Le numérique comme levier pour la transition écologique

Le Vendredi 9 octobre 2020


Crédits : A. Bouissou / Terra

Rendre le numérique plus responsable est une attente forte des Français, exprimée par la Convention citoyenne pour le climat. Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, est allée cette semaine à la rencontre d'acteurs mobilisés pour faire converger transition numérique et transition écologique. L'occasion de rappeler l'ambition du Gouvernement dans ce domaine, avec le plan France Relance et la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire.

Lundi 6 octobre, après avoir introduit le Meet’Up GreenTech, colloque réunissant les start-up et PME acteurs de la transition écologique, Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, et Cédric O, secrétaire d’État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques, se sont rendus dans les locaux de BackMarket. L’entreprise est spécialisée dans le reconditionnement d’appareils électriques et électroniques, un secteur en plein essor, qui répond aux attentes des citoyens relayées par la Convention citoyenne pour le climat, dans une logique de préservation des ressources. Le secteur du reconditionnement et du numérique pourra bénéficier d'une enveloppe de 21 millions d’euros du plan de relance, prévue pour soutenir les projets dans le secteur du réemploi et de la réparation.

Numérique et Environnement : faisons converger les transitions

Jeudi 8 octobre, Barbara Pompili, ministre de la Trasition écologique, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, et Cédric O, secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques, ont ouvert le colloque intitulé Numérique & Environnement : faisons converger les transitions, auquel étaient conviés experts, entreprises, élus, acteurs locaux et chercheurs. Les ministres ont annoncé le lancement d’une feuille de route interministérielle comprenant trois axes d’intervention :

  • développer la connaissance de l’empreinte environnementale numérique
  • réduire l’empreinte environnementale du numérique
  • faire du numérique un levier de la transition écologique

Plusieurs annonces ont également été faites, comme le lancement de deux appels à projets et de deux concertations, l’une avec les opérateurs Telecom pour qu’ils s’engagent fermement en faveur du réemploi et reconditionnement d’équipements numériques usagés, l’autre avec les parties prenantes pour évaluer l’ensemble des actions à mener pour développer la sobriété dans les usages.

La lutte contre la pollution numérique dans la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire

La loi inscrit une série de mesures en faveur de la lutte contre la pollution numérique.

  • Développement de la réparabilité : la loi rend obligatoire la disponibilité pendant 5 ans minimum des pièces détachées des petits équipements informatiques et de télécommunications. Le délai de mise à disposition de ces pièces détachées sur les équipements électriques et électroniques devra être de 15 jours ouvrables maximum.
  • Garantie légale de conformité : elle sera étendue de 6 mois si l’appareil fait l’objet d’une réparation pendant la période de deux ans de cette garantie. Elle est fixée à 12 mois pour les biens d’occasion.
  • Fonds réemploi et réparation : la loi prévoit également qu’un fonds de soutien au réemploi et un fonds de soutien à la réparation des équipements électriques et électroniques soient mis en place dans le cadre de la filière de responsabilité élargie des producteurs.