Projet de loi pour un nouveau pacte ferroviaire : intervention d'Élisabeth Borne

Le Mardi 3 avril 2018

Madame la Présidente,
Messieurs les rapporteurs, 
Mesdames et Messieurs les députés,

Une conviction  forte : la mobilité en réponse au repli sur soi

Avant d’entamer ce débat, je voudrais partager avec vous une conviction forte.

Notre société fait face à des transformations politiques, économiques et sociales qui la bouleversent en profondeur.

Face à ces bouleversements, la tentation du repli sur soi est toujours plus criante, elle est le terreau de tous les populismes.

Pour répondre à cette menace, notre devoir est d’apporter des réponses aux besoins de mobilité. Car une société mobile, c’est une société capable de s’adapter aux défis qui se présentent à elle, une société capable de se rassembler autour d’objectifs communs.

Ces mobilités, non seulement professionnelles, mais aussi culturelles et sociales, ont un préalable : la mobilité physique.

Vous le savez, nos concitoyens ne sont pas égaux face à la mobilité.

L’absence de solutions de mobilités est encore trop souvent un frein pour l’accès à l’éducation ou à l’emploi : 1 personne sur 4 a refusé un emploi ou une offre de formation faute de solution de mobilité.

Cette situation alimente un sentiment d’assignation à résidence chez certains de nos concitoyens et d’abandon dans de trop nombreux territoires.

Je ne peux m’y résoudre.

Une ambition : répondre aux besoins de mobilité de tous les Français

L’objectif que portent le Président de la République et le Gouvernement vise à accompagner tous nos territoires, à répondre aux préoccupations premières de nos concitoyens et aux besoins de nos entreprises : les transports du quotidien, la lutte contre la congestion des grandes agglomérations, l’accès à l’emploi et aux services dans les territoires, l’optimisation de nos systèmes logistiques.

Dès lors, mon rôle, en tant que Ministre des Transports, ne se réduit pas à proposer une réforme ici du ferroviaire, là, de la route ou bien de nos voies fluviales.

Mon ambition consiste à redonner à nos politiques de mobilité un objectif simple : répondre aux besoins de mobilité de tous les Français.