Journées du patrimoine : 50 ans pour le ministère de la Transition écologique

Le Vendredi 17 septembre 2021


Crédits : Arnaud Bouissou / Terra

« Patrimoine pour tous », c’est le thème retenu pour la 38e édition des journées européennes du patrimoine (JEP) qui se dérouleront partout en France les 18 et 19 septembre. Et si vous en profitiez pour replonger dans le patrimoine du ministère de la Transition écologique ?

A l'occasion des journées européennes du patrimoine, le ministère de la Transition écologique ouvre ses portes au public pour une édition consacrée à la célébration de ses 50 ans d’existence.

Chacun est invité à découvrir sur place l’histoire du ministère à travers une exposition qui retracera un demi-siècle d’engagements, de batailles et d’avancées en matière de transition écologique.

Par ailleurs, ce week-end, un atelier autour de l'Apiscope aura lieu à l’Hôtel de Roquelaure pour présenter la ruche pédagogique, installée dans l'un des principaux salons du ministère depuis six ans.

Informations pratiques

Samedi 18 et dimanche 19 septembre, de 14h à 19h
Visite libre de l’Hôtel de Roquelaure et des jardins
Au 244 boulevard Saint-Germain, Paris 7e
Métro Rue du Bac / Solférino

En raison des conditions sanitaires, cet événement se fera dans le plus strict respect des règles de distanciation physique et des gestes barrières. Un pass sanitaire vous sera demandé à l’accueil.

En 2021, le ministère de la Transition écologique fête ses 50 ans !

Temps forts, images d'archives, photos, vidéos... Nous vous proposons de retracer les moments forts de ces 50 ans de politiques publiques pour l'écologie, au travers de sept grandes thématiques : mieux préserver la planète, mieux consommer et mieux produire, mieux protéger notre santé et mieux se nourrir, mieux se déplacer, mieux gérer nos ressources, mieux prévenir et mieux se mobiliser.

Si vous ne la connaissez pas encore, allez visiter en ligne la plateforme dédiée à l’anniversaire du ministère.

L’Hôtel de Roquelaure : un peu d’histoire

Construit au début du XVIIIe siècle pour des particuliers, l’Hôtel de Roquelaure a été la propriété de plusieurs générations de la famille Molé jusqu’à la Révolution française. En 1793, il est momentanément transformé en asile pour galeux, puis affecté à la commission de l’Agriculture et des Arts avant d’être à nouveau restitué à la famille puis loué.

En 1808, Jean-Jacques-Régis de Cambacérès achète l'hôtel Molé. Il y adjoint l’hôtel de Lesdiguières (puis de Sully), réunissant définitivement les deux propriétés. Il reçoit l’Europe entière dans son hôtel. Les dîners officiels s’y succèdent au rythme de deux par semaine pour le service de l’Empereur.

En 1816, l’hôtel est vendu à la duchesse d’Orléans. Sous la monarchie de Juillet, l’hôtel héberge le conseil d’État.

Entre « cour et jardin », l’Hôtel de Roquelaure est devenu la propriété et le siège d’administrations en 1839. Grâce à son histoire, il est l’une des demeures seigneuriales les mieux préservées du faubourg Saint-Germain.

L’ensemble des façades et toitures, ainsi que le portail, le sol de la cour d’honneur et le jardin, font l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 29 avril 1961.