Lancement d'une stratégie fluviale

Le Vendredi 16 février 2024

Christophe Béchu, ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires et Patrice Vergriete, ministre délégué chargé des transports, ont lancé ce vendredi 16 février 2024 l’élaboration d’une stratégie nationale fluviale mobilisant l’ensemble de la filière.

7 chantiers prioritaires ont d’ores et déjà été identifiés :

  1. accroître le report modal et optimiser l’utilisation logistique du réseau à grand gabarit ;
  2. remobiliser au profit du fret le réseau fluvial complémentaire à celui à grand gabarit ;
  3. amplifier la dynamique des ports intérieurs et la meilleure mobilisation du foncier logistique et de bord à voie d’eau pour améliorer les performances du secteur ;
  4. les voies et moyens de captation de nouveaux marchés ;
  5. moderniser l’image du transport fluvial et rendre le secteur attractif ;
  6. la transition énergétique pour l’accroissement de la compétitivité écologique d’un mode déjà vertueux ;
  7. le développement de services de passagers plus efficients et du secteur du tourisme fluvial.

Ces travaux se dérouleront tout au long du premier semestre 2024, sous pilotage ministériel, avec l’ensemble du secteur pour faire émerger des pistes concrètes de développement de la voie d’eau et fédérer les acteurs autour de la valorisation et de l’emploi des infrastructures fluviales.

« Le réseau fluvial français est une richesse et un héritage sous-exploitée dans notre pays. Il représente pourtant un atout pour atteindre les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre dans le contexte du réchauffement climatique et l’une des clefs pour accroitre la résilience des usages de l’eau dans nombre de nos territoires.
Le transport fluvial est ainsi 4 fois moins émetteur de gaz à effet de serre à la tonne transportée que le transport routier actuel et il est engagé dans un processus de verdissement de la flotte, accéléré dans le contexte des jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024. C’est également un transport qui ne souffre pas de saturation et qui est particulièrement sûr. »

Christophe Béchu

« La voie navigable a historiquement contribué à l’industrialisation de la France. Encore aujourd’hui, par les différents avantages qu’elle procure, elle s’inscrit pleinement dans la stratégie de réindustrialisation de nos territoires. Les investissements de développement menés sur le réseau doivent garantir une croissance des flux et participer à l’aménagement du territoire notamment au profit du réarmement industriel de notre pays. »

Patrice Vergriete
Revenir en haut de la page