Chez nous aussi, le climat change : quand la mer grignote le littoral

Le Mercredi 8 juin 2022


Crédits : Damien Carles / Terra

L’érosion est un phénomène naturel, mais avec le changement climatique elle s’accélère. Aujourd’hui, en France, c’est près du quart du trait de côte qui est en recul. Et on estime déjà la perte de surface à 30 km² entre 1960 et 2010.
Si toutes les régions côtières sont impactées, certaines le sont plus que d’autres. La Charente-Maritime est, avec le département des Bouches du Rhône, la zone la plus touchée, avec 55 % de son trait de côte en recul. Le couplage des risques d’érosion et de submersion marine la rend particulièrement vulnérable.

Reportage dans le département de la Charente-Maritime

Recul du trait de côte

Le recul du trait de côte, qu’est-ce que c’est ?

This video is disabled

Afficher la version texte de la vidéo

Le recul du trait de côte, qu’est-ce que c’est ?
Le trait de côte, c’est tout simplement la limite entre la terre et la mer.
Mais ce trait n’est pas fixe. Il évolue constamment sous l’effet de facteurs naturels comme le vent, les courants ou les variations du niveau de la mer.
Ainsi, l’action répétée des vagues déplace sables, roches et sédiments vers le large. C’est surtout le cas lors de grandes marées et de fortes tempêtes.
Cette perte de matériaux, appelée érosion côtière, se traduit par un recul du trait de côte.
Autrement dit, la limite terre/mer se déplace vers l’intérieur des terres.
En France, c’est près du quart du littoral qui recule du fait de cette érosion côtière. Aucune région côtière française n’est épargnée.
Et ce phénomène naturel impacte les activités humaines, l’urbanisation du littoral, le tourisme, l’agriculture…
D’autant qu’il est aggravé par le changement climatique qui s’accompagne (entre autres !) d’une élévation du niveau marin et d’un risque accru de submersion marine…
Vous l’avez compris, avec le changement climatique, notre littoral est de plus en plus vulnérable.

Revenir en haut de la page