Gestion du trafic aérien dans l'Ouest de la France

Le Vendredi 19 janvier 2018

Un nouveau réseau de routes dans les espaces aériens gérés par le centre en route de la navigation aérienne de Brest est opérationnel depuis le 30 mars 2017.

De nouvelles zones militaires ont été mises en place pour la formation des équipages du RAFALE, la flotte référence de l'armée française. Combinée à l'utilisation du missile METEOR qui nécessite des compétences spécifiques et une utilisation en mode de combat simulé intégrant la désignation de cibles, les forces françaises (Marine et armée de l’air) ont aujourd'hui besoin d’un espace aérien réservé plus large pour mener à bien leurs missions. En effet, l’entrainement au combat en zones aériennes militaires sur terre est aujourd’hui nécessaire pour mieux correspondre à la réalité des opérations extérieures. En outre, des zones hautes et basses altitudes connectées sont également requises. Une modification significative du réseau de route, tant dans l'espace aérien inférieur que dans l'espace aérien supérieur, était donc nécessaire pour correspondre à la nouvelle structure de l'espace aérien militaire.

Changement du réseau de route dans les espaces de Brest ACC

10 nouveaux points de report sont créés et le réseau de route modifié en conséquence de manière significative. Le document RAD (Route Availability Document) a été mis à jour.
Cette refonte complète vise à rendre les routes disponibles à la planification des vols au plus proche de ce qui est réellement volé, améliorant ainsi l'efficacité carburant des vols.

Une gestion du trafic plus fluide vers la Grande-Bretagne

Le secteur de contrôle N du centre de Brest est l'un des secteurs les plus fréquentés, avec une demande de trafic pouvant atteindre jusqu'à 100 vols par heure, et très peu de variations pendant la journée. Il traite principalement la séparation des trafics vers les destinations britanniques avec le South-West axis (c.-à-d. les vols allant de l'Espagne et des îles Canaries vers les Pays-Bas, l’Allemagne et la Scandinavie).

1100 vols-Origin NEST
Crédits : DGAC - Tous droits réservés

Fluidité et simplification dans la gestion du trafic aérien sont des défis relevés avec ce projet de restructuration de l'espace aérien, tout en intégrant les contraintes importantes résultant des nouveaux contours des zones militaires.

4 routes
Crédits : DGAC - Tous droits réservés
  • TUPAR et MANAK sont désormais utilisés pour initier la séparation géographique des vols vers la Grande-Bretagne au plus tôt en prenant en compte leur destination finale. Les flux nord sont améliorés par l’anticipation de ce tri selon les destinations.
  • Depuis TUPAR, au-dessus du FL 335, les routes sont désormais disponibles à la planification des vols H24. Leur statut change, de route conditionnelle (CDR) à route prédéterminée (PDR).

Des options supplémentaires pour rejoindre Paris-CDG

Le trafic Atlantique Nord vers et depuis Paris CDG bénéficiera de la création de 2 nouvelles CDR 1 * H24 : UZ57 et UN29. Ces routes conditionnelles sont ouvertes à la planification de vol entre 01h et 08h UTC pour rejoindre directement le point LATGO. Elles faciliteront la distribution du trafic vers / depuis Paris CDG en tenant compte de la demande à l’arrivée sur la piste nord au moment de la pointe matinale et du poste de stationnement prévu pour chaque trafic dit NAT (North Atlantic Traffic).

CDR
Crédits : DGAC - Tous droits réservés

*CDR 1 – Routes planifiables en permanence pendant les horaires publiés à l’AIP (Aeronautical Information Publication)

Arrivées/Départ dans la FIR BREST (en dessous du FL195)

La création d'une nouvelle zone militaire R270 au-dessous de la TSA6 nécessite la modification des SID (itinéraires de départ) et des STAR (itinéraires d’arrivée) des aéroports suivants: Brest-Bretagne (BES), Quimper (UIP), Lorient (LRT), Rennes (RNS) et Nantes (NTS)
Vous êtes invités à consulter la partie de l’AIP concernée (voir adresse ci-dessous)

Impact sur la capacité

Comme il est d’usage et compte tenu de la taille de ces nouvelles zones militaires, la capacité des secteurs de contrôle sera affectée pendant l'activité militaire. Cependant, le nouveau système de routes devrait permettre une meilleure fluidité du trafic.
Si une régulation devait être mise en œuvre en raison d'une forte demande lors de l’activité militaire prévue, elle serait codée selon la raison « gestion de l'espace aérien » dans le système de gestion des flux de trafic d'Eurocontrol.

Bénéfices pour les compagnies aériennes

  • Sécurité : Une résolution anticipée des conflits potentiels pour le flux nord vers la Grande-Bretagne. Une pression du trafic atténuée sur le point MANAK
  • Capacité : Les contraintes sur le trafic civil en cas d’activité militaire sont atténuées pour le secteur N avec des routes planifiables au-dessus du FL335.

  • Efficacité des vols : Des routes plus courtes et planifiables H24 au-dessus du FL335. Des bénéfices “temps de vol” sont prévus. Les études sont en cours.

Nouvelles zones militaires

De nouvelles zones militaires TSA (Temporary Segregated Areas) ont été créées pour répondre aux demandes de l’armée française.

Temporary Segregated Areas (TSA)
Crédits : DGAC - Tous droits réservés

Activité mensuelle moyenne de l'ensemble du système de défense dans le centre de Brest: 60 heures.

TSA 6 (H24, gestion flexible de l’espace aérien)
Sa nouvelle conception modifie les routes utilisées pour le flux de trafic le plus important pour Brest, celui de la Grande-Bretagne vers/depuis l’Espagne. Si possible, les horaires d’activation seront négociés pour éviter les heures de pointe du trafic civil.

TSA 8 and TSA 9A
Les nouvelles dimensions verticales apportent un avantage considérable au réseau, avec des routes et leur planification maintenant disponibles au-dessus de FL 335 tout au long de l'année.

L'activité de toutes les TSA est connue des compagnies aériennes par le biais de l'AUP/UUP (Airspace Use Plan / Updated airspace Use Plan) publié sur le NOP (Network Operations Portal) d’Eurocontrol (voir lien ci-dessous).

A noter que les zones D14 et D15 (zones de combat pour la Marine) ne font pas partie de la gestion dite FUA (Flexible Use of Airspace) en dessous du FL275 : activation possible H24, activité annoncée par NOTAM avec notification 24h.

Une collaboration proactive entre les représentants civils et militaires locaux a permis d’aboutir au meilleur compromis pour l'utilisation de l'espace aérien. Des sessions de retours d’expérience sont déjà prévues avec l'armée française pour résoudre d’éventuels problèmes faisant suite à la mise en œuvre opérationnelle.