Journée mondiale des animaux : lumière sur les mesures en faveur de la faune sauvage captive

Le Lundi 4 octobre 2021


Crédits : Arnaud Bouissou / Terra

En septembre 2020, la ministre de la Transition écologique annonçait le début d’une transition vers des cirques ou spectacles itinérants sans animaux issus d’espèces sauvages, dont les besoins sont incompatibles avec la réalisation de spectacles en itinérance, et l’accompagnement des filières concernées. À l’occasion de la Journée mondiale des animaux qui a lieu ce lundi 4 octobre, zoom sur ces mesures.

4 mesures en faveur de la faune sauvage captive

Au terme d’un large cycle de consultations et de concertations avec des ONG, des représentants professionnels, des élus et des experts pour comprendre les enjeux liés au respect des besoins physiologiques des animaux et au bien-être de la faune sauvage captive, Barbara Pompili avait annoncé, le 29 septembre 2020, des mesures en faveur de la faune sauvage captive :

  • la fin progressive de la faune sauvage dans les cirques itinérants ;
  • la fin de la présence d’orques et dauphins dans les delphinariums ;
  • la fin des élevages de visons pour leur fourrure ;
  • le soutien aux zoos qui améliorent leurs conditions.

Le texte a été étudié au Sénat, dans le cadre d’une proposition de loi pour le bien-être animal.

Accompagnement des professionnels

L’accompagnement des filières concernées par cette transition est essentiel ; c’est pourquoi ces mesures sont assorties de formations, d’accompagnement des professionnels et entreprises, et d’accompagnement pour le placement des animaux vers des sanctuaires ou des refuges.
Par ailleurs, pour les aider à faire face à la crise sanitaire liée au Covid-19, le ministère de la Transition écologique a pris en charge un dispositif d’aide financière pour le nourrissage des animaux. Près de 2 M€ ont ainsi été engagés en faveur des cirques.

En savoir plus :