Le hackathon #HackBiodiv

Le Mercredi 29 juin 2016


Crédits : M. Bouquet / Terra

Un hackathon pour mieux connaître et protéger la biodiversité. A la croisée du projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages et du projet de loi pour une république numérique, cet évènement s’inscrit dans le cadre de la communauté GreenTech verte. Il vise à faciliter l’émergence de nouveaux usages et développer des outils collaboratifs autour de l’inventaire national du patrimoine naturel (INPN), plate-forme nationale du système d’information sur la nature et les paysages (SINP).

Les lauréats #HackBiodiv

Le premier prix a été décerné à Invasiv’Alerte. Cette application interroge les réseaux sociaux Google et Twitter à partir de certains mots clés sur les espèces invasives afin d’identifier les occurrences de ces mots à des fins de détection et d’alerte. De plus, l’application permet à tout individu de signaler par des photos géolocalisées la présence de certaines espèces en interrogeant les bases du système d'information sur la nature et les paysages. Ces informations ont vocation à enrichir le système d'information sur la nature et les paysages.

Le deuxième prix a été décerné à Green-Watch. L’équipe du projet Green-Watch utilise une nouvelle application d’intelligence artificielle de Google mise en ligne sous forme d’une interface de programmation applicative afin d’identifier le nom de l’espèce que l’on vient de photographier. Ces photos sont croisées avec les bases de données du système d'information sur la nature et les paysages. L’application permet de lancer des défis à des observateurs afin de favoriser l’acculturation de tout un chacun à la biodiversité.

Le troisième prix a été décerné Biosentinelle. Ce jeu en ligne proposé est complété par une action terrain. Il s’agit de lancer des défis dans l’espace urbain par exemple, pour repérer certaines espèces dans certains lieux identifiés (qui a vu les coquelicots à Bastille) ou pour faire prospérer la biodiversité.

Par ailleurs, un coup de cœur a été décerné à Map-Pollen. Cette application utilise les données géolocalisées des différentes espèces d’arbres dans les bases du MNHN et dans celles de certaines grandes villes comme Paris pour identifier les lieux particulièrement sujets aux pollens allergisants. Une information en temps réel par les individus enrichira la localisation de ces pollens sous forme collaborative.

Les défis #HackBiodiv

Le hackathon #HackBiodiv

A la croisée du projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages et du projet de loi pour une république numérique, cet évènement s’inscrit dans le cadre de la communauté GreenTech verte. Il vise à faciliter l’émergence de nouveaux usages et développer des outils collaboratifs autour de l’inventaire national du patrimoine naturel (INPN), plate-forme nationale du système d’information sur la nature et les paysages (SINP).

Du 3 au 5 juin, entrepreneurs, développeurs, designers, spécialistes des données, scientifiques et observateurs de la biodiversité ont eu 48 heures pour concevoir des services et des outils valorisant la biodiversité en particuliers sur les enjeux suivants : à la croisée d’enjeux agricoles, touristiques, de santé publique, d’emploi, d’urbanisme ou encore de changement climatique.

S’appuyant sur l’expertise et les ressources des partenaires du ministère (Etalab, Muséum national d’histoire naturelle, Météo France, IGN, Onema, Irstea), de nombreux jeux de données originaux ont été rendus accessibles pour l’occasion avec l’appui d’Etalab.

Près de 35 millions de données issues de l’inventaire national du patrimoine naturel (INPN) ont été ouvertes. Il regroupe des données d’observation de faune, flore et de fonge sur plus de 160000 espèces, d’habitats naturels, ainsi que plus de 24000 contours d’espaces naturels et leurs descriptions.

D’autres jeux de données sur les milieux aquatiques, la météo, l’occupation des sols ou forestière ont été mis à disposition pour ce week-end d’innovation.

Des dotations en numéraire ont été attribuées aux 3 lauréats par le ministère

  • 1er prix : 3000 euros.
  • 2ème prix : 2000 euros.
  • 3ème prix : 1000 euros.

Un coup de cœur a été décerné par le fonds de dotation pour la biodiversité. Ce coup de cœur a été doté d’un prix en numéraire de 1000 euros.

Les lauréats ont bénéficié également d’une valorisation de leurs projets au travers :

  • D’une communication portée par le ministère et ses partenaires.
  • D’un accès privilégié à l’incubateur du ministère dépendant du type de données traitées et de la nature du projet. Un lien doit exister entre l’objet de l’incubateur et le projet.