Projet montagne d’or, en Guyane : un recours contre la décision du tribunal administratif de Cayenne a été déposé

Le Mercredi 3 février 2021

Barbara Pompili, Sébastien Lecornu et Agnès Pannier-Runacher réaffirment l’opposition du Gouvernement au projet montagne d’or, en Guyane : un recours contre la décision du tribunal administratif de Cayenne a été déposé.

Le Gouvernement a décidé de former un recours contre la décision du tribunal administratif de Cayenne en date du 24 décembre 2020, qui enjoignait l’Etat de prolonger sous six mois les concessions de la Compagnie Montagne d’Or en Guyane et d’en fixer la durée. Les premières requêtes ont été déposées à cette fin auprès de la Cour administrative d’appel de Bordeaux lundi 25 janvier 2021.

Le Gouvernement réaffirme que le projet Montagne d’or tel qu’il a été présenté n’est pas compatible avec ses ambitions en matière d’environnement, rappelées le 11 janvier dernier par le président de la République à l’occasion de la quatrième édition du One Planet Summit dédiée aux enjeux de protection de la biodiversité. A l’occasion du premier Conseil de défense écologique du 23 mai 2019, il s’était exprimé en faveur de l’arrêt de ce projet minier. L’Etat n’avait donc pas donné suite aux demandes de prolongation des concessions sollicitées par la compagnie.

« Le projet Montagne d’Or est clairement incompatible avec nos ambitions environnementales et nous maintenons notre opposition au projet : c’est une question de cohérence. Cette affaire met en lumière le fait qu’une réforme du code minier est nécessaire pour apporter des réponses concrètes aux parties prenantes et prendre davantage en compte les enjeux environnementaux en amont des projets miniers. La concertation sur ce texte a été engagée avec les élus locaux, en prévision d’un examen dans le cadre du projet de loi Climat et Résilience, tiré des travaux de la Convention citoyenne sur le climat, dont les membres s’étaient prononcés contre le projet de la Compagnie Montagne d’Or. »

Barbara Pompili

« Je reste convaincu qu’un projet de l’ampleur de la Montagne d’Or n’a pas sa place en Guyane. Il ne répond ni à nos exigences environnementales, ni aux attentes économiques et sociales des Guyanaises et des Guyanais. Pour autant, je crois au développement d’une filière aurifère responsable et durable. Pour cela, nous devons travailler collectivement avec les entreprises locales pour une montée en compétences techniques et une progression sur le plan environnemental. »

Sébastien Lecornu

« Le projet Montagne d'Or ne répondait pas par son ampleur à notre ambition écologique. Sa suspension doit être l'occasion de repenser une filière minière responsable et à l'échelle humaine qui contribue au développement économique et social des territoires, notamment en Guyane, permettant également de lutter contre les orpailleurs illégaux et les nombreux dégâts environnementaux qu’ils provoquent. »

Agnès Pannier-Runacher