Barbara Pompili prend plusieurs mesures pour inciter à produire sa propre électricité en milieu rural

Le Mardi 20 octobre 2020
Produire et consommer sa propre électricité est une pratique qui tend à se développer, notamment via l’installation de panneaux solaires chez soi. Pour faciliter l’essor de cette pratique, Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, prend plusieurs mesures visant à favoriser l’autoconsommation d’électricité, ce qui permettra d’impliquer directement les citoyens et les collectivités locales dans la production d’électricité renouvelable.
L’autoconsommation, c’est ce qui permet à chacun de devenir son propre producteur d’électricité, par exemple grâce à des panneaux solaires installés sur le toit de sa maison, et de pouvoir en faire bénéficier les consommateurs voisins. C’est une logique que je veux massifier dès lors que l’énergie proviendra de sources renouvelables. Jusqu’à présent, cette pratique de partage entre un producteur et ses voisins était limitée à un rayon d’1 kilomètre. J’ai décidé d’étendre ce rayon à 10km en zone rurale pour augmenter la capacité de chaque citoyen, entreprise ou collectivité à participer à la transition énergétique tout en réduisant ses charges.
Barbara Pompili

Actuellement, près de 78 000 installations en autoconsommation sont raccordées en France, pour une puissance totale de 320 MW. Le Gouvernement souhaite aujourd’hui aller plus loin en accélérant le développement de l’autoconsommation en électricité des Français. L’autoconsommation collective permet en effet à un groupe de personnes de consommer l’électricité qu’ils produisent grâce à leurs propres moyens, souvent à partir de panneaux solaires photovoltaïques.

En novembre 2019, le ministère avait déjà pris des dispositions pour faciliter les opérations d’autoconsommation collective. Tous les habitants situés dans un rayon de 1km autour de la source de production d’électricité pouvaient accéder à l’énergie ainsi produite.

L’expérience de l’année écoulée a montré que ce rayon pouvait être trop petit dans les zones rurales, du fait de la dispersion des auto-consommateurs potentiels. Afin de répondre à cette particularité, il sera désormais possible pour les opérations situées dans une zone rurale de demander une dérogation dans la limite d’un rayon de 10 km, soit une surface totale 100 fois plus importante qu’actuellement.

Cet arrêté aura un impact concret en permettant l’émergence d’opérations actuellement en projet, comme le projet des centrales villageoises du Val de Quint par exemple.

Par ailleurs, le ministère de la transition écologique a mis en consultation une nouvelle version des cahiers des charges pour les appels d’offres destinés à attribuer le soutien aux énergies renouvelables sur la période 2021-2026. Cette nouvelle version qui concerne les appels d’offres pour les opérations d’autoconsommation prévoit une formule de rémunération plus simple, qui devrait permettre ainsi à plus de projets de candidater. Enfin, le plafond de puissance pour les projets pouvant candidater sera augmenté, en passant de 1 MW à 10 MW.

Enfin, le futur arrêté tarifaire pour les projets photovoltaïques sur bâtiment qui augmente le plafond de 100 à 500kW et qui a reçu un avis favorable du Conseil supérieur de l’énergie est en cours de notification auprès de la Commission européenne. Il facilitera l’autoconsommation pour les installations entre 100 et 500 kW et permettra qu’une partie de l’électricité produite puisse être autoconsommée.