Réunions avec les élus et les collectivités concernés par le projet d’autoroute A45

Le Jeudi 12 octobre 2017

Elisabeth Borne, Ministre chargée des Transports, a tenu une série de réunions avec les élus et principales collectivités concernés par le projet d’autoroute A45, afin de recueillir l’ensemble des points de vue et d’échanger ensemble sur les attentes et problématiques de ce dossier.

Elle s’est ainsi entretenue le mercredi 11 octobre avec Laurent Wauquiez, Président du Conseil régional d’Auvergne Rhône-Alpes, avant de rencontrer les représentants des principales collectivités concernées : Conseil régional d'Auvergne Rhône-Alpes, Conseil départemental de la Loire, Conseil départemental du Rhône, Métropole de Lyon, et Saint-Etienne Métropole. Ce jeudi 12 octobre, elle a reçu plus de vingt parlementaires du Rhône et de la Loire afin de débattre avec eux des enjeux de ce dossier.

A cette occasion, la Ministre a confirmé le cap fixé par le Gouvernement pour transformer en profondeur notre politique de mobilité, en donnant la priorité aux transports du quotidien:

  • Elle a ainsi rappelé que tous les grands projets d’infrastructures font l’objet d’une pause depuis le 1er juillet dernier, le temps de redéfinir les choix en matière d’investissements et les besoins en termes de ressources.
  • Comme l’ensemble des projets, l’autoroute A45 va désormais faire l’objet d’une étude approfondie par le Conseil d’orientation des infrastructures, mis en place dans le cadre des Assises nationales de la mobilité.
  • La loi de programmation et de financement des infrastructures, qui sera examinée au Parlement début 2018, fixera les investissements à réaliser sur le quinquennat, en équilibrant les dépenses et les ressources. Ce texte inédit constituera la 1ère loi de programmation en matière d’infrastructures de transports.

La Ministre a fait part aux élus et collectivités de sa détermination à améliorer concrètement l’offre de transports pour les habitants de ce territoire, en apportant les solutions les plus adaptées à leurs besoins.

A ce titre, tous les participants ont convenu que la liaison actuelle entre les deux métropoles de Lyon et de Saint-Etienne n’est aujourd’hui pas satisfaisante, et nécessite d’être significativement améliorée.

Les différents échanges ont également permis de confirmer à la fois les fortes attentes que représente ce projet pour un certain nombre d’élus et de collectivités depuis plusieurs décennies, mais aussi les inquiétudes et oppositions qu’il suscite pour d’autres, s’agissant notamment des questions relatives au débouché de l’A45 dans l’agglomération lyonnaise, les besoins d’examen des alternatives routières et ferroviaires au projet, ou encore son impact sur les territoires traversés, en particulier aux plans agricole et environnemental.

Le travail de réflexion doit désormais se poursuivre dans le cadre du Conseil d’orientation des infrastructures puis de l’examen de la loi de programmation.