Journée nationale de prévention des risques d’inondation : Barbara Pompili annonce son plan d’actions pour mieux protéger les personnes et réduire les dommages liés aux crues

Le Mardi 13 octobre 2020
En cette journée nationale de prévention des risques d’inondation, Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, souligne les actions mises en œuvre pour faire face aux événements extrêmes de plus en plus fréquents. Quelques jours après les fortes crues ayant frappé le sud-est de la France, le Gouvernement entend renforcer la coopération entre l’État et les collectivités pour mieux réduire la vulnérabilité des territoires particulièrement exposés aux inondations.

Les crues qui ont frappé le Gard, puis les Alpes-Maritimes ont été particulièrement intenses. À Saint-Martin-de-Vésubie, le 2 octobre dernier, la pluie a représenté en 24 heures plus de trois fois les précipitations cumulées d'un mois d'octobre normal (soit près de la moitié de la pluviométrie annuelle), avec pour conséquence un bilan humain dramatique et des dégâts particulièrement lourds dans toute la zone.

Face à la violence de cet épisode d’inondations, le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé « qu'il ne sera pas possible de rebâtir à l'identique, et qu'il faudra reconstruire de manière résiliente et durable ».

Le dérèglement climatique va accroître la fréquence et l’intensité des inondations. C’est pourquoi Barbara Pompili a souhaité apporter une réponse globale et de long terme, en coopération avec les acteurs locaux. L’objectif est ainsi d’augmenter la sécurité des personnes, de réduire le coût des dommages liés aux inondations et de raccourcir le délai de retour à la normale des zones sinistrées.

Le renforcement des actions de prévention des inondations s’articule autour de 4 axes :

  • Renforcer les capacités de prévision des inondations de Météo-France grâce à un investissement de 144 millions d’euros investis pour financer deux supercalculateurs qui multiplieront par cinq les capacités de calcul ;
     
  • Mieux informer les populations avec la mise à disposition d’une cartographie des zones inondées potentielles sur le site vigicrues.fr ;
     
  • Accélérer la mise en œuvre des Programmes d’actions de prévention des inondations (PAPI) ;
     
  • Aider les particuliers à construire et reconstruire de manière résiliente grâce à une augmentation de 50% du Fonds Barnier cette année.
« Au cours des dernières décennies, les fortes pluies se sont accentuées de 22 %. Cela doit être pris en compte dans les processus de construction, un quart de la population française étant concerné par ces phénomènes. Les inondations coûtent déjà au pays 800 millions d’euros par an. On ne peut plus faire l’économie de l’anticipation, qui sera de l’investissement pour l’avenir. Nous devons avoir une culture du risque qui nous permette de prendre des précautions préalables et d’être prêts à résister à des événements climatiques extrêmes. »
Barbara Pompili