Feuille de route intelligence artificielle et transition écologique

Le Lundi 27 septembre 2021

Publiée le 15 septembre 2021, la feuille de route intelligence artificielle et transition écologique du pôle ministériel en charge de la transition écologique, des territoires et de la mer couvre la période 2021-2024. Elle est complémentaire de la feuille de route de la donnée, des algorithmes et des codes sources, plus large, qui a été élaborée parallèlement. Cette feuille de route s’inscrit au cœur de la stratégie nationale de recherche en intelligence artificielle (SNIA) lancée en 2018 pour en généraliser l’usage au service de la transition écologique et transformer durablement nos modes d’action.

Mise en œuvre de l’intelligence artificielle (IA)

La première partie de la feuille de route concerne la définition des axes prioritaires pour la mise en œuvre de l’intelligence artificielle.

Elle s’articule autour de :

  • la création de données de qualité, facteur de fiabilité de l’intelligence artificielle ;
  • la mobilisation de ces données, selon différents modèles de partage (mutualisation, ouverture…), pour permettre de développer la pleine puissance des algorithmes de l’intelligence artificielle dans des logiques gagnant/gagnant.

Une attention particulière est portée aux montages de partenariats qui permettront d’enrichir les analyses de l’État avec les données du secteur privé. Ces données doivent irriguer toutes les organisations parties-prenantes de la transition écologique : celles qui apportent des innovations pour sa mise en œuvre ou qui s’engagent dans la décarbonation de leur activité. Ces données vont également transformer les modes d’action du pôle ministériel : contrôles plus efficients, suivis des écosystèmes plus précis, évaluation plus directe de la mise en œuvre des politiques publiques.

Moyens du pôle ministériel

La seconde partie de la feuille de route IA, plus technique, vise à mieux caractériser les apports potentiels des technologies d’intelligence artificielle dans le champ du pôle ministériel et de mobiliser des financements à la hauteur des enjeux. Il s’agit également de monter en compétence sur le sujet et de mettre en place un socle de ressources humaines (formation et acculturation de l’encadrement supérieur et intermédiaire) et informatiques (mise en place d’une infrastructure facilitant les déploiements de ces solutions dans les services du pôle ministériel). Enfin, pour assurer la qualité et la réussite de la feuille de route, la rédaction d’une charte éthique est prévue, qui sera garante à la fois de la transparence et de l’explicabilité des processus d’intelligence artificielle, de l’adhésion de tous à ses productions et d’une gouvernance agile.

Évaluation de la feuille de route

La feuille de route IA fera l’objet d’une évaluation à mi-parcours. Elle a été bâtie à partir de plus de deux cents projets pilotes des administrations centrales du pôle ministériel, d’établissements publics de son réseau scientifique et technique et d’entreprises, start-up et grands groupes, engagés dans la transition écologique.

5 engagements clés pour la stratégie nationale pour l’IA

  1. Créer des socles de données de référence
  2. Soutenir les entreprises engagées dans la transition écologique mobilisant les données et l’IA
  3. Soutenir et apprendre des territoires intelligents
  4. Faciliter et renforcer les contrôles du respect du droit par l’IA
  5. Se doter d’une charte éthique adaptée au cas particulier de la transition écologique.

Ces contenus peuvent aussi vous intéresser