L’écologie dans nos territoires : Emmanuelle Wargon a signé hier le Contrat de transition écologique (CTE) du Grand-Orly Seine Bièvre

Le Vendredi 7 février 2020

Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, s’est déplacée hier dans le Val-de-Marne pour signer le Contrat de transition écologique du Grand-Orly Seine Bièvre.

Ce Contrat de 7 actions s’articule autour de la production d’énergie propre et de la promotion des nouvelles formes de mobilités. Il représente plus de 3 millions d’euros d’investissements.
« Le territoire du Val-de-Marne accueille de nombreux sites économiques et logistiques de premier plan pour la région Île-de-France, tels que le marché international de Rungis, l’aéroport d’Orly ou encore la gare de triage de Villeneuve-Saint-Georges. Ces grandes infrastructures supportent des flux logistiques importants qui desservent toute la métropole parisienne. Il est fondamental que ces infrastructures et ces flux entrent dans la boucle d’une économie plus verte et plus vertueuse : c’est ce que nous avons voulu faire avec la signature de ce Contrat aujourd’hui » a déclaré Emmanuelle Wargon lors de son déplacement.

Le CTE du Grand-Orly Seine Bièvre repose sur deux grands axes : le soutien des filières d’énergie renouvelable et de récupération, ainsi que le développement d’une mobilité et d’une logistique plus durables.
Trois exemples d’actions écologiques locales du Grand-Orly Seine Bièvre :

•    L’installation d’un équipement en panneaux photovoltaïque (100kWc) sur le toit d’une école primaire à Cachan
Le projet citoyen Sud Paris Soleil est porté des habitants des villes de Cachan et d’Arcueil afin de contribuer de manière très concrète à la lutte contre le réchauffement climatique. Ce projet, à la fois pédagogique et écologique, se fera en collaboration avec l’association Énergie Partagée, spécialisée dans l’éducation à l’environnement et au développement durable, et avec les autres centrales solaires citoyennes d’Île-de-France.

•    L’émergence d’une filière bio-déchets

•    Le CTE a vocation à favoriser l’émergence d’une filière de traitement des bio-déchets sur le territoire, capable de répondre à la fois aux enjeux de lutte contre le gaspillage et de valorisation de ces bio-déchets. L’objectif est de verdir le mix-énergétique territorial. Le verdissement de la flotte d’acheminement et de distribution du courrier sur le territoire
Le cœur du projet est de rapprocher les facteurs de leurs zones de distribution en créant des « îlots pour les facteurs ». D’ici 2023, il est ainsi prévu d’avoir des îlots sur les communes de Fresnes, d’Arcueil, d’Orly, de Villeneuve-le-Roi, de Villeneuve-Saint-Georges, de Grigny (distribution de Juvisy), de Viry Châtillon, de Morangis et de Savigny.
Pour les habitants, c’est un impact direct sur leur bien-être puisqu’il en va d’une :
‒    Amélioration de la qualité de l’air grâce à des émissions de gaz à effet de serre et de particules réduites ;
‒    Réduction du bruit de la circulation en ville ;
‒    Mise en place de nouveaux services pour les habitants et les entreprises ;
‒    Réduction de la circulation de véhicules sur la voie publique grâce à une optimisation des tournées.

 

L’écologie dans nos territoires :
la démarche des Contrats de transition écologique (CTE)
Le Contrat de transition écologique (CTE) est un dispositif contractuel construit à l’échelle d’un ou plusieurs Établissements publics de coopération intercommunale (EPCI), entre l’État et des collectivités. Il associe partenaires publics et privés, notamment les associations environnementales et les acteurs économiques du territoire. Il comprend un programme d’actions concrètes d’une durée de 3 à 4 ans, avec des engagements précis établis entre partenaires, et des objectifs de résultats qui font l’objet d’un suivi et d’une évaluation.
Les CTE permettent ainsi de mettre au point des actions opérationnelles de transition écologique lancées dans l’année suivant la signature du contrat. Ces actions ont vocation à renforcer, voire à transformer la dynamique économique et écologique du territoire. Les CTE montrent en effet que la transition écologique est aussi un moteur de développement économique, notamment via la création de nouvelles filières économiques vertueuses (économie circulaire territoriale, formation professionnelle et reconversion, création d’emplois locaux).
Une attention est particulièrement portée aux partenariats avec les entreprises, invitées à porter ou participer à ces projets, afin de contribuer à développer les compétences, les activités économiques et les emplois en lien avec la transition écologique.
Lancé par le Gouvernement en février 2018, cet outil regroupe maintenant 80 territoires (près de 180 EPCI, près de 10 millions de Français concernés, 1,5 milliard d’euros investis) engagés à travers des projets écologiques locaux et concrets, source de développement économique durable au service du quotidien de nos concitoyens.
Pour en savoir plus sur ces projets, (re)découvrez le dossier de presse « Les Contrats de transition écologique : 1 an après, les premiers résultats » en ligne