Plan d’action pour une gestion résiliente et concertée de l’eau

Le Mardi 1 août 2023

Dans le cadre de la planification écologique, le plan d’action pour une gestion résiliente et concertée de l’eau a pour objectif de garantir de l’eau pour tous, de qualité et des écosystèmes préservés. Ses 53 mesures visent à répondre à trois enjeux majeurs : sobriété des usages, qualité et disponibilité de la ressource. Ce plan permet également d’améliorer la réponse face aux crises de sécheresse.

Pourquoi un plan d’action sur la gestion de l’eau ?

L’eau est une ressource indispensable pour notre santé, nos écosystèmes et notre économie. Elle est essentielle pour de nombreux usages : consommation d’eau potable, usages agricoles, industriels, ou encore énergie.

C’est aussi une ressource en tension. En effet, l’eau est le premier marqueur du changement climatique. Alors que les épisodes de sécheresse s’intensifient, que des bassins versants connaissent des tensions structurelles, que la ressource en eau peut être menacée par des pollutions, ce plan vise à s’adapter dès aujourd’hui et changer nos habitudes pour mieux préserver cette ressource.

53 mesures pour l’eau

Le plan d’action pour une gestion résiliente et concertée de l’eau comprend 53 mesures concrètes, qui répondent aux grands enjeux de sobriété des usages, disponibilité et qualité de la ressource, de moyens, et de réponse face aux crises de sécheresse. 

Organiser la sobriété des usages de l’eau pour tous les acteurs

Les objectifs :

  • économiser l’eau pour tous les acteurs, avec l’objectif de -10 % d’eau prélevée d’ici 2030 ;
  • mieux planifier, en déclinant l’objectif territoire par territoire ;
  • mieux mesurer les volumes prélevés.

Optimiser la disponibilité de la ressource

Les objectifs :

  • sécuriser l’approvisionnement en eau potable en réduisant les fuites ;
  • valoriser les eaux non conventionnelles (REUT, eau de pluie, eaux grises…), en développant 1000 projets de réutilisation sur le territoire, d’ici 2027 ;
  • améliorer le stockage dans les sols, les nappes, les ouvrages en remobilisant les ressources existantes, et répondre au besoin de développer l’hydraulique agricole, dans le respect de la réglementation.

Préserver la qualité de l’eau et restaurer des écosystèmes sains et fonctionnels

Les objectifs :

  • prévenir les pollutions des milieux aquatiques et, en particulier, renforcer la protection des aires d’alimentation de captage ;
  • restaurer le grand cycle de l’eau pour restaurer la fonction filtre de la nature, avec l’objectif de développer les solutions fondées sur la nature dans la gestion de l’eau.

Mettre en place les moyens d’atteindre ces ambitions

Les objectifs :

  • améliorer la gouvernance de la gestion de l’eau, en incluant l’ensemble des acteurs autour d’une gouvernance ouverte, plus efficace et plus lisible ;
  • assurer une tarification et un niveau de financement de la gestion de la ressource en eau adéquats, avec l’objectif d’assurer le financement de la politique de l’eau et de mieux inciter à la sobriété dans les usages et à une meilleure performance des réseaux ;
  • investir dans la recherche et l’innovation sur l’ensemble de la chaîne de valeur de la gestion de l’eau, afin de franchir des paliers d’innovation.

Être en capacité de mieux répondre aux crises de sécheresse

Les objectifs :

  • améliorer la gestion des périodes de sécheresse, avec l’objectif de mieux informer et prévenir les situations de tension.

Des engagements tenus

Les objectifs :

  • rendre compte des avancées et actualiser le plan autant que de besoin.

Un plan d’action collectif

Le plan d’action pour une gestion résiliente et concertée de l’eau a été présenté le 30 mars 2023.

L’élaboration de ce plan s’est appuyée sur un travail collaboratif avec l’ensemble des parties prenantes. Ainsi, le Comité national de l’eau ainsi que les comités de bassin ont été saisis afin de faire part de leurs enjeux et propositions. 

Les moyens à mobiliser pour concrétiser les objectifs du plan relèvent à la fois de l’État, des collectivités locales, des acteurs économiques, des associations et des citoyens. Le plan d’action repose ainsi sur trois piliers : 

  • favoriser une gouvernance locale et concertée basée sur les projections scientifiques ;
  • renforcer l’ingénierie et assurer les moyens financiers à la hauteur des enjeux ;
  • poursuivre les efforts de recherche et d’innovation pour disposer des données les plus précises et des technologies adaptées.

Ces contenus peuvent aussi vous intéresser

Revenir en haut de la page