Recherche

Réunions informelles des ministres de l’Environnement et de l’Énergie

Le Mardi 17 mai 2022


Crédits : Laurent Mignaux / Terra

Cette réunion informelle comportera une série de sessions dédiées aux problématiques environnementales, en présence des ministres de l’Environnement, et une série consacrée aux questions énergétiques, autour des ministres de l’Énergie.
Tous les ministres se retrouveront pour deux sessions conjointes, l’une sur le rôle de la forêt et du bois dans les politiques climatiques, énergétiques et environnementales, l’autre sur la « transition juste ».

Les problématiques environnementales

La protection des milieux naturels et l’amélioration de la santé humaine seront au cœur des discussions des ministres chargés de l’Environnement. Une première session sera consacrée à l’action européenne en matière de produits phytosanitaires. En effet, dans sa stratégie « de la ferme à la table » comme dans sa stratégie « biodiversité », l’Union européenne s’est donnée pour objectif de réduire de moitié l’utilisation des pesticides d’ici 2030. Cet objectif de réduction de l’utilisation des produits phytopharmaceutique nécessite la capacité collective à réaliser la transition agroécologique, notamment en s’assurant que les denrées importées utilisent des méthodes de production qui respectent les standards sanitaires et environnementaux de l’Union européenne. Les échanges porteront donc notamment sur les bonnes pratiques dans les États membres concernant la mise en œuvre d’actions de réduction de l’utilisation des produits phytopharmaceutiques et les dispositions à intégrer dans un cadre européen uniforme. Les ministres aborderont aussi les outils à mobiliser pour que l’ambition européenne soit reflétée dans les importations de denrées traitées par produits phytosanitaires. Ils pourront aussi discuter de l’opportunité que les substances chimiques dangereuses interdites au sein du marché intérieur ne soient pas produites à des fins d’exportation en dehors de l’Union européenne

Les discussions se concentreront ensuite sur la stratégie pour la durabilité dans le domaine des produits chimiques. Plusieurs textes structurants feront l’objet d’une révision d’ici fin 2022 : le règlement Reach ; le règlement relatif à la classification, à l’étiquetage et à l’emballage (dit règlement CLP). D’autres chantiers seront à l’ordre du jour, tels que l’étude des mesures destinées à garantir l’arrêt de la production de substances chimiques dangereuses interdites dans l’Union européenne à des fins d’exportation. Les débats ministériels permettront d’identifier les actions à mettre en œuvre pour décliner de façon opérationnelle le cadre de gestion des produits chimiques, protecteur de l’environnement et de la santé publique (approche « Une santé »).

Troisième thème à l’agenda des ministres de l’Environnement : la lutte contre la déforestation importée. Publiée par la Commission européenne le 17 novembre 2021, une proposition de règlement entend éviter que des produits associés à des chaînes d’approvisionnement liées à la déforestation et à la dégradation forestière entrent sur le marché européen. L’objectif de ce texte est également d’augmenter la demande européenne pour des produits sans impact sur la déforestation. Lors de cette réunion informelle, les ministres de l’Environnement échangeront sur les bonnes pratiques, les produits et écosystèmes à prendre en compte en priorité et sur la coopération avec les pays tiers, pour que l’action européenne contre la déforestation importée soit la plus efficace possible.

Les questions énergétiques

De leur côté, les ministres de l’Énergie poursuivront les débats entamés, au Conseil européen et au Conseil des ministres, pour protéger les consommateurs européens de l’extrême volatilité des prix du gaz et de l’électricité et du niveau historiquement haut de ces prix, ce tout en poursuivant les objectifs climatiques de l’Union.

Le concept de primauté de l’efficacité énergétique, qui s’appuie sur la réduction de la consommation d'énergie et du gaspillage en tant que levier primordial, doit être plus systématiquement pris en compte dans les politiques publiques. L’articulation de ce concept avec les autres politiques nationales et européennes de lutte contre le réchauffement climatique sera au cœur des échanges entre les ministres, qu’il s’agisse de lutte contre la précarité, de sécurité d’approvisionnement, d’innovation ou de compétitivité.

Par ailleurs, les ministres l’Énergie s’interrogeront sur les contours d’une nouvelle économie de l’hydrogène : comment accélérer le développement de l’hydrogène bas-carbone, tout en tenant compte des incertitudes actuelles liées aux difficultés technologiques que soulève sa production et à sa place dans le futur bouquet énergétique européen.

Deux sessions communes à l’environnement et à l’énergie

Les ministres de l’Environnement et de l’Énergie se retrouveront également pour évoquer des enjeux qui mêlent étroitement problématiques climatiques, environnementales et énergétiques. Lors d’une première session commune, ils définiront ensemble quelle doit être la place de la forêt et du secteur bois dans ces politiques et comment concilier les enjeux multiples auxquels ils sont soumis, en particulier s’agissant de l’augmentation du puits de carbone et de la production d’énergies renouvelables. La forêt est en effet au cœur du Pacte vert pour l’Europe et de la transition vers la neutralité carbone de l’Union européenne.

Enfin, les ministres réfléchiront sur les notions de transition juste et d’acceptabilité sociale de la transition écologique. La transition vers une économie et une société décarbonées induit des transformations importantes qui renouvellent nos façons de consommer, de produire, de travailler, d’échanger, de vivre ensemble… Pour réussir cette transition, l’Europe devra faire en sorte qu’elle soit juste socialement, inclusive et qu’elle réponde aux préoccupations des personnes et des territoires les plus vulnérables.

Revenir en haut de la page