Lancement du plan national milieux humides 2022-2026

Le Mercredi 16 mars 2022


Crédits : A. Bouissou / Terra

Les milieux humides constituent un patrimoine naturel exceptionnel, dont les fonctions écologiques et le rôle dans la régulation du climat et l’atténuation des impacts des dérèglements climatiques, sont largement reconnus. Bérangère Abba, secrétaire d’État chargée de la Biodiversité, annonce le lancement d’un nouveau plan national en faveur de la protection des milieux humides et la liste des 18 zones humides françaises les plus emblématiques. Portant sur la période 2022-2026, ce plan poursuit les efforts engagés et amplifie les actions en faveur de la connaissance, de la protection et de la restauration des milieux humides.

Les milieux humides, indispensables mais fragiles

Lacs, marais, tourbières, prairies humides, mangroves… Caractérisés par la présence permanente ou temporaire d'eau, les milieux humides façonnent des paysages d'une diversité remarquable. Par leur richesse en habitats et en espèces, les fonctions écologiques qu’ils remplissent et leur place comme support d’activités économiques et de loisirs, les milieux humides sont au cœur de nombreux enjeux écologiques, économiques et sociaux. 

Ils rendent notamment des services incontournables pour la qualité et la gestion de la ressource en eau, et sont de véritables réservoirs de biodiversité : en France, 50 % des oiseaux et 30 % des espèces végétales remarquables et menacées en dépendent. Par leur capacité à capturer et stocker le carbone, procurer des îlots de fraîcheur, ou encore protéger les côtes, ils représentent également un allié incontournable pour lutter contre le changement climatique et ses effets.

Des milieux vulnérables

Cependant, les zones humides font face à des menaces persistantes. Souvent perçus comme des espaces insalubres, ils ont fait l’objet de transformations, d’aménagements, voire de destructions. Ces milieux sont particulièrement vulnérables : pollutions, artificialisation des sols, assèchement, fragmentation des habitats, surexploitation, etc. Leur superficie se serait réduite de 64 % au cours du XXe siècle.

Lancement du 4e plan en faveur de la protection des milieux humides

Afficher la version texte de la vidéo

Lacs, mangroves, marais, prairies humides...
Les milieux humides sont un patrimoine naturel d’une grande richesse
40 % des espèces dans le monde en dépendent, ainsi que de nombreuses activités économiques et de loisir.
Éléments clés du grand cycle de l’eau, ils jouent un rôle essentiel pour préserver cette ressource.
Ils sont des alliés face au changement climatique et ses effets :
en diminuant l’intensité des crues, en rafraîchissant les milieux urbains, en protégeant les côtes, en capturant le carbone...
Pourtant, les milieux humides sont menacés.
35 % des milieux humides de la planète auraient disparu entre 1970 et 2015
Le Gouvernement annonce un 4e plan national en faveur de la protection des milieux humides pour garantir leur préservation, leur utilisation durable et leur restauration.
3 axes majeurs : Agir, Mobiliser, Connaître.
Des actions phares déjà identifiées :
Doubler la superficie des milieux humides sous protection forte en métropole d’ici 2030, et renforcer leur inscription dans les aires protégées en métropole et en outre-mer
Accélérer l’extension du réseau Ramsar en France, avec 2 sites labellisés par an sur le territoire national
8 500 ha d'acquisition de zones humides d'ici 20262
50 000 ha de zones humides restaurées d'ici 2026
Développer des pratiques économiques et de loisirs qui préservent les milieux humides
Développer des méthodes du label bas carbone valorisant des projets de protection et de restauration des milieux humides
Cartographier l’ensemble des zones humides françaises d’ici fin 2024

Un nouveau plan national en faveur de la protection des milieux humides

Ce quatrième plan national, déclinaison de la stratégie nationale biodiversité 2030, porte sur la période 2022-2026 et poursuit les efforts engagés dans le précédent plan (2014-2018). Il vise particulièrement à amplifier les actions en faveurs de la connaissance, de la protection et de la restauration des milieux humides.  

Il a été élaboré en association avec de nombreuses parties prenantes : les établissements publics et les services du ministère de la Transition écologique, les représentants des collectivités et établissements territoriaux, les associations de protection de la nature et les fédérations d’usagers des zones humides. 

En outre, 18 zones humides françaises les plus emblématiques ont été identifiées, amorçant un dialogue territorial au cours duquel l’État et les parties-prenantes examineront ensemble l’opportunité de création d’un parc national dédié ou de tout autre type d’aire protégée.

Des actions phares

  • Doubler la superficie des milieux humides sous protection forte en métropole d’ici 2030 et renforcer l’inscription de ces milieux dans l’ensemble des aires protégées en métropole et en outre-mer ;
  • Préserver des zones humides par l’acquisition de 8 500 hectares d’ici à 2026 ;
  • Accélérer l’extension du réseau Ramsar en France, avec la labellisation de 2 sites par an sur le territoire national ;
  • Restaurer 50 000 hectares de zones humides d’ici à 2026 ;
  • Développer des pratiques économiques (agricoles, forestières, aquacoles, piscicoles) et de loisirs (cynégétiques, sportives et touristiques) qui préservent les milieux humides ;
  • Développer des méthodes du label bas carbone valorisant des projets de protection et de restauration des milieux humides ;
  • Cartographier l’ensemble des zones humides françaises d’ici fin 2024 grâce à la production d’un référentiel au 1/10 000ème.
Revenir en haut de la page