Recherche

Remise du rapport parlementaire sur la filière économique du vélo : l'essor de la pratique du vélo et les perspectives futures confirment l'importance des dispositifs de soutien du Gouvernement

Le Mardi 8 février 2022

Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué chargé des Transports, et Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l’Industrie, ont pris connaissance du rapport relatif à la filière économique du vélo en France, de Guillaume Gouffier-Cha, député du Val-de-Marne, officiellement remis au Premier ministre ce mardi 8 février 2022.

La remise de ce rapport intervient à mi-parcours du Plan vélo et mobilités actives porté par le Gouvernement depuis septembre 2018, qui vise à tripler la part du vélo en France à l’horizon 2024. Quatre grands axes sont développés dans le rapport :

  • Le constat d’un usage du vélo en pleine révolution ;
  • Le besoin de répondre à une demande croissante de vélos, qui est un enjeu industriel autant qu’un enjeu de souveraineté ;
  • La définition d’une économie du vélo qui intègre une économie du service, de la logistique et du tourisme ;
  • Le besoin de poursuivre la levée des freins à la pratique du vélo.

L’état des lieux et les 63 recommandations formulées dans le rapport constituent un travail indispensable pour poursuivre la reconnaissance du vélo comme un mode de transport à part entière. Il en va ainsi des préconisations visant à consolider les acquis du plan vélo, comme le fonds mobilités actives ou les aides à l’achat, à soutenir les innovations industrielles, à développer la réparabilité des vélos et le marché d’occasion. Il est aussi une invitation aux acteurs économiques du vélo et aux collectivités locales à redoubler de dynamisme, avec l’appui de l’État, pour accélérer et changer d’échelle.

Le développement d’une large filière économique du vélo, englobant l’industrie du cycle, les services aux cyclistes, le vélo-tourisme, la cyclologistique et la réalisation d’infrastructures cyclables, permettra à la France de prendre une place de choix dans le développement du marché du vélo à l’échelle européenne, de renforcer sa souveraineté économique, et d’aller résolument vers une transition écologique qui conforte le vélo comme l’un de ses piliers dans le domaine des transports du quotidien.

 

Revenir en haut de la page