Recherche

One Ocean Summit Brest 2022 - Engagement commun des acteurs portuaires pour la réduction de l'impact environnemental des escales

Le Vendredi 11 février 2022

Dans le cadre du One Ocean Summit qui s’est tenu du 9 au 11 février à Brest à l’initiative et sous la présidence du président de la République Emmanuel Macron, une quinzaine d’Etats membres de l’Union européenne, d’Amérique du Nord et de l’Asie ainsi qu’une vingtaine de grands ports maritimes et la Banque européenne d’investissement, se sont engagés dans une déclaration avec comme objectif ambitieux de réduire l’impact environnemental des escales à l’horizon 2028. Cette initiative, inédite à cette échelle, marque la volonté des Etats et des acteurs portuaires, en Europe et dans le monde, d’accélérer la décarbonation des ports et de renforcer ainsi leur contribution à la protection des océans et de la planète contre les pollutions et les effets du changement climatique.

Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué chargé des Transports, au titre de la présidence française du Conseil de l’Union européenne, a proposé une déclaration d’engagement des acteurs portuaires pour la réduction de l’impact environnemental des escales afin de marquer leur volonté commune d’accélérer les actions concrètes de réduction de l’impact environnemental des navires en escale.

Cette déclaration, placée sous le haut patronage des ministres en charge des infrastructures portuaires (Allemagne, Belgique, Canada, Corée du Sud, Croatie, Danemark, Japon, Luxembourg, Maroc, Pays-Bas, Portugal, République tchèque, Suède), souligne le rôle des ports comme accélérateurs de la transition écologique et énergétique et la contribution qu’ils peuvent apporter à l’atteinte des objectifs de réduction du réchauffement climatique fixés par l’Accord de Paris ainsi qu’à l’ambition de neutralité climatique au niveau européen à horizon 2050.

Les ports et acteurs portuaires signataires de cette déclaration (liste en annexe), ainsi que la Banque Européenne d’Investissement s’engagent ainsi pour le déploiement de branchements électriques à quai, notamment en faveur des navires de croisières et des porte-conteneurs, d’ici 2028. Ils marquent également leur engagement à mettre en œuvre des systèmes permettant de réduire les frais d’escales des navires les plus vertueux et de manière générale à valoriser les actions en faveur de l’amélioration du bilan environnemental du passage portuaire.

Cette déclaration qui vise à développer un réseau de « ports verts » s’inscrit totalement dans les objectifs globaux du paquet vert européen « Fitfor55 » qui prévoit de déployer les branchements électriques à quai d’ici à 2030 dans les ports de l’UE.

Elle s’inscrit également en cohérence avec la déclaration de Clydebank pour le développement de corridors verts, signée par la France et 21 autres Etats dans le cadre de la Cop 26 et fait écho à l’engagement de plusieurs armateurs dans le cadre du Label Green marine Europe qui a également été annoncé à l’issue du One Ocean Summit.

Pour information, la France s’est elle-même fixée des objectifs ambitieux en matière de transition écologique dans la stratégie nationale portuaire qu’elle a nouvellement adoptée en 2021 pour accélérer la décarbonation de ses ports. Cette stratégie de verdissement des ports est soutenue par un programme d’investissement de l’Etat de 175 M€ financé par le plan France Relance.

Grâce à l’accélération de cette dynamique, à l’horizon 2028, Dunkerque, le Havre et Marseille représentant plus de de 80% des trafics portuaires français offriront ainsi notamment une offre d’électricité à quai.

Revenir en haut de la page