Transformation de bureaux en logements : Emmanuelle Wargon annnonce un premier bilan et accélère la dynamique

Le Mardi 9 février 2021

Alors que l’essor significatif du télétravail incite à changer d’échelle, la ministre déléguée au Logement a réuni des professionnels de l’immobilier pour faire un bilan des actions menées et accélérer la transformation en logements des bureaux vacants.

Vendredi 8 février, Emmanuelle Wargon, ministre déléguée auprès de la ministre de la Transition écologique, chargée du Logement, a échangé avec l’IEIF, l’Union sociale pour l’habitat, Action logement groupe, la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) et les grands opérateurs signataires avec l’Etat en 2018 d’une charte d’engagement pour la transformation en logements de 500 000 m2 de bureaux en Ile-de-France.

Cet échange a été l’occasion d’un bilan des surfaces de logements issus de la transformation de bureaux depuis 2018.

Ainsi, en France métropolitaine, 417 000 m2 de logements issus de la transformation de bureaux ont fait l’objet d’une demande de permis de construire, dont 110 000 m2 dans l’agglomération parisienne (26 %) et 190 000 m2 dans les autres grandes agglomérations (46%). 85 000 m2 de logements ont été engagés par les signataires de la charte (sources DGALN sur la base des données SIT@DEL).

Par ailleurs, la « Foncière de transformation immobilière », créée en 2020 par Action Logement dans le cadre du Plan d’investissement volontaire, et dédiée à l’acquisition et au portage de foncier d’activité vacant, est d’ores et déjà en négociation pour la création de 101 000 m2 de logements, dont 42 000 m2 ont déjà été contractualisés,

Emmanuelle Wargon a insisté sur la nécessité d’accélérer considérablement cette dynamique. En effet, d’une part, produire davantage de logements est un impératif pour soutenir une offre suffisante et, d’autre part, transformer les constructions existantes est un moyen de limiter l’étalement urbain, de prévenir la crise climatique et de préparer la résilience des villes.

A la suite des mesures prises dans la loi ELAN, une feuille de route associant les pouvoirs publics et les partenaires privés a été dressée pour :

  • Améliorer la connaissance du parc de bureaux et de son évolution future ;
  • Mettre en place des mesures de simplification pour améliorer le modèle économique de la transformation de bureaux en logement et faciliter les opérations. Ces mesures pourront faire l’objet de propositions législatives.
  • Renforcer la mobilisation des acteurs, en associant les élus des territoires les plus concernés, et en élargissant les partenariats établis sur la base de la charte.

La ministre a également incité les acteurs à se saisir des aides de France Relance, le fonds pour la reconversion des friches doté de 300M€ et l’aide à la relance de la construction durable (350M€) pour financer ces opérations.

Ces annonces interviennent dans le contexte où l’Institut d’épargne immobilière (IEIF) prévoit que la montée en puissance du télétravail dans la seule Ile-de-France conduira dans les 10 prochaines années à un excès de 3,3 millions de m2 de bureaux, soit 6,5% du parc.