Dominique Faure se voit remettre l'étude « Exode urbain : un mythe, des réalités »

Le Vendredi 17 février 2023

Le vendredi 17 février 2023, Dominique Faure, ministre déléguée chargée des Collectivités territoriales et de la Ruralité, a accueilli au ministère de l’Intérieur et des Outre-mer les acteurs de la recherche sur les ruralités afin de procéder à la présentation de l’étude « Exode urbain : un mythe, des réalités », conduite depuis 2021 par la Plateforme d'observation des projets et stratégies urbaines (POPSU), en partenariat avec le Réseau rural français et le Plan urbanisme construction architecture.

Les résultats de cette étude montrent que la pandémie du Covid-19 a agi, au-delà d’un déclencheur, comme un accélérateur de plusieurs tendances préexistantes, porteuses de forts enjeux pour l’action publique :

  • La poursuite de la périurbanisation, qui s’étend toujours plus loin des centres urbains, au-delà des premières, des deuxièmes voire des troisièmes couronnes ;
  • L’attractivité des littoraux, qui se confirme et s’accélère ;
  • Le desserrement urbain, qui est un phénomène ancien mais qui continue de jouer un rôle décisif dans les mouvements résidentiels.

À côté de ces trois tendances, une quatrième dynamique est à l’œuvre : le regain d’attractivité des territoires ruraux et des petites villes se confirme. Si c’est une tendance de fond, la pandémie semble avoir fait entrer ce phénomène dans un moment fort de bascule et d’accélération, d’une part parce que les déménagements y ont sensiblement augmenté et d’autre part parce qu’il y a en France un vrai « désir de ruralité » qui s’exprime de plus en plus. La moyenne nationale cache néanmoins de très fortes disparités locales, et de petits flux provoquent néanmoins, pour les territoires, en particulier ruraux, de grands effets et des conséquences visibles sur les phénomènes établis.

Ces déménagements vers des ruralités sont le fait de ménages aux profils très variés, parfois des cadres et des « néo-ruraux », mais aussi très souvent des retraités, des professions intermédiaires, etc. Pour eux, la crise et ses conséquences ont été un moteur parmi d’autres de déménagement : plus souvent un catalyseur d’un départ anticipé et souhaité qu’une motivation ad hoc

À l’occasion de la remise de cette étude, Dominique Faure a annoncé engager un effort inédit pour mobiliser la recherche scientifique au plus près des enjeux des territoires, en particulier pour la ruralité :

  • Création d’un conseil scientifique associé à l’élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques en faveur des territoires ruraux sous la forme d’un « GIEC de la ruralité ». Sa mise en œuvre sera assurée par le groupe d’intérêts publics (GIP) de l’Europe des projets architecturaux et urbains (EPAU).
  • Annonce des lauréats du programme POPSU Territoires en mars, en association avec Sylvie Retailleau, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, avec une attention accrue sur les mobilités rurales et la transition énergétique dans les territoires ruraux.
  • Création d’un palmarès des étudiants et chercheurs de la ruralité dans les territoires avec des premiers lauréats à l’automne 2023.

 

A l’heure où nous préparons un nouvel acte des politiques publiques dédiées à la ruralité, je crois qu’il est indispensable que nous prenions le temps de ce pas de côté, avec l’aide de la recherche. En substance, analyser pour mieux décider. C’est l’un des buts du programme POPSU Territoires, qui a permis de mobiliser des dizaines de chercheurs au plus près des élus et des enjeux de nos territoires ruraux.

Au fond, ce que montre cette étude, c’est que le regain d’attractivité des territoires ruraux est une tendance qui se confirme et sur laquelle il nous faut nous appuyer. Notre défi, c’est d’accompagner ce mouvement pour qu’il ne soit pas seulement une mode mais pour qu’il s’inscrive durablement dans nos territoires.

Dominique Faure, ministre déléguée chargée des Collectivités territoriales et de la Ruralité
Revenir en haut de la page