Un nouveau site pour l’éolien en mer

Le Lundi 10 mai 2021


Crédits : Laurent Mignaux / Terra

Recenser l’ensemble des informations relatives aux projets éoliens en mer, sur chaque façade maritime de la France métropolitaine, tel est l’objectif du site lancé le ministère de la Transition écologique avec l’appui du Cerema (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement).

Tous les projets

Un état des lieux de la filière

Conçu et développé par le Cerema, à la demande de la Direction générale de l’énergie et du climat du ministère de la Transition écologique, le site présente l’état des lieux de la filière française de l’éolien en mer :

  • l’éolien en mer dans le mix énergétique ;
  • le potentiel de l’éolien en mer ;
  • la technologie et le raccordement électrique ;
  • le cycle de vie d’un parc éolien ;
  • les études techniques et environnementales réalisées pour ces projets ;
  • les procédures d’autorisation des parcs éoliens en mer ;
  • le calendrier des procédures de mises en concurrence des années à venir.

 

Il recense également l’ensemble de l’information sur tous les parcs et projets éoliens :

  • caractéristiques techniques ;
  • documents de concertation ;
  • données et études sur site.

Les éléments sont publiés au fil des étapes.

7

projets éoliens totalisant 3,6 GW de puissance installée

L’éolien en France

Depuis 10 ans, la France a lancé trois procédures (2011, 2013, 2016) de mise en concurrence pour des parcs éoliens en mer posés. Ils représenteront 3,6 GW de puissance installée et se répartissent ainsi :

  • 4 projets sur la façade Manche Est – Mer du Nord : Courseulles-sur-Mer, Fécamp, Dieppe-Le Tréport, Dunkerque ;
  • 3 projets sur la façade Nord Atlantique – Manche Ouest : Saint-Brieuc, Saint-Nazaire, Yeu-Noirmoutier.

Quatre fermes pilotes éoliennes flottantes ont été attribuées en 2016 après un appel à projets de l’Ademe.

Un mix énergétique décarboné et diversifié

La France a pour ambition d’atteindre la neutralité carbone en 2050, avec l’objectif intermédiaire de porter la part des énergies renouvelables à 40 % de la production électrique.

Le développement des énergies renouvelables contribue à l’atteinte de nos objectifs climatiques, en se substituant à des moyens de production fossile, et à la robustesse du système électrique, en permettant la diversification du mix énergétique.

L’éolien en mer a donc toute sa place dans un mix énergétique décarboné et diversifié.