Publié le 22 mars 2024

Journée mondiale de l’eau : le réseau des sites Ramsar français s’agrandit

  • Mieux préserver notre planète

Tournier

A l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, la France agrandit encore son vaste réseau de sites labellisés au titre de la Convention internationale de Ramsar sur les zones humides. Le site des Marais et Tourbières des montagnes du Bugey (Ain) est labellisé et celui du Lac du Bourget-Marais de Chautagne au Marais de Lavours (Ain, Savoie) est étendu.

Le classement du site des marais et tourbières des montagnes du Bugey et l’extension du site du Lac du Bourget

Les marais et tourbières des montagnes du Bugey

Ce nouveau site, d’une superficie totale de 1 050 hectares, s’étend sur les montagnes du Bugey, au sein des plis du massif jurassien. Les conditions géologiques ont favorisé la présence d’un réseau de zones humides, lacs et tourbières encore assez bien préservé et d’une grande richesse écologique.

Le site Ramsar est composé de 41 de ces zones humides, distinguées par deux caractéristiques majeures : une altitude supérieure à 750 mètres et la présence de systèmes tourbeux et marécageux.

Les marais et tourbières du Bugey jouent un rôle important dans la conservation de nombreuses espèces, notamment de flore, (le Liparis de Loesel, l’iris de Sibérie, l’oeillet superbe, la gentiane pneumonanthe…) et de faune, ( la bécassine des marais, l’azuré de la Sanguisorbe, l’azuré des paluds, l’écrevisse à pattes blanches…).  Sur le périmètre, 54 espèces végétales et 85 espèces faunistiques sont considérées comme menacées sur les listes rouges UICN.

​Cette labellisation est le fruit d’une collaboration étroite entre le syndicat de rivières Ain Aval et Affluents et le Conservatoire d’Espaces Naturels Rhône-Alpes, avec l’appui du Département de l’Ain.

Lac du Bourget – Marais de Chautagne et de Lavours

Manon Latour

Il s’agit d’une extension très importante, de près de 1 500 hectares, du site labellisé en 2003. Plusieurs entités sont incluses dans le site : le marais de Lavours, qui est un des derniers grands marais continentaux d’Europe occidentale et qui recèle l’une des plus grandes tourbières alcalines de France ; les îles de la Malourdie ; et de nouveaux secteurs du marais de Chautagne, pour un périmètre total de 6 950 hectares.

Avec le Lac du Bourget, plus grand lac d’origine naturelle de France, et les deux marais de Chautagne et de Lavours, ce nouveau site présente une forte cohérence écologique et fonctionnelle, mais aussi historique, du fait de l’interconnexion de l’ensemble par la nappe phréatique du Rhône. Cette extension renforce encore la grande richesse biologique du site, qui héberge un grand nombre d’espèces et offre une diversité d’habitats favorables aux oiseaux pour leur halte migratoire et leur nidification.

Le projet, soutenu par le Département de l’Ain, est porté par le Conservatoire d’Espaces Naturels de Savoie et l’Entente Interdépartementale Rhône-Alpes pour la Démoustication.

La convention de Ramsar

La convention sur les zones humides, ou Convention de Ramsar est signée en 1971. Ce traité intergouvernemental offre un cadre à la conservation et la mise en valeur des zones humides et de leurs ressources. L’objectif est de construire et de faire vivre un réseau international de zones humides d’importance internationale et d’engager tous les pays à préserver et gérer durablement l’ensemble de ces zones, qui sont les écosystèmes les plus menacés au monde.

Le réseau français compte désormais 55 sites dont 12 en outre-mer, et couvre plus de 3,9 millions d’hectares (dont 2,3 pour la seule réserve naturelle des Terres australes françaises).

Stratégie nationale biodiversité 2030

La Stratégie nationale biodiversité 2030 a pour ambition de réduire les pressions sur la biodiversité, restaurer les écosystèmes et susciter des changements en profondeur afin d’inverser la trajectoire du déclin de la biodiversité. La conservation des zones humides est un des objectifs de cette stratégie qui vise la restauration de 50 000 hectares de milieux humides d’ici 2026.