Conférence de presse Revue AIE 2021 - Intervention de Barbara Pompili

Le Mardi 30 novembre 2021

Seul le prononcé fait foi

Bonjour à toutes et à tous,
Mesdames et Messieurs,

Je suis très heureuse de vous accueillir au ministère de la Transition écologique pour la présentation, par l’Agence Internationale de l’Energie, de la revue de la politique énergétique de la France.

Ce rapport arrive à l’aube d’une décennie cruciale en matière énergétique. 

En France, comme ailleurs, nous devons redoubler d’efforts pour atteindre la neutralité carbone. L’urgence climatique nous l’impose et nous impose d’agir vite, tant pour nous-mêmes que pour les générations futures. Il en va là de notre responsabilité.

Depuis la précédente revue de l’AIE, qui avait eu lieu en 2016, le contexte en France – et ailleurs - a significativement changé, avec notamment les rapports du GIEC qui ne font que confirmer l’urgence et, pour y répondre, le rehaussement, au niveau européen, de nos objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre à 55% d’ici 2030. 

Nos ambitions, toujours plus grandes, nécessitent la mise en œuvre de moyens nouveaux, à l’échelle nationale, européenne et mondiale.

Nous nous trouvons donc à la croisée des chemins pour impulser et accompagner de profondes évolutions dans nos modes de vie, nos manières de produire, mais aussi nos façons de nous chauffer et de nous déplacer. 

Vous vous en doutez, la transition énergétique qui nous attend est unique, sans précédent, et il n’existe pas, pour la mener, de mode d’emploi prédéfini. C’est à définir et mettre en œuvre des solutions que nous devons nous atteler jour après jour. 

Alors, cette revue des pairs de notre politique énergétique par l’AIE, c’est un nouvel outil à notre disposition pour aiguiller au mieux l’évolution de notre modèle énergétique, avoir un regard extérieur sur les actions que nous avons entreprises, pour nous permettre de poursuivre plus efficacement nos actions.

***

Cette revue s’inscrit dans le contexte de plusieurs études importantes réalisées par l’AIE en 2021, qui constituent un corpus déterminant de notre action en matière énergétique. 

D’abord, l’AIE et RTE ont publié en janvier dernier une étude sur les conditions d'un système électrique à forte part d’énergies renouvelables en France à l’horizon 2050.

Aucune étude ne s’était jusqu’à présent penchée de manière si approfondie sur les conditions techniques de l’intégration d’un très fort taux d’éolien et de photovoltaïque, allant jusqu’à 100%, dans le système électrique.

Ensuite, le rapport « Net Zero by 2050 » a identifié les actions énergétiques prioritaires à mettre en œuvre, au niveau mondial, pour atteindre la neutralité carbone.

Ce rapport anticipe une profonde transformation du secteur de l’énergie à l’échelle mondiale d’ici 2050, qui reposera en grande partie sur les énergies renouvelables, et à plus de 50% sur l’électricité.

Enfin, le rapport annuel de l’AIE, « World Energy Outlook », publié juste avant la COP26, rappelle le chemin à parcourir pour atteindre la neutralité carbone en 2050 et le caractère décisif pour le climat de cette décennie.

Ces études contribuent à orienter l’action climatique et énergétique et nous montrent qu’elle doit être ambitieuse et, en même temps, que les objectifs sont à notre portée, si nous y consacrons les efforts nécessaires.  

*

Dans ce contexte, l’AIE a donc réalisé en 2021, avec une dizaine d’experts, et comme elle le fait périodiquement, tous les 5 à 7 ans, la « revue en profondeur » de la politique énergétique de la France.

C’est une évaluation à « 360 degrés » de notre politique énergétique, neutre, externe, et sans concession. C’est en cela qu’elle est précieuse.
Grâce à la mobilisation d’experts internationaux, cette revue permet de dépasser le cadre franco-français, et de capitaliser sur les retours d’expérience. C’est l’occasion d’élargir nos perspectives. 

*

Depuis la précédente revue, comme l’AIE a pu le constater, des actions ambitieuses ont été menées par le Gouvernement.

Nous avons notamment voté des lois structurantes, qui impulsent et engagent des évolutions de long terme, comme la loi hydrocarbures, la loi Energie-climat, mais aussi la loi Climat et Résilience. J’aurais l’occasion de vous détailler ces points tout à l’heure.

Et nous avons lancé, au mois d’octobre, les travaux d’actualisation de la Stratégie française pour l’énergie et le climat, qui doit aboutir d’ici 2024 à la révision de notre stratégie nationale bas-carbone et de notre programmation pluriannuelle de l’énergie.

La revue de l’Agence internationale de l’énergie arrive ainsi à un moment essentiel pour alimenter nos travaux.

En somme, ce sera un outil précieux pour nous aider à relever l’immense défi de la transition énergétique !

***

Je remercie donc l’AIE et l’équipe de revue pour leur implication et le temps qu’ils ont consacré à cette étude.

Et je cède maintenant la parole à monsieur Fatih BIROL, pour qu’il puisse vous présenter les principaux enseignements et les recommandations de cette revue.