Annonce des projets fluviaux soutenus par le plan de relance à l’occasion du Conseil d’Administration de VNF

Le Vendredi 18 décembre 2020

Le Conseil d’administration de VNF vient d’engager, le 16 décembre dernier, dans le cadre du Plan de relance, 80M€ d’opérations supplémentaires sur les infrastructures fluviales pour 2021. 

Le transport fluvial doit jouer un rôle-clé pour accélérer la transition écologique en permettant le report modal des marchandises. En cohérence avec les objectifs définis par la loi d’orientation des mobilités (LOM), le plan France relance décidé par le Gouvernement prévoit, sur les deux prochaines années, 175M€ d’investissements supplémentaires en faveur de la modernisation et de la régénération des voies navigables.
Les sommes allouées dans le cadre du plan de relance permettront de contribuer à la fois au développement du transport et de la logistique (à hauteur de 40 millions d’euros), à l’aménagement et au développement des territoires (pour près de 60 millions d’euros), ainsi qu’aux actions menées en faveur de la gestion hydraulique, de la sécurité des ouvrages hydrauliques et la préservation de la biodiversité (pour près de 40 millions d’euros).

Près de 90 opérations pourront ainsi être financées en 2021 en Grand Est, Bourgogne- Franche Comté, Ile de France, Hauts-de-France, mais aussi Centre Val de Loire, Normandie, Occitanie et Auvergne Rhône Alpes, telles que le confortement de l'écluse secondaire d'Ablon en Ile-de-France, la réhabilitation de l'écluse d'Amfreville en Normandie, la restauration des digues de Chagny en Bourgogne Franche-Comté et de Saint-Satur en Centre-Val de Loire, la restauration du barrage réservoir de Bouzey dans le Grand Est, ou encore des confortements de berges sur les canaux de la Deûle et de Neufossé dans les Hauts de France.
Un plan de relance qui conforte des investissements sans précédents sur le fluvial.
En complément des efforts sans précédents déjà actés par la LOM, le plan de relance permettra ainsi en 2021 et 2022 de dédier près de 300 M€ par an à la régénération et à la modernisation du réseau fluvial existant.

Les opérations en cours sont ainsi, aussi conséquentes sur le grand gabarit dans une perspective de développement du transport de marchandises tant sur la Seine avec les écluses de Méricourt (92M€), que sur le futur axe Seine-Escaut avec des opérations sur la Lys ou le Condé-Pommeroeul. Les bateaux les plus capacitaires peuvent contenir jusqu’à 4500 tonnes chacun, soit l’équivalent de 225 camions.
Le volet fluvial de la relance confié à Voies navigables de France (VNF)
Jean-Baptiste Djebbari, Ministre délégué chargé des transports, tient à saluer la mobilisation de Voies navigables de France et de ses personnels, pour la bonne mise en œuvre de ces engagements. 
L'établissement public gère environ 6 700 km de fleuves, rivières aménagées et canaux, plus de 4 000 ouvrages d’art et 40 000 hectares de domaine public bord à voie d’eau. Il porte actuellement un projet de modernisation, notamment technologique. 

L’ensemble de ces engagements se traduiront tout prochainement dans le contrat d’objectifs et de performance entre l’Etat et VNF pour la période 2020-2029.