Stratégie d’accélération recyclabilité, recyclage, réincorporation des matériaux recyclés

Le Jeudi 22 septembre 2022

La stratégie « Recyclabilité, recyclage et réincorporation des matériaux » est l’une des stratégies d’accélération dont le Premier ministre a annoncé le lancement lors de la présentation du plan France Relance en septembre 2020.

Inscrite dans  le cadre de France 2030, la stratégie d’accélération « Recyclabilité, recyclage et réincorporation des matériaux » vise à améliorer la performance des marchés des matières premières de recyclage en identifiant les freins et les leviers d’actions à mettre en place aux différentes étapes de la chaîne de valeur du recyclage :

  • Recyclabilité des produits mis sur le marché ;
  • Collecte et tri des produits en fin de vie ;
  • Production des matières premières de recyclage ;
  • Réincorporation des matières premières recyclées dans de nouveaux produits.

Il s’agit de renforcer la filière française du recyclage en développant une offre française de matières premières de recyclage et en augmentant leur réincorporation dans les produits en substitution des matières premières vierges.

Chaque année la France consomme 800 millions de tonnes de matières et près de 350 millions de tonnes de déchets sont produits, dont près de 120 millions de tonnes ne sont pas recyclés. Malgré les progrès déjà accomplis, il est nécessaire d’accélérer les efforts pour tendre vers une économie 100 % circulaire.

Chaque année, ce sont également des dizaines de millions de tonnes de déchets recyclables qui sont exportés et recyclés ailleurs qu’en France faute, de disposer des capacités industrielles capables de transformer l’ensemble des déchets que nous produisons en matières premières de recyclage et faute aussi de disposer de débouchés pérennes.

La crise sanitaire mondiale de la Covid-19 a révélé notre vulnérabilité non seulement pour nos approvisionnements extérieurs mais aussi pour le traitement de nos déchets. Le développement et le renforcement de filières de recyclage performantes et compétitives constituent une opportunité pour répondre à ces deux enjeux. C’est aussi une opportunité pour réduire nos prélèvements de ressources naturelles et réduire l’impact environnemental de nos modes de production et de consommation.

La stratégie « Recyclabilité, recyclage et réincorporation des matériaux » vise à relever ces défis pour cinq matériaux que nous utilisons dans notre vie quotidienne : les plastiques, les matériaux composites, les textiles, les métaux stratégiques et les papiers/cartons.

Pour cela, à côté des soutiens financiers de 500 millions d’euros déjà mobilisés dans le cadre du volet économie circulaire du plan France Relance sur la période 2021-2022, 370 millions d’euros de fonds publics supplémentaires, du Programme d’investissements d’avenir vont venir soutenir l’innovation pour l’économie circulaire sur la période 2021-2027.

Ces soutiens portent sur :

  • La recherche développement innovation, permettant de mettre au point des solutions de recyclage plus performantes pour l’ensemble des cinq matériaux de la stratégie 
  • La formation et le développement des compétences ;
  • Le déploiement industriel, en particulier le déploiement d’unités industrielles de recyclage des batteries et l’adaptation de l’outil industriel pour réincorporer des matières premières de recyclage dans de nouveaux cycles de production.

Ces soutiens visent toutes les étapes de la chaîne de valeur du recyclage :

  • La conception des produits, car c’est en mettant sur le marché des produits plus facilement recyclables qu’on pourra produire des matières premières de recyclage de meilleure qualité et moins coûteuses ;
  • La collecte, le tri des déchets et leur démantèlement, car ces étapes permettent de réduire le coût de mise à disposition de la matière aux acteurs industriels qui sont situés plus en aval dans la chaîne de transformation des déchets et qui vont les transformer en nouvelles matières premières ;
  • La préparation des matières premières de recyclage, pour qu’elles puissent répondre aux besoins des filières industrielles qui vont les utiliser, que ce soit en termes de coût ou de qualité ;
  • L’incorporation de ces matières premières de recyclage dans de nouveaux produits, pour adapter notre outil productif.

La mise en œuvre de cette stratégie s’appuie sur la filière de recyclage au sens traditionnel du terme (acteurs de la collecte, du tri et de la production des matières premières de recyclage) mais elle s’appuie aussi sur les autres filières industrielles, car ce sont elles qui vont mettre sur le marché les produits plus facilement recyclables et qui constitueront les débouchés pour les matières premières de recyclage.

54 milliards d’euros pour soutenir la transformation durable durablement des secteurs clés de notre économie (énergie, hydrogène, automobile…) par l’innovation technologique et l’industrialisation.

Enjeux

Progresser dans le recyclage des déchets constitue un fort enjeu de transition écologique dans un monde où les prélèvements de ressources naturelles s’accélèrent.  

C’est aussi un enjeu géostratégique pour la France, et plus largement pour l’Europe, qui dépend encore fortement de l’étranger pour son approvisionnement en métaux primaires, c’est-à-dire les métaux qui sont produits à partir de minerai (par opposition aux métaux recyclés) et en ressources énergétiques fossiles.

C’est enfin un enjeu social et économique car la production de matières premières de recyclage à partir des déchets est créatrice de valeur et d’emplois.

Développer le recyclage suppose de mettre en place toutes les étapes qui permettent de collecter les déchets auprès des producteurs (ménages, entreprises), les trier pour les orienter vers les unités industrielles qui vont être capables de les traiter de façon appropriée et adaptée selon le type de déchets. Selon la composition des déchets, la transformation de ces déchets en matériaux peut être longue et complexe.

Pour que le recyclage soit effectif, il faut que les matières premières de recyclage issues de la transformation des déchets aient des débouchés pérennes.

Cela suppose qu’elles répondent aux besoins des industriels en quantité, en qualité et qu’elles soient compétitives par rapport aux matières premières vierges, tant en termes de coût, qu’en termes de qualité. La plus ou moins grande facilité avec laquelle les produits mis sur le marché peuvent être recyclés vont jouer sur les coûts de production et donc sur le prix des matières premières de recyclage.

Les ambitions et objectifs de la stratégie d'accélération

L’objectif central de la stratégie d’accélération est de développer une offre de matières premières de recyclage capables de répondre en quantité et en qualité aux besoins du marché et d’en favoriser l’utilisation en France. Cela dans le but de produire le plus de valeur ajoutée possible à partir des déchets que nous produisons, et de réduire notre dépendance extérieure pour notre approvisionnement et pour la valorisation des déchets. La stratégie vise 7 ambitions prioritaires : 

  • Conserver la position de leader d’innovation des acteurs français des technologies du tri, pour développer des innovations qui permettront de mieux trier les déchets et mieux valoriser les outils industriels existants de production de matières premières de recyclage (MPR).
  • Développer des capacités industrielles capables de produire 2 millions de tonnes de matières plastiques à recycler par an, à l’horizon 2025, en vue de les réincorporer en cohérence avec l’objectif de tendre vers 100 % de recyclage des plastiques d’ici 2025 fixé par la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire.
  • Développer le recyclage des métaux stratégiques, c’est-à-dire les métaux nécessaires au déploiement des technologies bas carbone. En particulier, l’objectif est de se doter, d’ici 2030, des capacités industrielles pour recycler au moins la totalité des volumes de batteries des véhicules électriques arrivant en fin de vie en France.
  • Quadrupler les tonnages de textiles recyclés à horizon 2025 pour les textiles ménagers et professionnels.
  • Développer la filière française du recyclage des papiers cartons tout en progressant sur la prévention pour réduire de 25 % en 2025 puis de 50 % en 2030 l’excédent de quantité de papiers/cartons à recycler, en développant de nouveaux débouchés pour leur réincorporation dans de nouveaux produits.
  • Accompagner les acteurs du secteur des plastiques composites (matériaux complexes contenant des fibres et des plastiques) à faire émerger une filière nationale de recyclage et pour accélérer l’émergence et le développement de résines plastiques matures pour des composites recyclables.
  • Soutenir l’effort de recherche publique et partenariale pour disposer de technologies innovantes favorisant la mise sur le marché de produits et matériaux plus facilement recyclables, développer de nouveaux débouchés pour les matières premières de recyclage et structurer une communauté scientifique autour des enjeux du recyclage.
Revenir en haut de la page