Publié le 16 janvier 2020

Les émissions gazeuses liées au trafic aérien

  • Aviation et Environnement

Entre 2000 et 2021, les émissions du transport aérien ont diminué de 38,6% pour un nombre de passagers-équivalents-kilomètres-transportés (PKTeq) en diminution de 18,1%, soit une diminution de 25,1% des émissions unitaires (émissions par passager-équivalent-km-transporté), correspondant à une décroissance moyenne de 1,4% par an.

Calculateur d'émissions de CO2 du trafic aérien

Calculez vos émissions

Chaque année, la DGAC fournit une évaluation des émissions en France liées au transport aérien commercial et met à la disposition des acteurs intéressés un ensemble de fiches pour les émissions gazeuses des douze aéroports métropolitains les plus importants en passagers. L’objectif est d’aider ceux-ci à constituer les bilans des émissions carbonées liées aux mouvements d’avions, et plus généralement de fournir une information précise au public intéressé par cette question.

Les émissions gazeuses liées au trafic aérien - Données 2021

La DGAC très impliquée dans la lutte contre les nuisances liées à l’aviation réalise le calcul des émissions de CO2 et polluants atmosphériques imputables à l’activité de l’aviation en France.

Elle utilise pour cela le calculateur TARMAAC, qui permet de quantifier les émissions selon le type d’avion, le type de moteur, la liaison (origine-destination), le temps de roulage, etc.

Ces travaux ont permis de réaliser le présent bilan et d’alimenter Ecocal, l’outil en ligne de la DGAC pour le calcul des émissions de CO2 et gaz à effet de serre, avec lequel tout voyageur peut connaître les émissions liées à son vol :

Quelques chiffres clés illustrent la part du trafic aérien dans les émissions de CO2 en France et mettent en évidence les progrès continus du secteur en matière de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre :

  • en 2021, les émissions de CO2 pour le transport aérien en France se sont élevées à 12,4 Mt (millions de tonnes), dont 8,8 Mt (70,8%) pour le transport aérien international (estimation TARMAAC) et 3,6 Mt (29,2%) pour le transport intérieur (y compris Outre-mer), dont une proportion importante liée à la desserte Métropole/Outre-mer (2,2 Mt). Les émissions du trafic intérieur métropole (1,4 Mt) sont en diminution de 55,7% par rapport à 2000, pour un trafic ayant diminué de 35,1% (en PKTeq) ;
  • entre 2000 et 2021, les émissions du transport aérien ont diminué de 38,6% pour un nombre de passagers-équivalents-kilomètres-transportés (PKTeq) en diminution de 18,1%, soit une diminution de 25,1% des émissions unitaires (émissions par passager-équivalent-km-transporté), correspondant à une décroissance moyenne de 1,4% par an ;
  • avec 5,0 Mt en 2019 d'après l'inventaire national des émissions (chiffres CITEPA + estimation TARMAAC), le trafic aérien intérieur (y compris Outre-Mer et non-commercial) représentait 3,8% des émissions de CO2 du secteur des transports et 1,5 % des émissions totales de la France ; après réintégration des soutes internationales (aériennes et maritimes) dans les bilans, le secteur aérien était à l’origine de 6,8% des émissions de CO2 de la France en 2019.

NB : en raison de la crise sanitaire, dont les effets sur le transport aérien ont été très significatifs, les années 2020 et suivantes sont très différente des années précédentes. Ces modifications ont affecté aussi bien les valeurs absolues des émissions que les valeurs unitaires, en raison notamment des remplissages plus faibles. Les comparaisons 2021/2019 ou 2021/2000 restent utiles pour quantifier la chute de trafic et ses effets, mais peu pertinentes pour estimer l'évolution fine des paramètres, en particulier ceux liés aux émissions unitaires.