Mobilisation des acteurs de l’aérien pour accélérer le verdissement du secteur et création d’une chaire « aviation et climat »

Le Mercredi 28 octobre 2020
Ce mardi 27 octobre, Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué chargé des Transports, a réuni le Conseil Ministériel pour le Développement et l’Innovation dans les Transports consacré à l’aérien avec les principales fédérations professionnelles du secteur, exploitants aéroportuaires, donneurs d’ordre de la construction aéronautique, représentants des compagnies aériennes et plusieurs parlementaires.

Pour soutenir ce secteur stratégique pour la France, le Gouvernement a ainsi été amené à déployer dès le mois de juin un plan de soutien à l’aéronautique exceptionnel de 15 milliards d’euros en faveur du secteur.

Le secteur aérien, qui repose à ce jour très majoritairement sur des sources d’énergie carbonées, doit répondre aux attentes de la société en termes de verdissement pour prendre sa juste part dans le cadre des objectifs fixés par l’accord de Paris pour lutter contre le changement climatique. A ce titre, l’ambition du Gouvernement pour le secteur est que sa relance en France et en Europe soit l’occasion d’accélérer son verdissement.

Cette réunion a permis de faire un point d’étape sur la palette de leviers mobilisés pour permettre d’atteindre les objectifs de décarbonation fixés pour le secteur (division par deux des émissions françaises en 2050 par rapport à 2015 dans la SNBC, stabilisation des émission à partir de 2020 au niveau de l’OACI).

Parmi les évolutions de modèle économique et les innovations au service de la décarbonation du transport aérien d’ici à 2035, le ministre et les acteurs ont pu faire le point sur les principaux moyens activés :

  • Le développement de biocarburants durables au niveau français (appel à manifestation d’intérêts en cours de dépouillement) et européen (initiative Refuel EU) ; le but : l’émergence d’une filière pérenne de biocarburants durables permettant d’atteindre les  objectifs de la feuille de route nationale de 2% de taux d’incorporation en 2025 et 5% en 2030.
  • Des projets de R&D sur des technologies de rupture comme le projet HYPERION relatif à la propulsion de l’avion avec un moteur alimenté en carburant hydrogène qui bénéficie d’un financement par le plan de relance aéronautique  et associe les compétences de l’industrie aéronautique et spatiale, notamment de Safran, Airbus, de l’ONERA et d’ArianeGroup ; ce projet s’inscrit dans le cadre défini cet été par le ministre pour la nouvelle la feuille de route du Conseil pour la recherche aéronautique civile  (CORAC) piloté par la DGAC en lien avec les industriels pour faire émerger un « avion vert » moyen courrier d’ici 2035, qui passe par le développement de démonstrateurs de différentes options technologiques (avion ultrafrugal, avion à combustion hydrogène etc.).
  • Les démarches de réduction des émissions des aéroports (ex. verdissement des flottes des véhicules et engins de piste) mais aussi des compagnies avec, dans le cadre du plan de soutien à Air France, un renouvellement de la flotte long-courrier et moyen-courrier par des avions de nouvelle génération plus efficients.
  • L’optimisation du contrôle aérien doit réduire sur la décennie à venir la consommation et les émissions de 5 à 10% en agissant tout au long du vol, en veillant à la réduction simultanée des nuisances sonores.

 

Création de la chaire Aviation & Climat

Jean-Baptiste Djebbari a enfin annoncé la création de la chaire Aviation & Climat entre l’Institut Pierre-Simon Laplace (COMUE Sorbonne Université, université Paris VI Pierre et Marie Curie) et l’ONERA, qui fera l’objet d’un soutien financier au travers du volet aéronautique du plan de relance.

Cette chaire analysera en toute indépendance les effets des traînées de condensation et les bonnes pratiques à en tirer en termes de trajectoire des avions et carburants à privilégier suivant les carburants utilisés.

C’est d’abord par la capacité d’innovation du secteur que l’aérien atteindra ses objectifs de décarbonation, avec pour la France et l’Europe un rôle de référence à jouer pour verdir la flotte mondiale, en tant que constructeur aéronautique et motoriste clé via Airbus, Safran et le tissu d’équipementiers mondialement reconnus pour leur excellence technoloigique.
Jean-Baptiste Djebbari