Suite à la baisse de fréquentation enregistrée depuis le début de la crise sanitaire, l’Etat poursuit son soutien à Île-de-France Mobilités à hauteur de 800 M€ en 2021

Le Lundi 11 octobre 2021

La crise sanitaire a conduit à une baisse de la fréquentation des transports en commun, particulièrement en Île-de-France. En septembre 2020, la fréquentation dans les transports urbains s’y élevait à 60 % de son niveau antérieur. Depuis septembre 2021, celle-ci plafonne à environ 80 % de la fréquentation 2019, entraînant une diminution des recettes commerciales d’Île-de-France Mobilités (IDFM). Parallèlement, IDFM a subi une baisse contenue du versement mobilité sur la seule année 2020, et celui-ci a retrouvé son niveau antérieur dès 2021.

En 2020, Ile-de-France Mobilités a bénéficié de deux dispositifs de compensation de l’Etat : d’une part, au titre des pertes de versement mobilité, un acompte de 425 M€ a été versé en septembre 2020. D’autre part, au titre des pertes de recettes commerciales, IDFM a perçu fin 2020 une avance remboursable à hauteur de 1,175 Md€.

Compte tenu de l’évolution de la fréquentation des transports en commun franciliens observée jusqu’alors pour l’année 2021, le Gouvernement souhaite poursuivre son soutien à IDFM, parallèlement au filet de sécurité de recettes fiscales déjà mis en place au profit de l’ensemble des collectivités locales en charge des mobilités. L’Etat proposera donc au Parlement le vote en loi de finances d’une nouvelle avance remboursable de 800 M€ pour compenser les pertes de recettes commerciales de 2021.

 

« Grâce à ce nouveau soutien, l’Etat montre qu’il est à nouveau au rendez-vous pour soutenir les investissements colossaux lancés sur le réseau de transports en commun en France : je rappelle que le volet « transports collectifs » du contrat de plan Etat-Région (CPER) a été abondé par l’Etat à hauteur 670 M€ grâce au plan de relance, et les projets de transports en commun en site propre en régions viennent quant à eux de bénéficier d’une enveloppe exceptionnel de l’Etat de 900 M€ ».

Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué chargé des Transports