Publié le 04 avril 2023

Discours d’Olivier Klein devant les professionnels impliqués dans la réalisation des diagnostics de performance énergétique (DPE)

  • Discours

Seul le prononcé fait foi.

Monsieur le Directeur de l’Habitat, de l’Urbanisme et des Paysages, cher François Adam,

Mesdames et Messieurs les diagnostiqueurs, les organismes de certification et de formation,

Mesdames et messieurs,

Je suis très heureux d’être parmi vous aujourd’hui pour ouvrir ce webinaire.

C’est un moment important de la feuille de route que nous avons initiée collectivement il y a quelques mois.

Au-delà du DPE, ce webinaire est aussi pour moi l’occasion de partager avec vous un certain nombre de convictions et les priorités de mon action.

Le ministère dont j’ai la charge, c’est à la fois le ministère de notre vie quotidienne (la vie des habitants dans nos villes, dans nos quartiers, la vie de tout un chacun dans son chez-soi), et c’est le ministère de la préparation de l’avenir (parce que le logement dessine la ville de demain et qu’il est une pièce maitresse de la transition écologique dans laquelle la France est engagée).

Au cœur de l’amélioration de la vie quotidienne et de la préparation de l’avenir, il y a un défi : celui de la rénovation énergétique de nos logements.

I – La massification de la rénovation énergétique, c’est une priorité de l’action du Gouvernement dans le cadre de la planification écologique.

Afin de répondre à cette ambition, nous avons augmenté le budget dédié à Ma Prime Rénov et nous avons fait monter en puissance Ma Prime Rénov’ Copropriétés.

Nous avons déployé le service public de la rénovation énergétique, France Rénov.

Nous avons facilité l’association entre l’éco-PTZ et Ma Prime Rénov’ pour simplifier les démarches et faciliter l’acte de rénovation.

Tout cela afin de répondre à un objectif prioritaire : éradiquer les passoires énergétiques.

La loi Climat et Résilience a accéléré cette ambition.

Depuis août 2022, les loyers de logements F et G sont gelés et depuis le 1er janvier, les pires passoires énergétiques sont interdites à la location.

Depuis ce samedi, l’audit énergétique réglementaire est devenu obligatoire dans le cadre de la vente d’une maison qui est une passoire énergétique.

Enfin, il y a les futures échéances d’interdiction de location des logements G et F en 2025 et en 2028.

J’entends les inquiétudes de certains qui me disent que cela arrive trop vite.

J’entends aussi ceux qui me disent que face à l’urgence climatique, nous devons rénover à un rythme plus soutenu.

Ceux qui vivent dans ces passoires énergétiques attendent non pas un mirage mais quelque chose qui leur a été promis par la loi et qui va changer concrètement leur vie.

Tenir le calendrier, c’est donc la crédibilité de la parole publique qu’il ne faut pas entamer.

Vous le voyez l’ambition est là ! C’est une ambition collective qui doit être portée par l’ensemble des acteurs et pour laquelle vous jouez un rôle fondamental.

II – Car oui, le DPE est un outil essentiel. Il est le socle de notre politique de rénovation !

Le DPE est en train de faire évoluer le marché de l’immobilier en profondeur en donnant une valeur verte aux logements.

Quand j’entends les professionnels de l’immobilier me dire que dorénavant la première chose que demande un client quand il rentre dans une agence immobilière c’est l’étiquette du DPE ;  alors permettez-moi d’affirmer que c’est une réussite !

Car cela signifie que le sujet de la performance énergétique, et par extension de la rénovation énergétique, est durablement rentré dans les préoccupations des Françaises et des Français.

Vous êtes ainsi des acteurs indispensables de ce changement.

Soyez fiers de participer utilement à cette transition et de porter aujourd’hui et demain cette ambition environnementale au sein de votre activité et de vos entreprises.

Opposabilité, gel des loyers, interdiction de location,… je mesure pleinement la responsabilité grandissante qui est la vôtre dans le cadre de la réalisation du DPE.

Cette responsabilité vous oblige, elle nous oblige collectivement, et nous devons être au rendez-vous.

III – Le DPE se doit donc d’être fiable, c’est la condition de son efficacité  et de sa crédibilité.

Depuis la refonte du DPE en 2021, nous disposons d’un outil robuste avec une méthode de calcul fiable et éprouvée.

Mais nous avons pu constater, et nous constatons encore, une certaine hétérogénéité dans la qualité de réalisation du DPE.

Face à ce constat, cette feuille de route est une réponse concrète et je tiens à souligner l’état d’esprit constructif et la volonté d’avancer qui anime l’ensemble des parties prenantes depuis qu’elle a été lancée.

Ensemble, je pense que nous partageons les convictions suivantes :

  • Les pratiques inappropriées d’une minorité ne doivent pas venir entacher le travail rigoureux du reste de la profession en qui on peut avoir confiance.
  • La réalisation d’un DPE sur un même bien par deux diagnostiqueurs différents doit conduire à attribuer une même étiquette ;
  • Enfin, l’homogénéisation des pratiques et des formations est essentielle pour outiller et réguler tous les professionnels de la même manière.

La feuille de route a d’ores et déjà permis d’avancer sur un certain nombre de sujets.

Je souhaite aujourd’hui que nous puissions avancer collectivement sur les autres chantiers.

Suite à la concertation qui a été menée ces derniers mois par la DHUP avec les organismes de certifications et de formation et les fédérations de diagnostiqueurs, je vous annonce que nous allons réviser d’ici cet été l’arrêté encadrant la certification.

Cette révision permettra :

  • Premièrement, le renforcement de la formation initiale. Le nombre d’heures reste à fixer définitivement mais je souhaite que cela permette un temps suffisant de pratique sur le terrain en situation réelle ;
  • Deuxièmement, le renforcement des contrôles sur ouvrage, le renforcement du nombre de surveillances documentaires et une harmonisation des pratiques des organismes de certification sur ces opérations ;
  • Enfin, le renforcement de la formation continue avec notamment la mise en place de « cas test ».

Nous allons également nous rapprocher prochainement de Bercy afin d’engager un renforcement de certains contrôles par la DGCCRF avec un objectif : faire en sorte que ceux qui sont responsables d’un certain nombre de dérives soient sanctionnés.

Ces évolutions doivent nous permettre de renforcer les compétences des diagnostiqueurs, d’uniformiser les pratiques et de conforter le rôle de sentinelle des organismes de certifications.

Nous nous donnons encore quelques semaines afin d’ajuster les derniers paramètres mais je tiens à ce que l’arrêté soit publié d’ici cet été.

Ces évolutions ne sont qu’une étape d’une feuille de route qui va se poursuivre.

Je pense notamment que sur la question de l’attractivité de la filière, de  l’apprentissage, du renforcement de certaines procédures de contrôles, il y encore beaucoup à faire et les échanges doivent se poursuivre.

*

Avant de vous quitter, je tenais à vous remercier pour l’action qui est la vôtre au quotidien.

Merci de faire un métier qui est utile, qui a du sens et qui est indispensable à la transition environnementale.

La rénovation énergétique est un immense chantier que nous mènerons tous ensemble.

Vous avez devant vous un ardent défenseur du DPE et j’ai la conviction que nous parviendrons ensemble aux objectifs que nous nous sommes fixés.

Je vous remercie.