La République du Congo, la France et l'Union Européenne annoncent un partenariat de 50 millions de dollars pour soutenir son ambition en faveur de la conservation de la biodiversité et du climat

Le Samedi 9 décembre 2023

Des partenaires internationaux se sont réunis pour soutenir les engagements de la République du Congo en faveur de la protection de la biodiversité et du climat et son ambition d’augmenter son couvert forestier et réduire la déforestation à travers les plantations forestières et agroforestières.

Aujourd'hui, lors de la journée dédiée à la Nature et aux océans de la COP28, Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, Rosalie Matondo, ministre de l’économie forestière de la République du Congo et Virginijus Sinkevičius, Commissaire européen à l'environnement, aux océans et à la pêche, ont lancé un partenariat pour les écosystèmes forestiers, la nature et le climat, d’un montant initial de 50 millions de dollars.

La République du Congo, couverte aux deux-tiers de forêts et ayant une faible déforestation de l’ordre de 0,06 % a un rôle crucial dans la préservation des écosystèmes et la capture de carbone dans le bassin du Congo. La préservation de ses forêts, de ses tourbières et mangroves, la participation des communautés locales et le développement des mécanismes pour une économie verte et durable en République du Congo participent à l’atteinte de nos objectifs internationaux en matière de climat et de biodiversité.

La République du Congo a réalisé des efforts en termes de gestion durable des écosystèmes forestiers à travers l’application systématique du principe de l’exploitation forestière à faible impact dans ses concessions, l’affectation de plus de 20 % des superficies forestières à la conservation de la biodiversité et le lancement d’un Programme National d’Afforestation et de Reboisement avec une ambition de créer un million d’hectares de plantations forestières et agroforestières. La République du Congo s’engage aussi à mieux gérer ses espaces marins et vient d’annoncer la création de trois nouvelles aires marines protégées, permettant de faire passer les espaces marins protégés de 1 à 12 % de son territoire.
Considérant ces actions ambitieuses, les partenaires internationaux s’engagent à soutenir l’accélération des efforts de la République du Congo pour conserver les écosystèmes marins et terrestres et mettre en place, sur le long terme, un modèle économique durable, compatible avec le maintien du couvert forestier.

Ainsi, un groupe de partenaires publics et privés : Etats, banques multilatérales de développement, organisations internationales, ONG, secteur privé et philanthropies ont décidé de mutualiser leurs forces à travers leurs outils financiers et techniques pour soutenir la vision de la République du Congo, au travers de la signature d’un partenariat pour les écosystèmes forestiers, marins, la nature et le climat.
Ce partenariat, à travers un nouveau modèle de gouvernance de financements inclusif et transparent, permettra d’assurer les bases d’un développement durable et de la diversification de l'économie, tout en contribuant aux efforts mondiaux de lutte contre le changement climatique et pour la préservation et la restauration de la biodiversité.

Il s’articule autour de 4 axes :

  • Renforcer les capacités matérielles, financières et humaines de la recherche scientifique au niveau national pour mieux connaître et valoriser les ressources en carbone de la végétation et des sols, et la biodiversité du pays, avec une attention spécifique apportée aux mangroves, aux tourbières et aux forêts naturelles ;
  • Soutenir et étendre le réseau d'aires protégées et conservées, en utilisant les approches fondées sur les droits, dans une logique d’approche du paysage, pour atteindre 30 % de protection des terres et des mers d'ici 2030, en mettant l'accent sur les zones à haute intégrité écologique, à forte biodiversité et les zones riches en carbone et le développement durable en faveur des communautés ;
  • Soutenir la mise en œuvre du Programme National d’Afforestation et de Reboisement de la République du Congo et l’adoption de l’instauration d’une Décennie Africaine et Mondiale de l’Afforestation et du Reboisement ;
  • Sensibiliser la population congolaise à la sauvegarde de la biodiversité et du climat et à leurs bénéfices de façon systématique.

Pour atteindre ces objectifs ambitieux, la France, l'Union européenne, la Bezos Earth Fund, le fonds d’amorçage des « Country packages » (Fondation Walton, Conservation International, Fondation Moore) avec le soutien technique de WCS, WWF et Noé s’engagent à mobiliser un montant initial de 50 millions de dollars.

La République du Congo reste ouverte à recevoir des contributions d’autres pays et organisations pour soutenir son plan d’investissement REDD+ et les autres problématiques non prises en compte dans ce « Country package » tel que : l’agriculture climato-intelligente, la généralisation des mécanismes de paiements pour services environnementaux et le développement des chaînes de valeurs sur le territoire national à travers le transfert des technologies.

 

Revenir en haut de la page