition des principaux éléments du sujet à traiter. Le respect d’un tel cadre permet aux nombreux praticiens impliqués d’organiser la réflexion et de travailler avec la même compréhension de ce qui doit être évalué.

      Les évaluations nationales des écosystèmes français

      Ces évaluations dressent un premier bilan des connaissances mobilisables sur les écosystèmes français et leurs services. Elles ont été conduites à l’échelle des six grands types d’écosystèmes français dans le cadre de la première phase du programme (2012-2018).

      Évaluations conduites par grands types d’écosystèmes

      Les messages clés portés à l’attention des décideurs à l’issue des six évaluations des écosystèmes français sont publiés séparément des rapports, et disponibles en anglais.

      Les rapports thématiques

      Ces évaluations répondent à des enjeux précis de connaissances à l’échelle nationale sur les écosystèmes et des services écosystémiques particuliers. Elles concernent notamment les services et contraintes liés aux ongulés sauvages, la prise en compte des services dans les décisions d’aménagement, la mise en valeur d’espèces sauvages, l’usage récréatif des forêts, la régularisation de l’érosion côtière, la séquestration du carbone et la pollinisation.

      Le cadre conceptuel

      Le cadre conceptuel de l’Efese été élaboré pour répondre à des critiques soulevées par des scientifiques français au sujet des cadres internationaux. Il reconnaît la multiplicité des valeurs des écosystèmes et de leur biodiversité. Il s’écarte résolument de l’idée de calculer une « valeur économique totale » d’un écosystème pour distinguer et restituer fidèlement un ensemble de valeurs utilitaires, patrimoniales et écologiques des écosystèmes français et leur biodiversité.

        Transcription de l'image : Représentation du cadre conceptuel de l’Efese

        Les boîtes regroupent les principaux éléments ciblés par l’évaluation. Chaque terme mentionné est défini dans le glossaire du rapport de première phase.

        Dans le sens horaire :

        • La boîte « Bouquets » du haut désigne les concepts mobilisés pour désigner les bouquets d’enjeux, potentiellement interdépendants, associés à la gestion des écosystèmes.
        • La boîte « Valeurs multiples » en haut à droite présente la multiplicité des valeurs couvertes et met en valeur le fait que l’intégration et l’accompagnement des arbitrages éventuels entre valeurs multiples constituent une partie intégrante de l‘évaluation.
        • La boîte « Facteurs indirects » témoigne de l’importance d’intégrer explicitement ces leviers d’action à l’évaluation ; la flèche des facteurs indirects vers les valeurs témoigne de l’existence de leviers significatifs pour transformer ces valeurs (ces leviers sont par exemple l’éducation, la sensibilisation du grand public, la formation des élites, les normes sociales, le pouvoir expressif de la loi, etc.).
        • La boîte « Facteurs directs » met en valeur différentes modalités des interactions humaines avec les écosystèmes et leur biodiversité ; elle couvre les grandes familles de pressions, mais aussi les actions positives sur ces écosystèmes.
        • la flèche « Facteurs naturels » couvre des facteurs exogènes qui influence la condition des écosystèmes aux côtés des facteurs anthropiques directs.
        • La boîte « Condition des écosystèmes » présente les trois compartiments d’un écosystème dont l’observation est nécessaire pour une évaluation et une gestion intégrée.

        La flèche du haut témoigne de l’enjeux de l’articulation entre échelles dans l’évaluation et l’action ; enjeu souvent très fort du fait de la diversité des échelles auxquelles peuvent s’exprimer différentes valeurs et impacts.

        La société locale est distinguée de la société mondiale afin de souligner le fait que l’Efese adopte le point de vue d’un acteur national, qui interagit avec l’écosystème mondial, mais dont les champs d’intervention et les perspectives sont ceux d’un état.

        Le bilan de la première phase de l’Efese : du constat à l’action

        Les évaluations réalisées dans le cadre de la première phase de l’Efese (2012-2019) sont le fruit d’un travail partenarial de longue haleine qui a mobilisé et articulé, chacun dans son domaine de légitimité, agents, experts et parties prenantes.

        Le rapport de première phase présente ainsi une sélection des nombreuses connaissances, issues de disciplines variées, rassemblées au cours de plus de huit années du programme Efese, sur la période 2012-2019. Il articule et structure une information scientifiquement crédible et conçue pour être légitime aux yeux de tous.

        Ce rapport peut être lu à plusieurs niveaux. Ses messages clés à l’attention des décideurs présentent sous une forme très synthétique les conclusions issues de l’évaluation et partagées avec les acteurs. Ses annexes, quant à elles, présentent dans le détail l’ensemble des données et des connaissances mobilisées. Dans son corps, le rapport débute par une première partie dédiée à la présentation du programme Efese. Il dresse ensuite un bilan d’ensemble de la condition des écosystèmes français. Enfin, il explore dans sa troisième partie les besoins de connaissances et d’outils nécessaires à la transition écologique et solidaire de la société française.

        Ce rapport permet de capitaliser sur l’expérience acquise dans le cadre de la plateforme science politique - société que constitue l’Efese. Il dessine également les grands axes d’une deuxième phase du programme, dont les évaluations seront destinées à faciliter une action cohérente et résolue vers la transition écologique et solidaire de notre modèle de société.

        Pour suivre et participer au programme

        La deuxième phase du programme

        Depuis 2019, l’Efese a engagé une deuxième phase à visée stratégique et opérationnelle. Les trois axes de travail de cette nouvelle phase sont les suivants :

        1. Éclairer, à court terme, des sujets à enjeux.
        2. Développer, à court terme, des outils d’aide à la décision dans le cadre d’expériences pilotes conduites en partenariat avec les acteurs concernés.
        3. Poursuivre, à plus long terme, le renforcement général des capacités d’évaluation, notamment

        Les séminaires annuels de l’Efese

        Une fois par an, l’Efese organise son séminaire annuel. Il s’agit d’une journée d’échanges avec de nombreux chercheurs et experts de premier plan, permettant de discuter de l’actualité du programme, des publications récentes, des travaux en cours, et des besoins de connaissance. Le dernier séminaire de l’Efese s’est tenu le 9 décembre 2022 à Paris (la Défense), dans les locaux du ministère.

        Le réseau social des acteurs du programme Efese

        L’Efese dispose d’une plateforme organisée sous le format d’un réseau social, qui vise à rassembler les acteurs intéressés par l’évaluation et la cartographie des écosystèmes et de leurs services en France. L’objectif de la plateforme est de favoriser les échanges et de renforcer le partage d’informations et de bonnes pratiques.

        L’inscription à la plateforme est libre et permet :

        • D’accéder à l’ensemble des publications de l’Efese et à une banque des évaluations nationales.
        • D’être informé de l’actualité française et internationale sur le sujet.
        • De communiquer des événements ou des évaluations auprès des membres de la communauté.
        • De poser vos questions à l'ensemble de la communauté.

        Participer au renforcement des connaissances

        Afin de donner suite aux besoins de connaissances, de données et d'études identifiés dans le cadre du programme, l'équipe projet Efese propose un accompagnement des acteurs de la recherche dans la formulation de leurs projets, qu'il s'agisse de stages de master, de thèses, de post-doctorats ou de projets de recherche. Cet accompagnement permet aux acteurs de bénéficier d'un conseil destiné à renforcer la pertinence de leurs projets pour les politiques publiques.

        Par ailleurs, et afin de favoriser l'appropriation de enjeux identifiés au sein de la recherche, l'équipe projet Efese intervient dans le financement de stages de master, à travers les appels à propositions de la Fondation pour la recherche sur la biodiversité, et le financement et le co-encadrement de stages en lien avec des équipes de recherche intéressées.

        Concours de nouvelles

        L'Efese vise aussi à renforcer notre capacité à évaluer et rendre visible auprès des décideurs les dimensions non-utilitaires des écosystèmes et de leur biodiversité. De telles valeurs sous-tendent en effet de nombreuses décisions et politiques publiques en matière de gestion des écosystèmes. Le développement de méthodes opérationnelles d'évaluations de telles dimensions, qui mobilisent la diversité des sciences humaines et sociales, constitue donc un enjeu fort au même titre que celle des services écosystémiques.

        Repenser notre relation à la nature à l'heure de la sixième extinction

        Nous sommes entrés dans l’anthropocène : nos impacts sur les écosystèmes mondiaux et leur biodiversité sont tels que nous ne pouvons plus les ignorer. Alors que la « sixième extinction » se poursuit en France et dans le monde, une prise de conscience des Français et la mobilisation de l’ensemble des acteurs sont plus que jamais essentiels. Le colloque, qui s'est tenu le 5 octobre 2018, s'adressait aux personnes en situation de responsabilité dans tous les secteurs. Il a lié la question de la préservation de la biodiversité à d'autres enjeux (économie, sécurité et culture) et exploré des pistes d’action innovantes pour enrayer le déclin en cours de la biodiversité.

        C'est à cette occasion qu'ont été annoncés les résultats du concours de nouvelles organisé sur le thème « Repensons notre relation à la nature à l'heure de la sixième extinction ». Organisé en partenariat avec le ministère de la Culture, cet appel à écriture de nouvelles avait pour objectif de mobiliser la littérature pour renforcer une prise de conscience intime et sensible de ce qui se joue dans l’érosion de la trame vivante de notre environnement.

        Les projets en cours

        Cartographie nationale des services écosystémiques sur la base des données Carhab

        Le programme CarHab vise à réaliser d’ici 2025 une cartographie nationale des habitats terrestres naturels et semi-naturels de métropole et d'Outre-mer, à l'échelle du 1:25 000e. En association avec l’Efese, la direction de l’eau et de la biodiversité du ministèrea récemment lancé un projet de cartographie de la capacité des habitats à fournir des services écosystémiques, fondé sur CarHab. Ce projet réalisé par l’UMR Recover de l’Inrae est basé sur le renseignement de matrices de capacités à dire d'experts par écorégion en métropole, afin de définir ensuite une matrice nationale de capacité des habitats à fournir des services écosystémiques. Ce projet a débuté en janvier 2023 et diffusera des premiers résultats en été 2024.

        Mise en œuvre de la mesure 18 de la Stratégie nationale des aires protégées

        L’Efese est chargé de la mise en œuvre de deux sous-actions de la Mesure 18 de l’Objectif 7 de la Stratégie nationale des aires protégées. La première sous-action vise à recenser les programmes visant à évaluer les services écosystémiques dans les aires protégées et élaborer un guide de bonnes pratiques de prise en compte de ces services dans la gestion des aires protégées. Elle est réalisée au travers d’une revue systématique de la littérature scientifique et sur le recensement, via les plans d’action territoriaux de la Stratégie nationale des aires protégées et le réseau des gestionnaires d’aires protégées, des travaux réalisés à l’échelle nationale. La deuxième sous-action vise, dans le cadre d'une expérimentation, à lancer dans une série d'aires protégées des programmes visant à analyser les services écosystémiques présents, et à les préserver, valoriser, et restaurer le cas échéant. Des consultations avec différentes parties prenantes sont en cours pour identifier un premier cas d’étude sur lequel une évaluation sera lancée dès 2023.

        Comptabilité des écosystèmes et des services écosystémiques

        La Commission statistique des Nations Unies a adopté en mars 2021 un nouveau cadre statistique pour la comptabilité des écosystèmes –  System of Environmental-Economic Accounting– Ecosystem Accounting (SEEA EA) – qui vise à quantifier la contribution des écosystèmes à notre société, considérant leur état (santé) et les services qu'ils nous rendent. Au niveau européen, un projet de règlement créant les premiers comptes d’écosystèmes et de services écosystémiques a été proposé par la Commission européenne en juillet 2022, et est actuellement en cours de discussion. L’Efese contribue au suivi de ces travaux pour partager l’expertise et les connaissances développées dans le cadre du programme.

        Evaluation des valeurs associées aux récifs coralliens et écosystèmes associés des Outre-mer

        L’Initiative française pour les récifs coralliens (Ifrecor), a prévu dans son programme d’actions 2022-2026 la mise à jour de l’évaluation des valeurs socio-économique des récifs coralliens et écosystèmes associés des Outre-mer, publiée en 2016. L’Efese pilotera cette évaluation, qui doit aboutir en 2026.

        L'adresse de contact

        efese [a] developpement-durable.gouv.fr