Clôture de la 14e conférence des parties (COP14) à la Convention de Ramsar sur les zones humides

Le Mardi 15 novembre 2022


Crédits : IISD/ENB

Rendez-vous phare pour la protection des milieux humides, la COP14 s’est tenue du 5 au 13 novembre 2022, sous une forme hybride, à Wuhan (Chine) et à Genève (Suisse). La Convention de Ramsar vise à protéger les milieux humides dont le rôle dans la régulation du climat, l’atténuation des impacts des dérèglements climatiques et le soutien à la biodiversité est essentiel. Cette 14e conférence des parties a permis de réaffirmer l’urgence de mettre en œuvre les principes de la Convention : conserver, restaurer et veiller à l’utilisation rationnelle des zones humides, notamment avec l’adoption de la déclaration de Wuhan.

Entre terre et eau, les milieux humides se caractérisent par une biodiversité exceptionnelle. Par leurs différentes fonctions, ils jouent un rôle primordial dans la régulation de la ressource en eau, l’épuration et la prévention des crues. Ils rendent également divers services en matière d'atténuation des effets du changement climatique et d'adaptation à ses conséquences. Compte tenu des enjeux environnementaux, économiques et sociaux, ces milieux menacés par les activités humaines et les changements globaux font l’objet d’une attention particulière.

La COP 14 : une dynamique collective pour protéger des milieux vulnérables  

Adoptée en 1971 et entrée en vigueur en 1975, la Convention de Ramsar sur les milieux humides regroupe aujourd’hui 172 pays. Elle engage les Etats membres à la conservation et à l’utilisation durable de leurs milieux humides, et prévoit la création d’un réseau mondial de zones humides d’importance internationale : les sites Ramsar. 

La 14e conférence des parties s'est tenue du 5 au 13 novembre 2022. Plusieurs enjeux majeurs ont été abordés, notamment : 

  • la poursuite des travaux sur le renforcement de l’efficacité de la Convention, l’amélioration de son fonctionnement et l’articulation de ses travaux avec les autres accords multilatéraux sur l’environnement ;
  • seize projets de résolutions sur des sujets de fond : adoption du cadre pour la préparation du nouveau plan stratégique qui sera entériné à la prochaine COP, priorités de travail du groupe d’évaluation scientifique et technique, nouveau cadre pour le volet communication / sensibilisation et résolutions techniques portant sur le renforcement de la protection des petites zones humides, ou encore la meilleure intégration des enjeux concernant les milieux humides dans les stratégies de développement durable et les programmes d’éducation.

Adoption de la déclaration de Wuhan

Devant la perte accélérée des zones humides, la déclaration de Wuhan, adoptée à l’issue de cette COP14, réaffirme qu’il est urgent pour les parties contractantes de mettre en œuvre la Convention et toutes les actions nécessaires, à tous niveaux, pour la préservation et la restauration des zones humides. La Déclaration formule l’intention commune de renforcer la volonté et l’action pratique et notamment :

  • d’agir pour les zones humides pour affronter les nombreux défis actuels, notamment pour atténuer les changements climatiques, s’adapter à leurs effets et réduire les risques de catastrophe, pour préserver la ressource en eau, et pour soutenir les nombreuses espèces qui dépendent de ces milieux ;
  • d’intégrer les actions pour les zones humides dans les politiques nationales ;
  • de soutenir la participation et une large mobilisation multi acteurs qui est d’importance critique pour la mise en œuvre de la Convention.

Remises de prix : les lauréats français

Prix Ramsar

Chaque COP Ramsar récompense des acteurs engagés pour la préservation des milieux humides avec plusieurs catégories de prix. 
Jérôme Bignon, ancien député et ancien Sénateur de la Somme, s’est ainsi vu remettre le Prix du mérite, en reconnaissance de son engagement de longue date en faveur des espaces naturels et notamment des milieux humides, en tant que Président du Conservatoire du littoral (de 2008 à 2012), Président de l'Agence des aires marines protégées (de sa création en 2006 jusqu’à 2012), et premier Président du Conseil d’orientation de l’Office français de la biodiversité depuis 2021. Jérôme Bignon est par ailleurs membre fondateur et Président, depuis sa création en 2011, de l’association Ramsar France, qui rassemble les gestionnaires français de sites Ramsar. 

Label Ville Ramsar

Créé en 2015, le label « Ville Ramsar » récompense les collectivités qui, ayant sur leur territoire une zone humide importante et notamment un site Ramsar, ont mis en place dans leur aménagement des politiques exemplaires de gestion durable de ces milieux précieux et fragiles. 

Deux nouveaux lauréats français ont ainsi été labellisés en 2022, portant à 6 le nombre de villes françaises labellisées (sur 43 au total au niveau mondial) :

  • Belval-en-Argonne (Marne), site Ramsar des Etangs de la Champagne humide ;
  • Seltz (Bas-Rhin), site Ramsar du Rhin supérieur.

L’engagement de la France en faveur des milieux humides

La France compte un réseau riche de sites Ramsar, avec 52 sites désignés dont 12 outre-mer, couvrant plus de 3,6 millions d’hectares, et de nombreux projets en cours. 

Lancé en mars 2022, le quatrième plan national en faveur de la protection des milieux humides porte sur la période 2022-2026. Ce plan amplifie les actions en faveur de la connaissance, la protection et la restauration des milieux humides.  

Revenir en haut de la page