Du 17 au 18 septembre 2022

Journées européennes du patrimoine

Programme des animations

Les participants pourront découvrir l’histoire de l’Hôtel de Roquelaure, en visite libre ou commentée, ainsi que le bureau ministre qui sera ouvert au public pour l’occasion. 

Le parcours permettra également aux visiteurs, en particulier les plus jeunes, de s’informer sur les enjeux climatiques (rapport du GIEC, impacts, adaptation) et sur les risques naturels à travers une exposition photographique et des supports pédagogiques.

Dans le jardin, la cour d’Honneur ou encore les salons, les visiteurs pourront participer à des animations sur des solutions pour accélérer la transition écologique et énergétique :

  • animation avec l’apiculteur du ministère ;
  • visite d’un nichoir à oiseaux et d’un hôtel à insectes ;
  • visite guidée du potager ;
  • information sur les écogestes ;
  • et beaucoup d’autres jeux et animations à découvrir !

Informations pratiques

Samedi 17 et dimanche 18 septembre 2022, de 14h à 18h
Visite libre de l’Hôtel de Roquelaure et des jardins
Au 244 boulevard Saint-Germain, Paris 7e
Métro Rue du Bac / Solferino

L’Hôtel de Roquelaure : un peu d’histoire

Construit au début du XVIIIe siècle pour des particuliers, l’Hôtel de Roquelaure a été la propriété de plusieurs générations de la famille Molé jusqu’à la Révolution française. En 1793, il est momentanément transformé en asile pour galeux, puis affecté à la commission de l’Agriculture et des Arts avant d’être à nouveau restitué à la famille puis loué.

En 1808, Jean-Jacques-Régis de Cambacérès achète l'hôtel Molé. Il y adjoint l’hôtel de Lesdiguières (puis de Sully), réunissant définitivement les deux propriétés. Il reçoit l’Europe entière dans son hôtel. Les dîners officiels s’y succèdent au rythme de deux par semaine pour le service de l’Empereur.

En 1816, l’hôtel est vendu à la duchesse d’Orléans. Sous la monarchie de Juillet, l’hôtel héberge le conseil d’État.

Entre « cour et jardin », l’Hôtel de Roquelaure est devenu la propriété et le siège d’administrations en 1839. Grâce à son histoire, il est l’une des demeures seigneuriales les mieux préservées du faubourg Saint-Germain.

L’ensemble des façades et toitures, ainsi que le portail, le sol de la cour d’honneur et le jardin, font l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 29 avril 1961.

Revenir en haut de la page