JOP 2024 : Premiers Jeux Olympiques et Paralympiques entièrement cyclables

Le Lundi 3 juin 2024

Avec l’ambition de diviser par deux les émissions de carbone par rapport aux éditions précédentes, l’Etat et les collectivités sont pleinement mobilisés pour faire des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 les premiers jeux cyclables et de profiter de cet évènement planétaire pour rendre la pratique du vélo accessible et sécurisée et l’inscrire durablement dans le quotidien des franciliens.

Dans les villes-hôtes en régions comme en Île-de-France où se concentrent 80 % des épreuves olympiques, le développement du vélo constitue une priorité du Gouvernement. Ce mode de déplacement écologique et économique est bénéfique pour la santé. Il peut en plus permettre de participer à la désaturation des transports en commun aux horaires les plus chargés.

 

  • La pratique du vélo au cœur des JOP 24

Dans la continuité du Plan Vélo et Marche 2023-2027, depuis 2021, l’Etat a investi près de 24 millions d’euros en Île-de-France pour rendre la pratique du vélo accessible à tous durant les Jeux. 

Le projet de réseau cyclable olympique,  porté par l’Etat et les collectivités, représente environ 400 km de voies cyclables olympiques en Île-de-France dont environ 120 km créés à l’occasion des Jeux Olympiques et Paralympiques 2024. L’ensemble des sites franciliens, à l’exception de Villepinte, seront accessibles à vélo depuis Paris par un itinéraire protégé continu.

Ce réseau s’accompagne de 46 000 vélos en libre-service (Vélib et opérateurs privés) ainsi que de la mise en place de 27 000 places de stationnement sécurisées supplémentaires pour les vélos, aménagées de façon provisoire aux abords des sites, dont 10 000 à Paris. Plus de 3 000 places pérennes sont créées dans les grandes gares parisiennes. Les parkings provisoires aux abords des sites seront gratuits, avec des barrières et surveillés 1h30 avant et après les sessions de compétition. Ils seront indiqués dans les guides à destination des spectateurs ainsi que sur la page dédiée « anticiperlesjeux.gouv.fr » qui renvoie notamment vers l’outil Geovelo .

Par ailleurs, le vélo, tout comme la marche, ne seront pas contraints par les périmètres de sécurité « bleus » et « rouges » qui seront mis en place par la Préfecture de Police aux alentours des sites.

 

  • Continuer de décarboner les mobilités : l’héritage des JOP 24

Les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 ont pour ambition de laisser un héritage durable et utile qui permettra notamment d’accélérer le développement de la pratique du vélo.

En ce sens, sur les 27 000 places de stationnement créées à l’occasion des Jeux, 10 000 d’entre elles resteront de façon pérenne, dont 3 000 aux abords des grandes gares parisiennes. De plus, les 120 kilomètres de pistes cyclables créées pour compléter le réseau seront également maintenus pour un total de près de 3 400 kilomètres de pistes cyclables en Île-de-France.

 

Réseau cyclable olympique - 400 km de voies cyclables
Crédits : MTECT

Retrouvez la carte du réseau cyclable olympique en cliquant ici

La journée mondiale pour le vélo est l’occasion de revenir sur mon ambition pour le vélo : depuis le début de la préparation des Jeux Olympiques et Paralympiques, nous portons une attention particulière aux aménagements cyclables.
A l'occasion de la journée mondiale du vélo, c'est l'occasion de saluer les premiers jeux cyclables avec environ 400km de pistes cyclables en Île-de-France, 46 000 vélos en libre-service et 27 000 places de stationnement sécurisées ! ".
Pour se rendre aux jeux comme pour se déplacer au quotidien, pendant l'été 2024, la petite reine portera plus que jamais magnifiquement son nom et c’est une fierté !

Patrice Vergriete

Pratique, rapide, économique, écoresponsable et sportif, le vélo a tout pour être le mode de transport « médaille d’or » des Jeux de Paris 2024. Nous nous engageons collectivement depuis plusieurs années pour encourager son utilisation et soutenir toutes celles et ceux qui sautent le pas, sans attendre cet été ! Les Jeux nous feront franchir un cap supplémentaire en faveur de la démocratisation du vélo, qui contribue à bâtir la nation sportive que la France a tout pour devenir.

Amélie Oudéa-Castéra
Revenir en haut de la page