Protection des zones humides : Bérangère Abba se félicite de la labellisation du site du Pinail dans la Vienne au titre de la Convention de Ramsar, et lance une mission d’identification des sites d’intérêt national

Le Lundi 25 octobre 2021

Protection des zones humides : Bérangère Abba se félicite de la labellisation du site du Pinail dans la Vienne au titre de la Convention de Ramsar, et lance une mission d’identification des sites d’intérêt national susceptibles d’accueillir un douzième parc national, dédié aux zones humides.

La protection des zones humides est une priorité gouvernementale, inscrite dans la stratégie nationale aires protégées 2030. Elle prévoit le doublement de surfaces en zones humides couvertes par des aires fortement protégées.

Ces milieux diversifiés d’une grande qualité paysagère (marais, mares, prairies humides, tourbières, lagunes, estuaires, mangroves, …) rendent d’immenses services :

  • ils accueillent de nombreuses espèces ;
  • ils préservent la ressource en eau,  en qualité et en quantité ;
  • ils atténuent certains risques naturels (inondations, submersions marines) ;
  • ils limitent les effets du changement climatique, par leur capacité de stockage  du carbone ;
  • ils jouent un rôle économique important, en agriculture, pisciculture, ou encore comme espaces de loisirs et de tourisme, …

La création d’un parc national dédié aux zones humides, prévue par la stratégie nationale des aires protégées 2030, donnera une dimension nouvelle à la politique de préservation de ces milieux. Un parc national contribue en effet à la protection de la biodiversité, tout en étant un outil de développement territorial.

Dans ce contexte, Bérangère Abba a confié au Conseil général de l’environnement et du développement durable une mission visant à identifier, d’ici la fin de l’année, les sites remarquables susceptibles d’accueillir le futur parc national.

Le site du Pinail est le 52è site français à être reconnu comme « zone humide d’importance internationale » au titre de la Convention Ramsar. Cette labellisation souligne la valeur exceptionnelle de ce site de 923 hectares, qui comprend la réserve naturelle nationale du Pinail et une partie forestière. Elle reconnaît la qualité de l’action conduite par les deux gestionnaires, l’association de gestion de la réserve naturelle du Pinail (GEREPI) et l’Office national des forêts, ainsi que par les autres acteurs concernés, notamment les communes de Vouneuil-sur-Vienne, Bonneuil Matours, Beaumont-Saint-Cyr et Dissay, la communauté d’agglomération de Grand Châtellerault, la communauté urbaine de Grand Poitiers, et le département de la Vienne.

Situé dans le département de la Vienne, à l’extrémité nord-est du vaste massif forestier de Moulière, le site du Pinail s’étend sur un plateau entre les rivières de la Vienne et du Clain. Caractéristique du paysage des « brandes du Poitou », l’appellation régionale des landes, cette vaste zone humide est constituée d’un complexe unique de mares et tourbières, landes et prairies humides, boisements de feuillus ou résineux.

Le Pinail doit son paysage aux siècles d’extraction de la pierre meulière (du IXe au XIXe siècle), qui lui valent d’être aujourd’hui un écosystème unique riche de plus de 7 500 mares, alimentées par les pluies mais aussi pour certaines par la nappe souterraine. Ces habitats si particuliers, en grande partie façonnés par l’Homme, accueillent près de 2 500 espèces de flore, faune et fonge, des plus rares et menacées comme l’Ecrevisse à pattes blanches ou la Leucorrhine à large queue, aux plus communes comme le Nénuphar blanc.

Si l'enrésinement passé a été la première cause d'altération du site, c'est désormais le changement climatique qui est la principale menace : l’augmentation des températures, l’intensification des sécheresses, la modification du régime des pluies, l’acidification de l’eau… bouleversent la biodiversité et la fonctionnalité des zones humides en présence.

En 2021, année du cinquantenaire de la Convention de Ramsar, le réseau français de zones humides labellisées Ramsar s’est considérablement élargi, avec l’extension en février du site des Tourbières et lacs de la montagne jurassienne, la désignation en septembre du nouveau site de la Baie d’Audierne, et avec la labellisation le 22 octobre du site du Pinail.

Le caractère emblématique d’un parc national dédié aux zones humides donnera toute sa puissance à l’action de la France en faveur de ces milieux fragiles. Le réseau français de zones Ramsar contribue à ce dynamisme avec quatre créations ou extensions de sites en 2021. Ces efforts sont indispensables pour renforcer la résilience de nos territoires face aux enjeux du changement climatique.

Bérangère Abba