PFUE : un engagement fort pour encadrer le commerce d’espèces sauvages

Le Vendredi 22 juillet 2022


Crédits : 25ehaag6 - stock adobe

La présidence française du Conseil de l’Union européenne (PFUE), qui s’est achevée le 30 juin 2022, présente un bilan positif pour la conservation de la biodiversité dans le cadre de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES). La France a en effet coordonné les travaux des États membres de l’UE afin de préparer la 19e session de la conférence des Parties à la CITES (CoP19), qui se tiendra au Panama du 14 au 25 novembre 2022.

La 74e session du comité permanent, une étape clé pour préparer la CoP19

Dans la continuité de son action internationale en faveur de la biodiversité, la France a accueilli du 7 au 11 mars dernier la 74e session du Comité Permanent de la CITES à Lyon. 

Les Parties à la CITES ont ainsi pu se réunir pour la première fois en présentiel après deux ans de travail à distance. Près de 400 participants représentant 77 États parties, 13 organisations intergouvernementales internationales et 70 organisations non-gouvernementales ont préparé la CoP19, qui se tiendra au Panama du 14 au 25 novembre. 

Cette CoP19 réunira des centaines de délégués du monde entier pour négocier les nouvelles orientations politiques de la CITES et voter les espèces qui seront inscrites ou retirées des Annexes I et II, déterminant le niveau de protection dont elles font l’objet.

La PFUE : un cadre porteur pour préparer les positions de l’Union européenne 

Les États membres de l’Union européenne s’expriment d’une seule voix lors des Conférences des Parties à la CITES. En coopération avec la Commission européenne, la présidence française a permis de coordonner les positions des États membres et de co-construire des propositions.

Au cours de la PFUE, 13 propositions d’amendement des Annexes ont ainsi été déposées au secrétariat de la CITES, accompagnées de 5 dossiers techniques. Parmi ces 13 propositions, deux sont d’initiative française et ont fait l’objet de longs travaux de recherche par le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN), qui occupe le rôle d’autorité scientifique CITES pour la France :

  • l’inscription à l’Annexe II des requins marteaux (famille des Sphyrnidae) ;
  • l’inscription à l’Annexe II de trois espèces de concombres de mer (Thelenota ananas, Thelenota anax et Thelenota rubralineata).

La France a également soutenu la proposition du Panama d’inscrire à l’Annexe II les requins requiem, dont certaines espèces sont menacées par la pêche pour l’exploitation de leur chair et de leurs ailerons.

Au total, 52 propositions d’amendements des Annexes CITES, représentant plusieurs centaines d’espèces animales et végétales, seront examinées lors de la CoP19. La France participera activement aux négociations, pour mieux encadrer le commerce international d’espèces sauvages menacées et ainsi garantir leur conservation dans la nature. 

En amont, la France apportera son aide à la République tchèque, qui assure désormais la présidence du Conseil de l’Union européenne, afin de finaliser les positions que portera l’Union européenne lors de la CoP19.

Une convention pour encadrer le commerce international d’espèces sauvages et préserver la biodiversité

Après la destruction et la fragmentation des milieux naturels, la surexploitation d'espèces sauvages constitue l’une des causes majeures de disparition de la biodiversité. Depuis le 1er juillet 1975, la Convention sur le commerce international des espèces de faune et flore sauvages menacées d’extinction (CITES) réglemente le passage en frontières de plus de 38 000 espèces animales et végétales.

La France, dont les territoires métropolitain et ultra-marins présentent une grande richesse biologique, est engagée depuis plus de 40 ans dans les travaux de la CITES et en est l’un des contributeurs majeurs. Au premier semestre 2022, la France a ainsi inscrit deux espèces endémiques de son territoire à l’Annexe III de la CITES : le Poisson-ange de Clipperton et la mygale Matoutou falaise.  

Revenir en haut de la page