Publié le 12 octobre 2023

Sécheresse en France : le Gouvernement appelle à la sobriété après un nouveau bilan de la situation hydrologique

  • Communiqué de presse

Communiqué de presse : Sécheresse en France : le Gouvernement appelle à la sobriété après un nouveau bilan de la situation hydrologique.

Le Comité d’Anticipation et de Suivi Hydrologique fait le point sur l’état de la ressource en eau

Le jeudi 12 octobre, le Comité d’Anticipation et de Suivi Hydrologique (CASH), chargé par le Comité national de l’eau de mieux anticiper et gérer les épisodes de sécheresse, a été réuni pour faire le point sur l’état de la ressource en eau. Ce comité a permis de dresser la situation hydrologique du territoire hexagonal et d’outre-mer. 

Après un hiver et un été proches des records, le mois de septembre est le mois le plus chaud enregistré. Au cours des 15 derniers jours, dans les Ardennes et le Sud des Alpes, seules de faibles précipitations ont été mesurées.   Le reste du pays n’a quasiment reçu aucune précipitation.

A Mayotte, la saison des pluies 2022-2023 est la deuxième plus sèche sur 61 années de mesure. Pendant la période sèche (qui s’étend normalement de mai à octobre), les cumuls de précipitations peu significatifs n’ont pas permis d’inverser la tendance malgré un mois de septembre plus arrosé que la normale. Météo France prévoit, en tendance climatique à trois mois, une pluviométrie proche de la normale pour ce territoire. 

Situation des nappes en France métropolitaine au 1er octobre 2023

La situation s'aggrave entre août et septembre, avec 66% des nappes se situant à des niveaux en-dessous des normales mensuelles en septembre (62% en août 2023 - 74% en septembre 2022). Au cours du mois de septembre, la baisse des niveaux des nappes se poursuit, malgré les orages de mi-septembre ayant apporté une contribution limitée à leur recharge. Les situations locales sont très contrastées. Les déficits sont particulièrement marqués sur le pourtour méditerranéen, le corridor Rhône-Saône, et le sud de l'Alsace. Le bulletin complet sur la situation des nappes phréatiques sera présenté aujourd'hui par le Bureau de Recherche Géologique et Minières (BRGM).

Des efforts et des mesures de restrictions maintenus



Les constats et prévisions montrent ainsi qu’il est nécessaire de poursuivre les efforts engagés. 

Le risque de tension en 2024 sur des secteurs tels que l’axe Loire-Allier et le pourtour méditerranéen est d’ores-et-déjà considéré comme significatif, en cas de faible recharge hivernale. 

Au 12 octobre 2023, 83 départements sont en situation de sécheresse et ont pris des mesures de restriction des usages de l’eau. En comparaison avec 2022, la situation est plus hétérogène sur le territoire français : si certains départements sont moins concernés (ou sur partie moins importante de leur territoire), d’autres le sont plus sévèrement, avec des effets cumulatifs des dernières années. 



Les agents de l’Etat et de l’OFB sont et resteront mobilisés pour assurer le respect des mesures de restriction définies par les préfets de départements

Depuis le début de l’année, près de 10 000 opérations de contrôle ont été effectuées par les agents de l’Etat (près de 2000) ou de l’OFB (près de 8000), pour un total de plus de 400 procédures ouvertes à ce stade. Il s’agit d’un effort particulièrement important, notamment dans les départements les plus touchés (+ 100% par rapport à 2022 dans l’Aude, le Gard ou les Pyrénées orientales par exemple ; + 300% dans l’Hérault ; 260 contrôles à Mayotte, non concerné en 2022, etc.). Dans les départements non concernés par la sécheresse, les agents de l’OFB ont mené 1000 opérations de contrôle portant sur le respect des autorisations de prélèvement d’eau. 



Les contrôles permettent de constater une certaine prise de conscience des enjeux et un meilleur respect des règles que l’année passée, ce qui se concrétise par un plus faible taux de procédures pour manquements ou infractions. Par ailleurs, afin de mieux faire connaître les restrictions des usages de l’eau, l’Etat a développé l’outil VIGIEAU qui a été consulté, deux mois après son lancement, par plus d’1,2 millions de visiteurs.  



Au regard de cette situation, le Gouvernement fait appel à la responsabilité des usagers pour maintenir et renforcer les actions de sobriété d’usage de l’eau, y compris pendant la période hivernale, afin de reconstituer les réserves et ne pas hypothéquer les ressources en eau de l’été prochain.

« Le défi de l'eau, illustre la fin de l'abondance dans laquelle nous vivons. Le niveau des nappes phréatiques continue de s’aggraver en raison de la sécheresse estivale, cette situation doit appeler chacun à la vigilance et la poursuite des efforts. Les services de l’Etat continuent de suivre attentivement les territoires en tension et le niveau des nappes dont le remplissage hivernal devient un enjeu stratégique. »

Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires

« Les sécheresses ont des incidences réelles sur l’approvisionnement en eau potable, sur l’état des écosystèmes naturels et sur notre économie. Préserver notre ressource en eau est, c’est l’affaire de tous !  »

Sarah El Haïry, secrétaire d'Etat chargée de la Biodiversité

L’OFB 

Établissement public de l’État créé le 1er janvier 2020, l’Office français de la biodiversité est placé sous la tutelle des ministres de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, et de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire. Il a pour missions la surveillance, la préservation, la gestion et la restauration de la biodiversité terrestre, aquatique et marine, ainsi que la gestion équilibrée et durable de l’eau, dans l’Hexagone et en Outre-mer. Il est chargé de développer la connaissance scientifique et technique des espèces, des milieux et de leurs usages, de surveiller et de contrôler les atteintes à l’environnement, de gérer des espaces protégés, d'appuyer la mise en œuvre des politiques publiques, et de mobiliser l'ensemble de la société, acteurs socio-économiques comme citoyens.