Vigilance crues : point de situation du 26 janvier 2018

Le Vendredi 26 janvier 2018

Point sur la situation hydrologique :

Une perturbation traverse la France d’ouest en est depuis la nuit de mercredi à jeudi. Elle est en train de s’évacuer par l’est du pays. Les précipitations sont restées dans les estimations prévues par Météo-France.

La partie sud de cette perturbation concerne actuellement le sud-est de la France, donnant sur l’arc méditerranéen, et notamment sur le Gard et l’Ardèche, des précipitations importantes et sur les reliefs du Massif Central et des Alpes de fortes chutes de neige. Cette perturbation ne devrait pas entraîner de réaction hydrologique dommageable sur les cours d’eau.

- Dans le bassin hydrographique de la Seine :

Les précipitations liées à la dernière perturbation étant maintenant connues, il est possible d’affiner les prévisions. Le maximum de la crue de la Seine est attendu pour la nuit de samedi à dimanche, à un niveau compris entre 5,80 m et 6,00 m, soit un niveau légèrement inférieur à la crue de juin 2016. Le rythme d’élévation du fleuve à Paris s’est réduit. Le 26 janvier à 12h, la cote de la Seine au pont d’Austerlitz est de 5,61 m, soit 15 cm de plus que le 25 janvier à la même heure. Le niveau de la Seine avait augmenté de 28 cm entre le 24 janvier midi et le 25 janvier midi.

La Marne a atteint un plateau, en revanche, la Seine en amont de Paris continue de monter du fait de l’apport des ondes de crues provenant des bassins amont, notamment de l’Yonne et de l’Aube. 

L’onde de crue de la Seine se propagera au-delà de Paris en début de semaine prochaine avec des niveaux élevés. Les précipitations de jeudi 25 ont conduit au passage en vigilance orange de deux nouveaux tronçons, l’Aube aval et le Loing. Pour le Loing, les niveaux attendus seront très inférieurs à l’événement de mai 2016. D’une façon générale, ces précipitations des dernières 48 heures ne conduisent pas à revoir à la hausse le niveau du maximum de la Seine à Paris. En revanche, elles conduiront à ralentir la décrue au cours des jours qui suivront. Celle-ci s’annoncent en effet très lente et le maximum qui sera atteint ne peut être qualifié de pic de crue, mais plutôt de plateau. La Marne est un cours d’eau à faible pente et les évolutions des niveaux se font très lentement. La forte influence de la Marne sur le débit de la Seine à Paris va donc conduire à une décrue plus lente qu’en 2016.

L’onde de crue de la Seine se propagera au-delà de Paris en début de semaine prochaine avec des niveaux élevés du fait également de l’influence de l’Oise.

Une grande partie du bassin de la Seine reste donc sous haute surveillance, avec des niveaux d’eau très inhabituels et des impacts significatifs sur les riverains les plus exposés.

 

- Dans le bassin hydrographique de la Saône :

Le Doubs aval et la Saône en aval du Doubs restent en vigilance orange. Les crues du début de la semaine sont en train de s’évacuer, mais les précipitations des dernières heures justifient le maintien en vigilance orange du fait d’un ralentissement de la décrue. 

La nécessaire vigilance de chacun en cas de crue :

Les crues représentent un danger réel et certains conseils de comportement sont à rappeler :

  • ne jamais s’engager sur une route inondée à pied comme en voiture : c’est la force de l’eau qui est dangereuse. Un véhicule est emporté dans 30 cm d’eau y compris les 4 × 4.
  • éviter les parcours susceptibles d’être inondés,
  • ne pas descendre dans un sous-sol en cours d’inondation, il y a un risque d’y rester piégé,
  • ne jamais s’approcher des berges d’un cours d’eau en crue, elles sont très glissantes et peuvent être fragilisées,
  • bien s’informer des messages des autorités (forces de l’ordre, services de secours),
  • être vigilant vis-à-vis de ses proches et des personnes fragiles de son entourage.