Séquence hivernale 2022 : agir contre le mal-logement

Le Jeudi 3 novembre 2022


Crédits : Thierry Degen / Terra

La trêve hivernale a débuté ce 1er novembre et durera jusqu’au 31 mars 2023. L’occasion de faire le point sur la stratégie de l’État contre le mal-logement qui se compose de deux axes : l’hébergement d’urgence et le plan Logement d’abord (LDA). Le 28 octobre 2022, le Gouvernement a annoncé un budget de 2,7 milliards d’euros dont 566 millions d’euros pour le plan LDA.

De l’hébergement d’urgence…

L’accueil en hébergement d’urgence est destiné à répondre aux besoins immédiats des personnes privées de domicile et en situation de détresse sociale, médicale ou psychique.

Les hébergements comprennent notamment les centres d’hébergement d’urgence, les centres d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS), les nuitées d’hôtel… L’hébergement d’urgence reste une solution provisoire, souvent précaire, dans l’attente d’un logement durable et adapté.

Nous avons décidé d'un budget de 2,7 milliards d'euros pour pouvoir maintenir le nombre de places entre 197 000 et 198 000.

Olivier Klein, ministre de la Ville et du Logement, le 28 octobre 2022

Pendant longtemps, la baisse des températures a été le principal critère permettant l’ouverture de capacités exceptionnelles de mise à l’abri. Aujourd’hui, d’autres critères sont pris en compte, comme les conditions socio-économiques, un sinistre, les migrations suite aux crises internationales… et ce, tout au long de l’année. Il s’agit ainsi de soutenir les personnes sans-abri sur le plus long terme, tout en conservant des mesures spécifiques pendant les périodes de grand froid.

Le ministre est par ailleurs pleinement engagé sur la situation des enfants présents dans la rue. Il travaille en étroite coopération avec les différentes associations ainsi que les préfets afin d’établir les meilleures solutions sur l’ensemble du territoire.

Au-delà du cadre de l’hébergement d’urgence, la priorité du Gouvernement est l’accès au logement pérenne. Le ministère souhaite ainsi fluidifier le passage de l’hébergement d’urgence au logement qui demeure un repère permettant l’appropriation d’un « chez-soi », essentiel pour l’intégration dans la société.

… au logement social

Le plan quinquennal pour le logement d'abord et la lutte contre le sans-abrisme, dit plan Logement d’abord (LDA), a pour ambition de diminuer de manière significative le nombre de personnes sans domicile fixe en privilégiant des solutions de retour au logement, plutôt que la multiplication de réponses d’hébergement de court terme.

Depuis 2018, le plan Logement d’abord a permis à 400 000 personnes d’accéder à un logement pérenne.

Entre 2018 et 2022, des projets ont été mis en place dans 45 territoires. Les collectivités territoriales, les services de l’État, les bailleurs sociaux et les associations ont collaboré pour, par exemple, permettre la mobilisation de logements abordables et adaptés, le repérage et l’accompagnement des personnes sans domicile, l’accès au logement des ménages hébergés ou sans-abri, la prévention de rupture, etc.

Dans le contexte de la trêve hivernale, de l’inflation et de la hausse des coûts de l’énergie, le plan LDA permet aux services de l’État de renforcer leur capacité d’intervention précoce des impayés de loyers et de charges afin d’éviter au maximum les expulsions locatives.

 

Revenir en haut de la page