Sensibilisation aux risques naturels et industriels : la mission présidée par Fred Courant a remis ses conclusions à Barbara Pompili

Le Mercredi 7 juillet 2021

La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a lancé en décembre dernier une mission visant à formuler des propositions pour renforcer la sensibilisation du grand public aux risques naturels et industriels. Cette mission présidée par Fred Courant, ancien rédacteur en chef et présentateur de l'émission scientifique « C'est pas sorcier » et fondateur de la plateforme numérique « l’Esprit Sorcier », a remis ses conclusions le 6 juillet 2021.

Plusieurs catastrophes naturelles en métropole (inondations dans l’Aude en octobre 2018, Alpes Maritimes en octobre 2020) ou dans nos territoires ultra-marins (tempête IRMA en août 2017) illustrent la réalité et la violence des aléas climatiques dans un contexte où le dérèglement climatique va vraisemblablement accroître leur répétition et leur intensité.

Par ailleurs, lors de l’incendie des sites de Lubrizol et de Normandie Logistique le 26 septembre 2019 à Rouen, de nombreux habitants ont fait part de leur sentiment de ne pas avoir été assez informés sur les risques associés aux activités industrielles. Les travaux menés à la suite de cet accident (en particulier la commission d’enquête du Sénat et la mission d’information de l’Assemblée Nationale) ont conclu à la nécessité d’élargir les démarches de participation pour aller vers plus d’implication des populations et de moderniser les dispositifs d’information et d’acculturation du public aux risques industriels.

Des obligations réglementaires et des initiatives portées collectivement par les industriels, les associations, les collectivités et l’État concourent aujourd’hui à construire une culture du risque au sein de chaque territoire. Néanmoins, certains de ces outils ont été mis en place il y a plus de quarante ans. Si de nombreux dispositifs visent à informer régulièrement les citoyens et les entreprises, malgré tout, chaque événement marquant, qu’il soit d’origine naturelle ou technologique, rappelle que leur portée réelle est encore trop limitée. Trop de décès sont encore constatés à chaque catastrophe naturelle, décès qui auraient parfois pu être évités en adoptant les bons gestes.

Dans ce contexte, la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a lancé une mission visant à formuler des propositions pour renforcer la sensibilisation du grand public aux risques naturels et industriels. Cette mission présidée par Fred Courant, ancien rédacteur en chef et présentateur de l'émission scientifique « C'est pas sorcier » et fondateur de la plateforme numérique « l’Esprit Sorcier », a remis ses conclusions le 6 juillet 2021. Elle recommande notamment :

  • De mettre en place un évènement national annuel, fédérateur et mobilisateur sur les risques ;
  • De développer et adapter la plateforme « Géorisques » pour en faire le site de référence de la culture du risque ;
  • De créer des unités mobiles pour aller à la rencontre des habitants et leur permettre une expérience physique et sensorielle des risques ;
  • D’inciter les maires à désigner un référent unique « risques » ;
  • De créer un grand concours national annuel qui encouragera les communes à réaliser des actions dans le domaine de la prévention des risques et de la résilience des territoires et valorisera ainsi les démarches volontaristes.

Cette mission répond à la fois à un enjeu de protection des populations et à un enjeu de sensibilisation aux conséquences tangibles du réchauffement climatique.

Le ministère de la Transition écologique annoncera, dans les prochains mois, les suites qu’il entend donner à ces recommandations, dans l’objectif de moderniser la sensibilisation aux risques naturels et industriels en France.

Je tiens à remercier Fred Courant et toute son équipe pour ce riche travail de réflexion sur la création d’une vraie culture du risque en France. En adoptant les bons gestes et les bons réflexes, certains décès ou accidents qu'on déplore lors de catastrophes naturelles pourraient être évités. Et on sait que le dérèglement climatique ne va faire qu’intensifier ces catastrophes. Notre meilleure arme face à ces risques, y compris industriels, c’est la prévention : c’est tout le sens de la mission confiée à Fred Courant, grand vulgarisateur et à même de concevoir des mesures efficaces de sensibilisation. Mon ministère est mobilisé pour analyser l’ensemble de ces propositions et les traduire en mesures concrètes dans les prochains mois.

Barbara Pompili

Pour accéder au rapport « Mission sur la transparence, l’information et la participation de tous à la gestion des risques majeurs, technologiques ou naturels », cliquez ici.